Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kevin Coyne
Donut City  (Turpentine Records)  mars 2004

Kevin Coyne, que vous avez pu voir en concert avec Jeffrey Lewis en février au Nouveau Casino lors du premier concert Froggy’s Delight, vient de sortir– tenez-vous bien – son 41ème album...

Pour les fans de Kevin Coyne, c’est une vraie fête car il se présente comme un best of de ses nombreux talents. Pour les autres, c’est le disque parfait pour découvrir un personnage d’une créativité intacte malgré les années et la maladie (Coyne, 60 ans, souffre d’une maladie respiratoire – qui n’entame en rien sa voix).

Après un dur passage à vide dans les années 90 et quelques albums où il se laissait porter par des musiciens allemands peu inspirés ou trop présents, Kevin Coyne a retrouvé l’inspiration avec Sugar Candy Taxi en 1999.

Aujourd’hui, Donut City est un aboutissement. En pleine possession de ses moyens, Coyne maîtrise parfaitement l’album d’un bout à l’autre. Le son est dépouillé, les musiciens au service du chant et des textes.

Le groupe est celui qui tourne actuellement avec lui : Andreas Blüml, guitare et Harry Hirschmann, basse (présents au Nouveau Casino), le fidèle batteur Werner Steinhauser qui co-signe aussi la production. Les rejoignent sur quelques morceaux Robert Coyne – le fils – qui signe à nouveau quelques une de ses chansons pop hypnotiques un peu inquiétantes et l’Américain Michael Lipton, superbe guitariste, qui clôt l’album en frappant sur la reverb de son ampli.

Mais le héros, c’est Coyne. Le chanteur à l’incroyable voix, le songwriter aux textes personnels, dérangeants, effrayants ou carrément fous. Il a composé plusieurs titres au piano ; il a une façon très personnelle de jouer du piano. On le compare parfois à Beefheart, parce qu’ils ont tout deux l’air aussi dingues l’un que l’autre (mais Coyne est tout sauf fou) et c’est vrai qu’il joue du piano comme le Captain jouait du saxophone...

Musicalement, on passe par toutes les facettes de son talent : des blues-rock acoustiques avec son célèbre jeu de guitare rudimentaire, "No More Rain" une espèce de ballade country-pop qui rappelle son vieux "Marlene" puis on saute en plein délire avec l’angoissant "I Hear Voices" ou dans la pure folie de "Come Back Home" , prière gospel accompagnée à coup de poings sur un piano saturé.

Sans oublier "Big Fat Bird" avec une des spécialités coyniennes, la voix qui répète en arrière-plan comme une rythmique la même phrase pendant toute la chanson et qui rappelle l’inoubliable "Mona where’s me trousers" . "Crocodile" est une métaphore de sa maladie.

Enfin "Smile Right Back", un superbe titre, digne de Beautiful Extremes etc, son album acoustique des années 70. Toutçca échappe à toute possibilité d’étiquetage : c’est du Kevin Coyne, ça va du blues à l’avant-garde sans crier gare.

Comme pour tous ses albums, Coyne improvise en studio, la musique comme les paroles. Les musiciens enregistrent donc leurs parties après le chant. Le monde à l’envers.

Il l’a souvent chanté : "I’m Still Here !" . Il est oublié, il joue dans de petites salles et vend peu de disques, il s’en fout. Il est conscient de sa valeur. Il continue. Il est au sommet de son art.

Laissez-vous entraîner.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Kevin Coyne not dead -
Articles : Kevin Coyne - Kevin Coyne not dead (2)
Articles : Jeffrey Lewis - Kevin Coyne - Le concert évènement signé Froggy's Delight.
Kevin Coyne en concert au Nouveau Casino (9 février 2004)
Kevin Coyne en concert au 100 Club (29 octobre 2004)
L'interview de Kevin Coyne et Jeffrey Lewis (9 Fevrier 2004)


PascalR         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 mars 2017 : Tout vient à point à qui sait attendre le printemps

Voilà, c'est le printemps, premier soleil, premières fleurs, bientôt les premiers festivals. En attendant voici de quoi satisfaire votre appétit de nouveautés et rattraper les désagréments de l'heure perdue dans la nuit. Sans plus attendre voici de quoi lire, voir et écouter :

Du côté de la musique :

"Spirit" de Depeche Mode
"Murmuration" de Rabih Gebeile
"Burning the threshold" de Six Organs Of Admintance
"Shikantaza" de Chinese Man
"Mozart / Rachmaninov : Concertos & A conversation that never was" de Grigory Sokolov
"Rivers" de Polaroid3
"Now is not a good time" de The Keys
Matmatah et Lord Ruby au Transbordeur de Lyon
et toujours :
"A day for the hunter, a day for the prey" de Leyla McCalla, "My wild west" de Lissie, "Chopin : Late works" de Maurizio Pollini, "Vocello" de Henri Demarquette, "Messages personnels " de Emma Solal, Mustang, Akira Kosemura, Sylvain Fesson, Lonny Montem dans une sélection de single
"Elements" de Zenzile, Rencontre avec Narrow Terence autour de leur nouvel album "Rumble-o-rama" accompagné d'une session live, "Plates coutures" de Matmatah

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Larmes d'Oedipe" au Théâtre de la Colline
"Lili" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Palestro" au Théâtre L'Atalante
"Cut" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Serment d'Hippocrate" au Théâtre 14
"La nuit à l'envers" au Théâtre Essaion
"L'héroïsme au temps de la grippe aviaire" au Théâtre de Belleville
"Les Mauvaises graines" au Chat noir
"Les Misérables" au Théâtre Le Lucernaire
"L'histoire d'une femme" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Yanoswki - Le Cabaret extraordinaire" au Bal Blomet
"Alil Vardar - Comment garder son mec" à la Grande Comédie
des reprises :
"Nous qui sommes 100" au Théâtre Les Déchargeurs
"Océanerosemarie - Chatons violents" au Théâtre des Béliers parisiens
et la chronique des autres spectacles de mars

Expositions avec :

"Pissarro - Le premier des Impressionnistes" au Musée Marmottan-Monet
"Balenciaga - L'oeuvre au noir" au Musée Bourdelle

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pourvu qu'on m'aime" de Carlo Zoratti
"Félicité" de Alain Gomis
"Sage Femme" de Martin Provost
Oldies but goodies" avec "Seven" de David Fincher projeté dans le cadre de la rétrospective Darius Khondji à la Cinémathèque française
et les chroniques des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Deux cigarettes dans le noir" de Julien Dufresne-Lamy
"La compagnie des glaces - Tomes 3 et 4" de G.-J. Arnaud
"Le grand combat" de Ta-Nehesi Coates
"Le parfum de l'hellébore" de Cathy Bonidan
et toujours :
"Les filles déchues de Wakewater" de V.H. Leslie
"Les temps de la cruauté" de Gary Victor
"Les insouciants" de Peter Behrens

Froggeek's Delight :

Festival Trolls & Légendes #7 du 14 au 16 avril à Mons
et toujours :
Les MMO Free to play en 2017 - Eve Online - Black Desert Online - Revelation Online - Tera
Edition limitée de Life is Strange
sur PS4, Xbox One et PC
Retour sur la Nintendo Switch, un test complet très prochainement

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=