Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Seasick Steve
Grand Mix  (Tourcoing)  21 novembre 2009

"Seasick Steve + guests" indiquait le billet. La première question de la soirée à fouler les rangs était bien de savoir qui étaient ces mystérieux invités. Aucune information sur le sujet.

Il est 20h, les portes du Grand Mix s’ouvrent et la foule s’étend doucement à l’intérieur. Beaucoup de connaisseurs, et d’autres tout simplement curieux. Au bar, on entend parler un monsieur qui a fait 1000km pour venir ce soir au concert, de quoi tournait quelques oreilles attentives !

La scène est prête : une batterie dont la grosse claire est signée Seasick Steve, à côté d’une estrade sur laquelle se cotoîent une chaise, un micro et quelques boîtes à son.

La scène est déjà empreinte de l’ambiance à venir et semble prête pour Seasick Steve lui-même, pas pour une première partie, et c’est effectivement le cas.

Le grand Monsieur entre en scène dans sa plus simple dégaine, pantalon du dimanche et chemise à carreaux, accompagné par son batteur aux cheveux longs et blonds qui prend place derrière son instrument.

Steve s’installe sur l’estrade et s’inquiète de savoir s’il va être compris par son public francophone. Mais pas de peur à avoir, le public lillois est au rendez-vous et assure sa partie du spectacle en réagissant sans hésiter aux dialogues de Monsieur Steve ainsi qu’à ses chansons.

Avec "Happy (to have a job)" et son final imposant, le ton est donné. Très vite, la bouteille de Jack Daniels rejoint la scène et s’efface à grandes gorgées directement au goulot dans la gorge de Seasick Steve. Le vieil homme aux 68 printemps ne manque pas d’humour et taquine son assistance volontiers.

Entre chaque morceau, il change d’instruments, mais reste toujours dans ses cordes, ou presque... De la vieille folk classique à l’électrique désinguée dont il ne reste que trois cordes, il nous présente sa boîte à cigares faite maison façon banjo, ou encore une planche de bois sur laquelle trône une seule corde accompagnée d’une poignet de porte de voiture inutile et d’une guirlande de Noël purement décorative.

Le monsieur a de l’humour quand il nous présente ces "piece of shit" qu’il propose au plus offrant, mais le monsieur a surtout du talent. Six, quatre, trois ou une seule corde avec son "Diddley-Bo" pour un morceau homonyme, il en impose. Avec son bottleneck il nous envoit des sons qui font du bien aux oreilles, dans un rythme blues typique de là-bas, et accompagnée d’un batteur attentif et tout aussi performant !

La chaleur monte, que ce soit dans le public ou sur scène, et Seasick Steve tombe la chemise. Entre chaque morceau, il se lève brièvement pour saluer chaleureusement son public, et en profite pour reprendre une ou deux gorgées de whisky. Ambiance décontractée à la cool, on se placerait bien autour d’un feu pour l’écouter et le regarder jouer toute la nuit. D’ailleurs, on y est presque quand Steve descend de son estrade pour venir flirter avec son public complètement sous le charme. Il n’hésite pas à serrer les mains des premiers rangs, à échanger avec eux, puis il s’assoit sur le bord de scène et se laisse encercler par son auditoire.

Cultivant sa relation au public, il fera monter une demoiselle du premier rang sur scène et l’invitera à le rejoindre sur la chaise voisine à la sienne, le temps d’une chanson.

La demoiselle bien qu’impressionnée joue le jeu et redescendra à sa place quelques minutes plus tard, des souvenirs indélébiles plein la tête. Un autre morceau et Seasick Steve invite une demoiselle timide à le rejoindre, elle l’accompagnera le temps d’un morceau, laissant sa voix country se marier avec celle de Steve.

Les morceaux s’enchaînent : "Chiggers", "Seasick Boogie", "Never go west"... entre différents morceaux ils nous racontent sa vie, ses épisodes parfois difficiles lors de son adolescence.

De nouveau Steve retourne se mélanger à son public et finit par descendre complètement dans la fosse pour se mêler totalement à tous les spectacteurs. Un moment fort en émotions et en partage, qui touche profondément certains de ses fans, le monsieur aux mille bornes en particulier.

Après une bonne heure et demi de concert, Seasick Steve s’en va et le public s’éparpille dans la salle de nouveau, des notes de blues plein la tête. Seasick Steve nous a comblés et son nom restera gravé dans nos esprits comme sur chacune de ses guitares.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You Can't Teach An Old Dog New Tricks de Seasick Steve
La chronique de l'album Keepin’ The Horse Between Me And The Ground de Seasick Steve
Seasick Steve en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Seasick Steve en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Seasick Steve en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Seasick Steve en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Seasick Steve en concert à L’Alhambra (vendredi 18 octobre 2013)
Seasick Steve en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche
Seasick Steve en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Samedi 4
Seasick Steve en concert au Festival Lollapalooza Paris #1 (édition 2017) - Dimanche
Seasick Steve en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche

En savoir plus :
Le site officiel de Seasick Steve
Le Bandcamp de Seasick Steve
Le Soundcloud de Seasick Steve
Le Facebook de Seasick Steve

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Agé         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-11-10 :
Listen in Bed - Women (émission 4)
Holy Bones - Silent Scream
Tim Linghaus - We were young when you left home
Bazar Bellamy - Jusqu'ici tout va bien
Rich Deluxe - Glam Shots
Manuel Etienne - Imago
Gilia Girasole & Ray Borneo - Stregata / Stregato
David Kadouch - Révolution
Lysistrata - It It Anita - The Eternal Youth - Le Normandy

• Edition du 2019-11-03 :
The Hyènes - Ça s'arrête jamais EP
PHÔS (Catherine Watine & Intratextures) - A l'oblique
Djen Ka - Ils se mélangent
Cyrille Dubois & Tristan Raës - Liszt : O Lieb !
My Favorite Horses - Funkhauser EP
Da Silva - Au revoir chagrin
Pulcinella - Ça
Samy Thiébault - Symphonic Tales
Frustration - So cold streams
Roseaux - Roseaux II
Joséphine Blanc - Interview
Oiseaux-Tempête - Jessica Moss - Grand Mix
 

• Archives :
Magon - Out in the dark
Melatonin - Departures EP
The Verge - Millions Years
Les Wampas - Sauvre le monde
Cléo Marie - La Cadence EP
Corde - Concorde EP
Matéo Langlois - Décoder les cases EP
Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard - Florilège Baroque
Hamon Martin Quintet - Clameurs
Patrick Burgan - Sphère, Le Lac & Vagues
Anne Gastinel & Xavier Phillips - Offenbach 6 cellos duos
Listen in Bed - Déluge (Mix #3)
Listen in Bed - Vinyles, suite (émission 3)
Kaori - A ciel ouvert
Hugo Lippi - Comfort Zone
Flyin' Saucers Gumbo Special - Nothin' But
Yosta - Hybrid
Lunt - Phantom Solids
Festival Nancy Jazz Pulsations #46 (édition 2019) - Dom La Nena - Sarah McCoy
Jean Felzine - Hors l'amour EP
Adam Green - Engine of Paradise
Lady Arlette - Interview
Nilok 4tet & Daniel Zimmermann - A wonder plante to...
Éric Legnini - Six Strings Under
Tahiti 80 - Fear of an acoustic planet
Orouni - Interview
Listen in Bed - The Sopranos (Mix #2)
Listen in Bed - Vinyles (émission 2)
Vanille - Amazona
Parlor Snakes - Disaster Serenades
- les derniers albums (5802)
- les derniers articles (131)
- les derniers concerts (2317)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1079)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=