Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival FNAC Indétendances 2009
La Casa - Piers Faccini - Joseph d'Anvers - Joseph Arthur and the Lonely Astronauts  (Paris, Parvis de l'Hôtel de Ville)  samedi 25 juillet 2009

Et dire que l'année dernière, la scène des FNAC Indétendances se plaçait au droit de la pile du Pont Marie et que le public s'étalait entre deux lignes de bitumes, voie sur berge et bretelle d'accès. Inclus dans l'espace de Paris Plage, à quelques mètres des échoppes et de la déco guinguettes, il fallait avoir la curiosité nécessaire pour trouver les groupes, ça se méritait en clair.

Cette année, nouveau décor, sur le parvis de l'Hôtel de Ville ! Dans l'axe du fronton "Liberté, Egalité, Fraternité", le festival et les artistes se doivent d’être à la hauteur. Alors juste récompense pour un festival qui a gagné à force de persévérances ses lettres de noblesse ou récupération pour une mairie peu avare de coups médiatiques... Ne nous attardons pas sur les dessous souvent peu avouables de telles décisions. Et ni le public, ni les groupes ne bouderont leur plaisir... et je crois bien que les statues de pierre et de bronze qui "solennifient" la façade n'y ont trouvé rien à redire non plus, j’ai vu des sourires amusés.

Première soirée, dès 18 h, La Casa. Le public allongé sur un matelas bleu électrique qui aiderait à bronzer, parait-il, goûte la musique comme il dégusterait une glace.

Passif, alangui, sans grande volonté de mouiller la chemise, ni de porter sa part de responsabilité dans le show.

La Casa, programmée en ouverture, a fort à faire pour enfin réussir à faire lever le public, à simplement se faire accompagner. Le groupe prend de l'épaisseur en concert, même si Pierro semble encore criblé de doutes. Il ne se départit pas de sa mine revêche ou concentrée. Allez un petit effort, du plaisir des sourires !

Il fait beau à 18 h et même très chaud. A trente, le carillon de l'hôtel de ville s'est même permis de tintinnabuler.

Le son de la Casa s'est déployé rock, avec une énergie et cette couleur si particulière grâce au duo de trompettistes qui, eux, ont fort gesticulé dès qu'ils le pouvaient.

L'univers de La Casa se compose de combats et de héros ordinaires, de voyages qui ne décollent pas et d'orages qui suintent l'ennui des adolescents coincés à la campagne. Univers de colère et d'énergie contenue, de sentiment d'impuissance, chauffé à blanc dans une musique qui implosera un jour peut-être.

Ceux qui passaient par hasard ne manquent pas de s'arrêter pour "La lune se marre, la lune..." qui éclate comme le bouquet final d'un feu d'artifice. Oui, La Casa a bien entamé la partie, allumé une flamme qu'on entretiendra à leur retour à Paris, au Café de la Danse en décembre.

Piers Faccini est revenu au Festival FNAC Indétendances en habitué. Il était déjà présent dans la programmation en 2005. Il aurait pu nous expliquer ce qu'il pensait du changement radical d'atmosphère du festival...

Si La Casa avait laissé des braises en partant, Piers Faccini n'en a cure. Ses compositions qui se balancent au gré du groove et des morceaux d'harmonica s'accompagnent d'un temps qui se rafraîchit un peu.

Piers Faccini, jeune anglais qui a vécu en France de longues années s'exprime dans un français parfait et s'amuse avec une retenue toute anglaise, ma foi, de ce mélange linguistique.

Le public est dedans. Il s'est un peu transformé en public de concert, il est temps ! La nonchalance du groupe cache des finesses mélodiques et des expérimentations sonores qui participent aux charmes de la formation. Ils partent égrener les festivals pour revenir à Paris, à la Cigale en décembre également, coïncidence amusante.

Les Josephs alors maintenant ? Joseph d'Anvers précédant Joseph Arthur and the lonely Astronauts.

Joseph D'Anvers, gêné par le soleil déclinant demande à ce que la scène pivote, selon la lumière. Un doux rêveur, le Joseph... Ce qui nous donne droit aux lunettes de soleil jusqu'au dernier morceau.

