Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International Benicàssim #15 (2009)
The Coronas - Anni B Sweet - Naïve New Beaters - La Bien Querida - Los Coronas - Oasis - Gang of Four - Telepathe - Glasvegas  (Benicàssim, province de Castellón)  jeudi 16 juillet 2009

C’est ma deuxième édition personnelle, après 2008 où l’affiche était plus dense et plus riche (avec notamment l’ami Morrissey, The National, The Raconteurs, Gnarls Barkley, les Kills, Mika…). Je suis plutôt un habitué des galettes saucisses et de l’intimité de ma petite Route du Rock mono-scène, où j’effectue un pèlerinage fidèle depuis 1997. Un changement radical donc, de climat, d’ambiance et de population !

Après avoir scruté semaine après semaine la composition progressive du line up, voilà que commence l’heure des choix, sitôt les horaires et la répartition des scènes affichés sur le site (à noter que le festival commence à verser sérieusement dans le mercantile cette année, puisque fini le petit pdf à télécharger avec le programme complet… à la place un joli livret à 7€ à acheter sur place ou alors une bonne dose de patience et beaucoup de clics sur les fiches artistes pour se constituer son petit planning perso qui fera la jalousie ou l’admiration des autres Fibers !).

Bref, cet instant à la fois attendu et redouté va une fois de plus donner lieu à des choix cornéliens : Oasis vs The Walkmen, Gang of Four vs Telepathe, Paul Weller vs Magazine, Peaches vs Franz Ferdinand, White Lies vs TV on the Radio… Les programmateurs sont cruels mais la météo se chargera de faciliter la prise de décision comme nous le verrons plus tard…

Je quitte donc mon cher pays toulousain, l’esprit serein et bien préparé. Après 7h de trajet dans une chaleur étouffante, me voilà enfin en terrain connu : la route déverse un flot continu de festivaliers en tenue de plage, la bière coule déjà elle aussi à flot et je comprends très vite que l’édition 2009 sera différente de 2008. Le festival est sold-out et il y a beaucoup beaucoup de monde… Bracelet au poignet (merci Froggy), je fonce au camping en espérant dégotter une bonne place (on n’insistera jamais assez sur le choix de l’emplacement et donc du voisinage qui conditionne le bon déroulement d’un festival). C’est raté, et c’est là qu’on regrette d’arriver le jour même alors que le camping est ouvert depuis 3 jours déjà…

Me voilà rejeté loin, très loin et je prends conscience que la marche fera partie intégrante de ces 4 jours ! Je me retrouve incrusté au chausse-pied entre la voie de chemin de fer et la ligne à haute tension, dans une extension du camping qui fleure bon le champ de terre aride où le piquet de tente Quechua 2’’ n’a pas la moindre chance de s’introduire.

Allez, une bonne douche froide et ça repart ! Je fonce vers l’entrée du site pour ne pas perdre une miette. Et là, tous les petits tracas sont oubliés, le sourire revient très vite et les yeux s’humidifient de bonheur : les 4 scènes (Escenario Verde, Vodafone, Fiberfib et Pista Pop) sont particulièrement réussies. La Fiberfib est maintenant à ciel ouvert et agrandie, La Vodafone s’est dotée d’un petit dirigeable télécommandé du plus bel effet, le site est toujours aussi accueillant.

Les festivités commencent avec The Coronas sur la Fiberfib ; devant un public clairsemé, les Irlandais déflorent en douceur cette édition 2009. Je fonce jeter une oreille sur la charmante espagnole Anni B Sweet (sosie vocale de Paula Frazer de Tarnation) dont le folk poursuit la montée en puissance puis c’est le tour des Naïve New Beaters : les Français dont je ne connaissais pas grand-chose sont très à l’aise et communiquent avec le public dans un espagnol magnifiquement matiné d’un bon vieil accent de chez nous ! "Hace mucho calor en el corazon !" Le décor est cheap mais le jeu de scène est chouette et leur électro / hip hop me rappelle les débuts d’Asian Dub Foundation.

