Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kevin Coyne
Donut City  (Turpentine Records)  mars 2004

Kevin Coyne, que vous avez pu voir en concert avec Jeffrey Lewis en février au Nouveau Casino lors du premier concert Froggy’s Delight, vient de sortir– tenez-vous bien – son 41ème album...

Pour les fans de Kevin Coyne, c’est une vraie fête car il se présente comme un best of de ses nombreux talents. Pour les autres, c’est le disque parfait pour découvrir un personnage d’une créativité intacte malgré les années et la maladie (Coyne, 60 ans, souffre d’une maladie respiratoire – qui n’entame en rien sa voix).

Après un dur passage à vide dans les années 90 et quelques albums où il se laissait porter par des musiciens allemands peu inspirés ou trop présents, Kevin Coyne a retrouvé l’inspiration avec Sugar Candy Taxi en 1999.

Aujourd’hui, Donut City est un aboutissement. En pleine possession de ses moyens, Coyne maîtrise parfaitement l’album d’un bout à l’autre. Le son est dépouillé, les musiciens au service du chant et des textes.

Le groupe est celui qui tourne actuellement avec lui : Andreas Blüml, guitare et Harry Hirschmann, basse (présents au Nouveau Casino), le fidèle batteur Werner Steinhauser qui co-signe aussi la production. Les rejoignent sur quelques morceaux Robert Coyne – le fils – qui signe à nouveau quelques une de ses chansons pop hypnotiques un peu inquiétantes et l’Américain Michael Lipton, superbe guitariste, qui clôt l’album en frappant sur la reverb de son ampli.

Mais le héros, c’est Coyne. Le chanteur à l’incroyable voix, le songwriter aux textes personnels, dérangeants, effrayants ou carrément fous. Il a composé plusieurs titres au piano ; il a une façon très personnelle de jouer du piano. On le compare parfois à Beefheart, parce qu’ils ont tout deux l’air aussi dingues l’un que l’autre (mais Coyne est tout sauf fou) et c’est vrai qu’il joue du piano comme le Captain jouait du saxophone...

Musicalement, on passe par toutes les facettes de son talent : des blues-rock acoustiques avec son célèbre jeu de guitare rudimentaire, "No More Rain" une espèce de ballade country-pop qui rappelle son vieux "Marlene" puis on saute en plein délire avec l’angoissant "I Hear Voices" ou dans la pure folie de "Come Back Home" , prière gospel accompagnée à coup de poings sur un piano saturé.

Sans oublier "Big Fat Bird" avec une des spécialités coyniennes, la voix qui répète en arrière-plan comme une rythmique la même phrase pendant toute la chanson et qui rappelle l’inoubliable "Mona where’s me trousers" . "Crocodile" est une métaphore de sa maladie.

Enfin "Smile Right Back", un superbe titre, digne de Beautiful Extremes etc, son album acoustique des années 70. Toutçca échappe à toute possibilité d’étiquetage : c’est du Kevin Coyne, ça va du blues à l’avant-garde sans crier gare.

Comme pour tous ses albums, Coyne improvise en studio, la musique comme les paroles. Les musiciens enregistrent donc leurs parties après le chant. Le monde à l’envers.

Il l’a souvent chanté : "I’m Still Here !" . Il est oublié, il joue dans de petites salles et vend peu de disques, il s’en fout. Il est conscient de sa valeur. Il continue. Il est au sommet de son art.

Laissez-vous entraîner.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Kevin Coyne not dead -
Articles : Kevin Coyne - Kevin Coyne not dead (2)
Articles : Jeffrey Lewis - Kevin Coyne - Le concert évènement signé Froggy's Delight.
Kevin Coyne en concert au Nouveau Casino (9 février 2004)
Kevin Coyne en concert au 100 Club (29 octobre 2004)
L'interview de Kevin Coyne et Jeffrey Lewis (9 Fevrier 2004)


PascalR         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 juin 2018 : Voyage Voyage

Ce week end, l'équipe de Froggy's Delight est allée faire un tour en Normandie pour tourner 3 sessions à venir très bientôt... résultat des courses, une édition un peu plus light que d'habitude, mais on se rattrapera la semaine prochaine avec la session de Brisa Roché et plein d'autres choses, en attendant, voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Side stories" de Thomas Bramerie Trio
"Pied-tendre" deLucien Chéenne
"Love is dead" de CHVRCHES
"Macadamia" de Adam and the Madams
"Endorphine" de Daran
Rencontre avec Brisa Roché
autour de son album "Father"
"Hekatombeando" de Flor del Fango
Rencontre avec Foray
"Fortune EP" de Ghern
"Broken land" de Initiative H
"Matelot EP" de Laïn
"The iron age" de Nicolas Gardel et The Head Bangers
"F..k the jazz !" de Pascal Pistone et Delphine Lavergne au Petit théâtre du Bonheur
"Strangers" de The Ramona Flowers
"Banburismus" de Zonk't

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Double Inconstance" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Table rase" à la Manufacture des Abbesses
"C'est maintenant que ça commence" au Théâtre Essaion
"I love Piaf" au Théâtre Le Lucernaire
"On monte Mae West !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
le compte-rendu de la 2ème édition du Festival des Ecoles de l'Union avec les spectacles :
"La Condition Collective"
"Le cercueil est trop grand pour la fosse"
"Le Roi Lear"
"L'Album d'Agnès"
et "Le Mariage forcé - Le Médecin volant"
des reprises avec :
"Darius" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Dévaste-moi" à la Maison des Métallos
"Huis Clos" à la Comédie Saint-Michel
et les chroniques des autres spectacles de juin

Expositions avec :

"Zao Wou-Ki - L'espace est silence" au Musée d'art moderne
et dernière ligne droite pour : "Tintoret - Naissance d'un génie" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Ma Fille" de Laura Bispuri
"Un couteau dans le coeur" de Yann Gonzalez
et les chroniques des autres sorties de juin

Lecture avec :

"Dehors" de Yann Moix
"Divine vengeance" de Fransceso Muzzopappa
"Funambules" de Charlotte Erlih
"L'Afrique, nouvelle frontière du djihad ?" de Marc antoine Pérouse de Montclos
"Le coeur des amazones" de Christian Rossi et Géraldine Bindi
"Le Grraaou" de Etienne Beck et Jonvon Nias
"Mon autre famille" de Armistead Maupin
"Une femme infréquentable" de Chris Dolan
"Une seconde de trop" de Linda Green
et toujours :
"Ayacucho" de Alfredo Pita
"Ceinture, rétro, clignotant" de Dorthe Nors
"La nuit de l'usine" de Eduardo Sacheri

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=