Torturé, dans un imaginaire sombre et un peu enfumé, il y a un petit côté "j'ai toujours rêvé d'être un gangster" chez Joseph. Plus rock, et aventureux, il semble avoir pris un nouveau virage, à moins que ce soient les réorchestrations habituelles de ses concerts en plein air. C'est réussi, il y a une force qui se dégage. Les fuites, les amantes évaporées, les regrets et les humiliations, un beau fatras rock n'est-ce pas !

Un peu de cirque avec un bassiste pop au pantalon bleu-vert à la Mika et un pianiste qui lance des sons venus de l'espace...

D'ailleurs, j'en ai un de zig venu de l'espace à côté de moi, sauf que j'aimerais vraiment qu'il y retourne. Le personnage qui réorchestre et assure des choeurs, échos approximatifs, y en a marre, surtout qu'il mordrait, méchant avec ça ! De tout pour faire un public au festival de Fnac Indétendances.

Au tour des Lonely Astronauts et de Joseph Arthur. Il fait nuit, ça y est. Plus de soleil, les spots jaunes mauves. La soirée continue. Peut-être qu'il se fait tard. Un tri s'est opéré de lui-même. Certains sont partis manger.

Joseph Arthur toujours si grand, avec une bassiste toujours aussi canon, une sorte de Barbarella et de Liv Tyler mélangées et qui a l'air sympa comme tout.

Joseph Arthur puise toujours autant vers le côté traditionnel du rock, à la Rolling Stones. Jouant de sa voix sans complexe, il prend le ton caverneux de Leonard Cohen, comme les aigus de Beck. On les a connus plus énergiques, plus impliqués, comme à la Cigale l’année dernière. Il y a de l'économie dans l'air et puis le temps est compté. Alors à peine quelques morceaux joués avec les digressions dissonantes qui donnent le frisson et puis le groupe repart, avec son aura sexy autour des reins.

La première soirée du festival a commencé fort. Nul doute que ça continuera. Il fait bon passer ses vacances à Paris.

Jetez un oeil à la programmation et soyez à l'heure aux rendez-vous. Un festival de rock gratuit sur le parvis de l'hôtel de Ville, il faut en profiter, euh mais sans se défaire de tout esprit critique, citoyen avant tout ! "Français encore un effort si vous voulez être républicains". Have fun !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les Trucs Abîmés de La Casa
Une 2ème chronique de l'album Les Trucs Abîmés de La Casa
La chronique de l'album Maison close de La Casa Bancale
La Casa en concert à La Maroquinerie (6 février 2009)
La Casa en concert au Festival La 7ème Vague #8 (2009) (samedi 23 mai 2009)
L'interview de La Casa (17 janvier 2009)
La chronique de l'album Leave no trace de Piers Faccini
La chronique de l'album Two grains of sand de Piers Faccini
Piers Faccini parmi une sélection de singles (juillet 2011)
La chronique de l'album My Wilderness de Piers Faccini
Piers Faccini en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (vendredi)
Piers Faccini en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Piers Faccini en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Piers Faccini en concert au Festival We Love Green 2011 (1ère édition) - dimanche 11 septembre
L'interview de Piers Faccini (8 septembre 2011)
La chronique de l'album Les choses en face de Joseph d'Anvers
La chronique de l'album Les Jours Sauvages de Joseph D'Anvers
La chronique de l'album Rouge Fer de Joseph d'Anvers
La chronique de l'album Les Matins Blancs de Joseph d'Anvers
Joseph d'Anvers en concert à La Maroquinerie (19 janvier 2006)
Joseph d'Anvers en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (jeudi)
Joseph d'Anvers en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
L'interview de Joseph d'Anvers (décembre 2005)
L'interview de Joseph d'Anvers (27 avril 2006)
L'interview de Joseph D'Anvers (8 juillet 2008)
L'interview de Joseph d'Anvers (9 mars 2011)
L'interview de Joseph d'Anvers (jeudi 12 mars 2015)
Joseph Arthur and the Lonely Astronauts en concert au Festival Fargo All Stars 2008

En savoir plus :
Le site officiel du festival FNAC Indétendances
Le Myspace du festival FNAC Indétendances

Crédits photos : Diane Hion (Toute la série sur Taste of Indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=