Un très bon set que j’interromps sur la fin pour aller voir La Bien Querida. Cette artiste espagnole, dont on me dit le plus grand bien, est certes sympathique mais souffre d’un son très mal réglé et l’ensemble sonne faux…  Retour au Vodafone pour la prestation western de Los Coronas (à ne pas confondre avec les premiers) ; les cuivres sont de sortie, les santiags aussi ! C’est très maîtrisé, le batteur est un métronome mais les morceaux (uniquement instrumentaux) finissent par tourner en rond sur la longueur.

Il est temps de se préparer pour le concert d’Oasis. Bien qu’ayant décroché ou presque après Be Here Now (une éternité), je suis curieux d’assister pour la première fois à un de leurs shows. Le public se presse en masse et les anglais sont très représentés. Au moment de l’entrée sur scène, on assiste (on subit ?) à la nouveauté Brit’ ™ 2009 : le concours de lancer du litre d’Heineken sur les festivaliers de devant qui, par définition, ne se doutent de rien car de dos et se voient recouverts (au mieux) de bière. Les cowboys de la sécurité (non, pas ceux de Los Coronas mais des moins rigolos) ont beau menacé de couper les bracelets des fautifs, rien n’y fait.

Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos chèvres car le sieur Noel est manifestement dans une fucking mood… Rien ne va : le son, le public, son frangin, tous les prétextes sont bons pour quitter à tout moment la scène, laissant les autres membres du groupe en grand désarroi. Les tubes s’enchaînent et le site prend vite les apparences d’un Karaoké géant car non seulement l’anglais connaît toutes les chansons par cœur, mais adore les faire partager en chantant très très fort !

"Wonderwall" sera déconstruit en deux fois, parce que Noel le vaut bien et le concert s’achève sur fond de Morning Glory avec une jolie impression de gachis.

Du coup, je n’ai plus le courage d’aller voir Gang of Four ou Telepathe et préfère attendre Glasvegas en reposant mes jambes fatiguées. James Allan se prend pour Bono, sa voix est éraillée et le son crade ne nous permettent pas d’approcher les sommets de l’album. Ca dégouline de partout et le "Oasis, we fucking love you" ne fait que rajouter une pierre au monticule. La soirée s’achève sur un "Daddy’s gone" presqu’émouvant et qui résonnera en boucle dans les travées du festival (faut reconnaître que ça s’accroche et qu’on a du mal à s’en défaire).

Les boucles technoïdes prennent possession de la place et il est grand temps pour moi d’aller rejoindre mon matelas auto-gonflant après une première soirée en demie teinte.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Coronas en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
La chronique de l'album Divers EP de Naive New Beaters
La chronique de l'album Wallace de Naive New Beaters
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Naive New Beaters en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Naive New Beaters en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Naive New Beaters en concert à Paléo Festival #34 (2009) - 2ème
Naive New Beaters en concert au Festival FNAC Indétendances 2009 (samedi 15 août 2009)
Naive New Beaters en concert au Fil (30 avril 2010)
Naive New Beaters en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Naive New Beaters en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
L'interview de Naive New Beaters (5 mai 2009)
La chronique de l'album Don't believe the truth de Oasis
La chronique de l'album Be here now de Oasis
Oasis en concert au Festival International de Benicassim 2005 (dimanche)
Gang of Four en concert au Festival Les Trans 2005 (Samedi)
Gang of Four en concert au Festival Les Inrocks 2006
Gang of Four en concert au Festival All Tomorrow's Parties
La chronique de l'album Dance Mother de Telepathe
Telepathe en concert au Festival La Route du Rock 2009 (dimanche)
Telepathe en concert au Festival Zikametz #9 (édition 2012)
La chronique de l'album eponyme de Glasvegas

En savoir plus :
Le site officiel du Festival International Benicàssim 2009
Le Myspace du Festival International Benicàssim 2009


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
- 3 mai 2020 : Déconfi...ture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=