Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Editors
Interview  (Paris)  18 septembre 2009

EditorsIls sont jeunes – la formation date de 2003 -, beaux et brillants et viennent de sortir leur troisième album : In this light and on this evening. Un virage tout aussi réussi que les précédents pour ces quatre Editors de Birmingham, une touche synthétique en plus. Plongée en eaux troubles Ed Lay (batterie) et Chris Urbanowicz (guitare).

Comment s'est passé l'enregistrement ?

Ed : C'était assez simple, surtout très agréable. On a eu le sentiment de s'être donné à fond. C'était assez spécial, assez nouveau parce qu'on a essayé de nouveaux instruments, de nouveaux sons et de tout mettre en boîte pour en faire des chansons. Je suis très heureux qu'on l'ait fait. On ne savait pas au début si on aurait les capacités pour enregistrer tout ceci, y compris des sons assez synthétiques, électroniques. Tout s'est bien emboîté et on a réussi à rendre l'enregistrement assez humain, assez vrai.

Que signifie le titre ?

Ed : C’est les paroles de la 1e chanson. C'est quelque chose que Tom a vécu des centaines de fois mais qui ne l'avaient jamais fait tilter et qui tout d'un coup, pour on ne sait quelle raison, prend sens. Tout le monde a déjà connu ça. On peut passer des centaines de fois à côté de quelque chose sans s'en rendre compte et d'un coup ça prend sens. A un certain moment, certaines choses a priori sans intérêt deviennent spéciales.

Ed Lay EditorsEst-ce que c'est la chanson la plus représentative de l'album ?

Ed : Pas forcément mais c'est celle qui a donné, le ton, sa direction à l'album en terme de son, de sens. Mais chaque chanson a son propre sens, il n'y en a pas de plus représentative que l'autre.

Pourquoi avoir choisi Papillon en tant que single ?

Chris : Car c'est la seule chanson pop de l'album. C'est la plus évidente, la plus accessible.
Ed : C'est une façon d'attirer les gens pour leur donner envie de creuser. Elle rend l'écoute possible.

Comment définiriez-vous l'identité de l'album ?

Ed : C'est difficile, il a une identité assez schizophrène. D'un côté il est assez sombre, assez maussade. Il a une ambiance industrielle, même horrible, on ne sait pas ce qui est en train de se passer. Mais il y a aussi des mélodies assez faciles, qu'on retient facilement, sans qu'elles soient non plus positives ou joyeuses. C'est à la fois agressif et charmant.

Quelle est votre chanson préférée ?

Ed : Pour l'instant, c'est Like Treasure mais ça change régulièrement. Elle est justement un exemple de cette ambiance schizophrène dont je parlais. Elle a un côté rêveur, on sait pas où on va, et en même temps, elle a un côté club. Ca peut être facile, dansant, et en même temps on se pose des questions.
Chris : You don't know love. Il y a un vrai changement de rythme, c'est pas une chanson pop classique avec l’alternance complet-refrain, en plein milieu ça change. On est surpris par le changement. Et elle sonne bien, tout simplement.

Qu'est-ce qui vous inspire ? La société, l'actualité ?

Ed : C'est difficile, je ne suis pas vraiment inspiré. Je n’ai pas vraiment de modèle en terme d'inspiration, c'est ce qui vient. Ce que j'aime avant tout c'est faire de la musique, de jouer avec ces trois-là.

Est-ce qu'il y a quand même des choses qui vous ébranlent ?

Ed : Oui, bien sûr mais avant tout ce sont des mélodies, des chansons, qui me remuent tellement que ça devient parfois difficile de les écouter. Et j'espère sincèrement que nos mélodies parviendront à remuer autant les gens que certaines que j'écoute.
Chris : J'aime mettre en musique les images que j'ai en tête et qui sont liées à des bandes-sons, à des films d'horreur par exemple, et qui lui laissent une empreinte. Ces images ont beaucoup plus d'influence que des musiques d'autres groupes. Je n'ai pas de références musicales à proprement parler.

Chris Urbanowicz EditorsEst-ce que vous aimeriez composer une bande-son pour un film ?

Chris : Oui, beaucoup. Je n'ai pas trop le temps pour l'instant mais si un jour quelque chose d'intéressant se présente et que j'ai du temps et de l'inspiration, oui.

Pour quel type de film ? D'horreur ?

Chris : Non plutôt pour quelque chose de réel, de réaliste, avec une certaine forme de violence urbaine, psychologique. Je pense par exemple aux films que peut faire un réalisateur qui m'inspire beaucoup, Shane Meadows. Il a notamment réalisé Dead man's shoes, une histoire de revanche et This is England plus récemment, sur les skinheads dans les années 80. J'aimerais mettre ce genre de films en musique.

