Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
The Present - Forest Fire - St. Vincent - Papercuts - Camera Obscura - The Kills - Concha Libre - Peaches  (Saint-Malo, Fort de Saint-Père)  samedi 15 août 2009

Retour à la Route du Rock, accréditation autour du cou, familiarité gagnée quant à la ville, aux lieux et autres buvettes / crêperies du festival. Je me concentre d’abord sur la programmation du Palais du Grand Large, autrement nommé Palais Sony Ericsson. Christophe Brault aime le rock comme un véritable fou furieux. Quoi de mieux que commencer comme disquaire, puis journaliste pour devenir enseignant à l’université de Rennes.

Autant dire qu’il n’est pas là par hasard et qu’il a choisi selon ses goûts le sujet de sa conférence "Le Bruit et la Mélodie", on ne peut plus à propos, après le ravage des Bloody. D’une verve sans pareille, Monsieur Brault retrace la route du rock qui conduit des Ramones aux Liars en passant par Neubauten, Les Dinosaur Junior, Radiohead, My Bloody Valentine, Tortoise, Sonic Youth…"Le bruit et la mélodie", quid de la fureur pour ces groupes shoegazers en tout cas ? En tout cas, merci Christophe d’avoir partagé autant d’anecdotes, d’images et d’extraits musicaux et donner un semblant d’ordre à l’aventure rock des années 2000.

Le premier groupe au Palais est The Present, un groupe de deux : une guitare, une boite à rythme et un clavier. Un garçon et une fille pour une musique calme, planante qui sent le frais avec une pointe New Age. Si tranquille qu’on en a les paupières lourdes.

Eux aussi étaient au concert des Bloody Valentine et ça suffit à leur bonheur. Il faut avouer à leur décharge que les fauteuils du Palais sont confortables et qu’on s’y coule comme un camembert oublié sur le frigo.

Forest Fire, en second, est un groupe en provenance de New York, dont l’album Survival est distribué par le label indépendant bordelais Talitres Records, qui prend ses quartiers dans le stand dévolu aux labels indés du Fort de Saint-Père. Forest Fire est d’une séduction immédiate, son leader sorte de Jarvis Cocker à moustache compose un folk rock qui lancine son blues. Un charisme indéniable, Forest Fire est loin du feu de forêt, c’est cependant une découverte de cette édition. Je vous parlerai de l’album sous peu.

Comme de bien entendu, on ne peut être au Fort et au moulin. Aujourd’hui j’arrive bien tard dans la forteresse construite pour protéger la France des Anglais ennemi héréditaire.

Je ne serai pas là pour St. Vincent et si peu pour Papercuts, trop occupée à échanger mes piécettes de pirates contre breuvage à mousse. Je me demande bien si cette soirée se drapera de la même gravité rock que la veille.

Camera Obscura s’avance, la nuit tombée. La chanteuse, maquillée comme une pin-up américaine des années 50 restera pendant toute sa prestation bien statique, accrochée à sa guitare, de peur qu’un cheveu dépasse.

Rock un peu désuet qui flirte avec le twist, qui balance une trompette par ci par là. Parfaitement gentillet, primesautier, ce n’est pas exactement le souffle qu’on attend ce soir. Que diable, du corps ! Du nerf à notre affaire ! Un groupe vivant ou une peinture en trompe l’œil, on ne sait plus la différence.

The Kills arrive heureusement pour agiter le bocal. Il parait qu’Alison Mosshart était méchamment malade, rien n’y parait pourtant.

Jamie Hince, qui s’affiche en couv’ des magazines people depuis qu’il partage la vie de Kate Moss, lance les premières notes de "URA Fever" et c’est le public qui se retrouve, dopé, excité par la tigresse arpentant la scène, s’approchant tantôt du public, tantôt de son camarade qu’elle encourage d’un baiser. Jamie Hince est anglais et bien élevé : il s’excuse d’un réglage de guitare, et remercie après chaque morceau.

Rock Punk et guitare énergique, Alison remporte haut la main le titre de rockeuse la plus sexy du festival. On aime sa voix rauque, ses gestes désordonnées, son jean et ses cheveux de jais qui cache un joli visage, comme si sa beauté la gênait.

Elle a été récupérée par Jack White dans sa dernière formation Dead Weather, il ne faut pas chercher pourquoi. Cette fille est une "femme fatale", imaginez la voix de Nico sur la chanson des Velvet Underground. Moi j’en avais ma dose pour aujourd’hui, on m’a dit : quand même reste pour Peaches, tu vas voir, c’est le délire.

Bon OK, j’ai vu les combattantes de Concha Libre envahir la scène, cagoulées d’argent, avec des capes. Et après quelques mesures de batterie, je me suis dit que la peinture était là pour cacher la misère. Enfin, les gens commençaient à sauter,  crier, se libérer. Peaches autorisait à faire n’importe quoi, à être vivants aussi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de St. Vincent
Une 2ème chronique de l'album eponyme de St. Vincent
La chronique de l'album Masseduction de St. Vincent
La chronique de l'album Parallel Universe Blues de Papercuts
Papercuts en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
La chronique de l'album Keep on your mean side de The Kills
La chronique de l'album No wow de The Kills
La chronique de l'album Midnight Boom ! de The Kills
La chronique de l'album Blood Pressures de The Kills
La chronique de l'album Ash & Ice de The Kills
The Kills en concert à La Cigale (7 juin 2003)
The Kills en concert au Festival Les Inrockuptibles 2003
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)
The Kills en concert à La Cigale (3 juin 2005)
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (samedi)
The Kills en concert à la Salle des Fêtes de Ramonville (30 mai 2005)
The Kills en concert au Festival International de Benicassim 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival International Benicàssim 2008
The Kills en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
The Kills en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
The Kills en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
The Kills en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août
La conférence de presse de The Kills (août 2004)
La chronique de l'album Unreleased Cutz + live Jamz 1994 de Moldy Peaches
La chronique de l'album Impeach my bush de Peaches
Peaches en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
Peaches en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
La conférence de presse de Peaches (août 2004)

En savoir plus :
Le site officiel du festival La Route du Rock
Le Myspace du festival La Route du Rock

Crédits photos : Fred (Toute la série sur Taste of Indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=