Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kevin Coyne
Donut City  (Turpentine Records)  mars 2004

Kevin Coyne, que vous avez pu voir en concert avec Jeffrey Lewis en février au Nouveau Casino lors du premier concert Froggy’s Delight, vient de sortir– tenez-vous bien – son 41ème album...

Pour les fans de Kevin Coyne, c’est une vraie fête car il se présente comme un best of de ses nombreux talents. Pour les autres, c’est le disque parfait pour découvrir un personnage d’une créativité intacte malgré les années et la maladie (Coyne, 60 ans, souffre d’une maladie respiratoire – qui n’entame en rien sa voix).

Après un dur passage à vide dans les années 90 et quelques albums où il se laissait porter par des musiciens allemands peu inspirés ou trop présents, Kevin Coyne a retrouvé l’inspiration avec Sugar Candy Taxi en 1999.

Aujourd’hui, Donut City est un aboutissement. En pleine possession de ses moyens, Coyne maîtrise parfaitement l’album d’un bout à l’autre. Le son est dépouillé, les musiciens au service du chant et des textes.

Le groupe est celui qui tourne actuellement avec lui : Andreas Blüml, guitare et Harry Hirschmann, basse (présents au Nouveau Casino), le fidèle batteur Werner Steinhauser qui co-signe aussi la production. Les rejoignent sur quelques morceaux Robert Coyne – le fils – qui signe à nouveau quelques une de ses chansons pop hypnotiques un peu inquiétantes et l’Américain Michael Lipton, superbe guitariste, qui clôt l’album en frappant sur la reverb de son ampli.

Mais le héros, c’est Coyne. Le chanteur à l’incroyable voix, le songwriter aux textes personnels, dérangeants, effrayants ou carrément fous. Il a composé plusieurs titres au piano ; il a une façon très personnelle de jouer du piano. On le compare parfois à Beefheart, parce qu’ils ont tout deux l’air aussi dingues l’un que l’autre (mais Coyne est tout sauf fou) et c’est vrai qu’il joue du piano comme le Captain jouait du saxophone...

Musicalement, on passe par toutes les facettes de son talent : des blues-rock acoustiques avec son célèbre jeu de guitare rudimentaire, "No More Rain" une espèce de ballade country-pop qui rappelle son vieux "Marlene" puis on saute en plein délire avec l’angoissant "I Hear Voices" ou dans la pure folie de "Come Back Home" , prière gospel accompagnée à coup de poings sur un piano saturé.

Sans oublier "Big Fat Bird" avec une des spécialités coyniennes, la voix qui répète en arrière-plan comme une rythmique la même phrase pendant toute la chanson et qui rappelle l’inoubliable "Mona where’s me trousers" . "Crocodile" est une métaphore de sa maladie.

Enfin "Smile Right Back", un superbe titre, digne de Beautiful Extremes etc, son album acoustique des années 70. Toutçca échappe à toute possibilité d’étiquetage : c’est du Kevin Coyne, ça va du blues à l’avant-garde sans crier gare.

Comme pour tous ses albums, Coyne improvise en studio, la musique comme les paroles. Les musiciens enregistrent donc leurs parties après le chant. Le monde à l’envers.

Il l’a souvent chanté : "I’m Still Here !" . Il est oublié, il joue dans de petites salles et vend peu de disques, il s’en fout. Il est conscient de sa valeur. Il continue. Il est au sommet de son art.

Laissez-vous entraîner.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Kevin Coyne not dead -
Articles : Kevin Coyne - Kevin Coyne not dead (2)
Articles : Jeffrey Lewis - Kevin Coyne - Le concert évènement signé Froggy's Delight.
Kevin Coyne en concert au Nouveau Casino (9 février 2004)
Kevin Coyne en concert au 100 Club (29 octobre 2004)
L'interview de Kevin Coyne et Jeffrey Lewis (9 Fevrier 2004)


PascalR         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=