Y a-t-il un message que vous voudriez faire passer ?

Ed : Non, pas particulièrement. Ce n’est pas ce qui motive notre travail. On n'essaie pas de convaincre qui que ce soit. Peace and love (rires). Ca vient selon l'inspiration.

Qu’est-ce qui vous anime ? Créer, expérimenter, simplement jouer ensemble ?

Ed : Jouer ensemble et expérimenter comme on l'a fait pour cet album en utilisant de nouveaux sons, en s'ouvrant à d'autres horizons. Essayer des instruments, des technologies qu'on n'avait jamais utilisés avant. C’était un challenge. Tout a été très intuitif, on s'est laissé aller. Ca s'est fait naturellement.
Chris : Créer. Se retrouver le matin et passer la journée à enregistrer pour aboutir à quelque chose de durable, qui marquera les gens. J’aime l’idée de laisser une empreinte, quelque chose de concret qui restera plus longtemps que nous. C'est une récompense pour moi.
Ed : Le fait de créer quelque chose, d'avoir ce possible résultat en fin de journée ça m'excite et en même temps ça m'effraie. Le live, c'est excitant, on peut faire un truc fabuleux, un moment qui laissera une empreinte dans la tête de centaines et de centaines de gens. Mais pour un album, c'est ce qu'on laisse vraiment et que tout le monde pourra écouter. Si on fait des erreurs, elles restent gravées.

Russell Leetch EditorsQuels sont les groupes que vous écoutez ?

Chris : J’aime le nouvel album de The Horrors et celui des Maccabees. Sinon je n'ai pas été marqué par grand-chose dernièrement. Le nouvel album des xx aussi.
Ed : Pour moi c'est le nouvel album de Jamie T, Kings and Queens. Il est naturellement cool, il en jette.

Quels sont les 3 albums, tout époque confondue, que vous garderiez en mémoire ?

Ed : David Bowie, Low (1977).
Chris : Remain in light des Talking Heads (1980).
Ed et Chris : Et un dernier, commun : Power, corruption and lies, des New Order (1983).

Que voulez-vous faire après la tournée ?

Chris : A l'inverse de l'album précédent où on a eu besoin de souffler, là on se sent d'humeur créative. Ca ne me dérangerait pas d'enchaîner directement mais on a une tournée d'un an qui se profile donc ce n'est pas possible. Mais après ça, on aura besoin de se poser.
Ed : On est fiers et contents de ce qu'on a fait. On se sent capable de retourner en studio. On a ce qu'il faut. Si on était encore à l'époque des Beattles où on pouvait se débarrasser rapidement des concerts, on retournerait en studio. Mais on a besoin d'argent. Techniquement ce n'est pas possible d'enchaîner directement. C'est jouer qui nous permet de gagner de l'argent et donc de produire un nouvel album.

Tom Smith EditorsComment vous voyez-vous dans 10 ans ?

Ed : Question très difficile ! Certains jours j'ai l'impression qu'on fera exactement la même chose. Mais parfois, après un concert difficile, lourd, j'ai l'impression que dans 10 ans je serai incapable de reproduire le même effort. Mais je pense qu'on sera toujours ensemble dans 10 ans.
Chris : on sera toujours ensemble. Pour pouvoir produire toujours autant, voire mieux, je pense qu'onb aura besoin de se poser un peu plutôt que se disperser comme on le fait aujourd'hui. On a encore besoin de grandir et de mûrir ensemble.

Est-ce que vous voulez dire quelque chose au public français ?

Chris : "Au revoir".
Ed : Rendez-vous au Bataclan (le 14 décembre, NDLR).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Back room de Editors
Editors parmi une sélection de singles (été 2006)
Editors parmi une sélection de singles (juillet 2007)
Editors parmi une sélection de singles (septembre 2007)
La chronique de l'album In This Light And On This Evening de Editors
Articles : Editors en concerts en France - Des albums, des EP et des singles à gagner !
Editors en concert à La Maroquinerie (22 septembre 2005)
Editors en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Editors en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
Editors en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Editors en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
Editors en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Editors en concert au Grand Mix (mardi 27 avril 2010)
Editors en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Editors en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Editors en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Editors en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
Editors en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Editors en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
Editors en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Vendredi 7 juillet
L'interview de Editors (5 avril 2008)

En savoir plus :
Le Site Officiel des Editors
Le Myspace des Editors

crédits photos : Laurent Hini (Toute la série sur Taste of Indie)


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=