Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Black Box Revelation
Silver Threats  (PIAS)  février 2010

Cette chronique vous l'auriez déjà lue mille fois, et cela aurait donné, à chaque fois : "Les Black Box Revelations (BBR) déboulent avec une nouvelle galette de leur blues-rock un peu garage, un peu gras. La guitare, acérée, nous délivre une série de riffs tendus, sous les martèlements puissants de la batterie. Une musique orageuse, électrique et métallique" – et autres variations pauvres en style sur le même texte un peu vide, où l'on repère assez vite les mots les plus clichés de la langue des critiques musicaux.

À l'origine, ces tics étaient de simples outils permettant à l'écrivailleur, professionnel en devoir de produire, de surmonter un passager manque d'inspiration et de rendre, ni vu ni connu, un texte même lorsqu'il n'avait rien à dire. Dé-mot-tivé (c'est-à-dire, voudrons-nous croire : privé de ses mots), le chroniqueur savait recourir à des trucs, des astuces, tours de passe-passe et techniques lui permettant de s'acquitter des tâches peut-être trop nombreuses ou difficiles qui lui étaient confiées. Tirant à la ligne, de phrase toute faite en image un peu vide, il accomplissait ainsi consciencieusement, quoique pauvrement, son office. Méfiez-vous toujours, lorsque sur votre route vous croiserez cette langue du cliché. Quand le disque sous la plume se fait galette, l'indigence critique n'est pas loin.

On aurait même pu faire de cette maxime un adage infaillible si, par le mimétisme des pauvres en inspiration, l'expédient un peu honteux n'était pas devenu le tout de la critique musicale : n'y voyant que du feu, les chroniqueurs en devenir, enthousiastes mais naïfs et trop admiratifs, s'imaginent qu'écrire sur la musique doit forcément se faire dans cette langue et l'adoptent en conséquence avec tout le zèle de leur inexpérience. Si bien que cette langue, lorsqu'on n'y prend pas garde, nous revient facilement en bouche, parasitant même les textes qui nous sont les plus chers pour venir lécher, goulue tentatrice, l'œil et l'oreille du lecteur/ auditeur.

Mais si l'on peut accepter de telles facilités de la part d'apprentis-scribouilleurs, certainement blogueurs et encore pleins du lait de l'innocence, ce serait un peu court pour un homme de plume fait, qui pourrait dire aux lecteurs mélomanes bien d'autres choses en somme.

Car pour écrire sur la musique, on n'en écrit pas moins, tout court ; et le sujet, noble, mérite que l'on y mette du sien, que l'on s'y saigne aux quatre veines, se faisant un sang d'encre, au sens propre, ne vivant que dans l'espoir du point final apporté à un texte précieux. Totalité, accomplissement, élévation de l'âme, en sorte – on voit quelles hautes ambitions s'opposent au contentement un peu misérable de la galette et du déboulement.

Car il importe, surtout, que le texte rende quelque chose de l'atmosphère du disque. Faute de pouvoir en mots dire la musique telle qu'elle s'est mise en disque, il faut en style littéraire permettre, expressionniste et évocateur, au lecteur de s'approcher de la vérité des compositions.

Silver Threats, le deuxième album des Black Box Revelations, ne brille certes pas par sa finesse ou la nouveauté de son rock – on y aurait plutôt cuisiné dans la plus vieille marmite du rock les plats les plus classiques d'un livre de recettes à la couverture jaunie (ah ! l'idée que jamais ne meure le rock'n roll...) ; quelques épices en plus, à la rigueur : plus brut que son prédécesseur il est aussi, un peu paradoxalement, plus arrangé et plus psychédélique ("Here comes the kick" en est l'exemple parfait – et épique : neuf minutes).

En deux années de tournée intense et d'épuisement rock-cliché (façon road-movie, en noir, blanc, cuir & lunettes noires), la musique du duo a gagné en densité (écrasante) ce qu'elle a (vaguement) perdu en urgence. Deux années qui ont certainement compté autant humainement, voire biographiquement, que musicalement puisque les deux compères n'avaient pas vingt ans à l'époque de leur premier disque. Autant Set your head on fire pouvait briller par sa candeur et son côté très direct, autant Silver Threats s'impose d'emblée comme une œuvre de maturité : aucun gamin, fut-il enfant génial, miraculeux et prodige, n'aurait pu écrire les complexes "Where has all this mess begun" ou "Our town has changed for years now".

On sent ici, plus que les menaces argentées promises par le titre, la menace d'une jeunesse véritable : sortie de l'enfance, dépouponnée et sûre de ses forces créatrices. Prête à renverser le monde, fut-il celui du rock. Quelque chose de primitif, réellement, d'inquiétant, de primal, comme on le dirait d'un cri, d'une pulsion. Une tension de l'ordre du sexuel, de la libido, de cette pure affirmation de puissance (écoutez l'excellent "Love licks" en songeant à tout ce qu'a de dérangeant pour la société bien-pensante l'idée d'une sexualité adolescente ; songez à Larry Clark, aux Noces Blanches, au Péril jeune, au mythe de Lolita, pourquoi pas – vous touchez du doigt une certaine vérité de ce qu'est le rock'n roll, depuis son origine).

Résultat : le duo s'élève très loin au-dessus de son premier opus sans réellement en changer la donne : un blues-rock un peu garage, un peu gras. La guitare, acérée, nous délivre une série de riffs tendus, sous les martèlements puissants de la batterie. Une musique orageuse, électrique et métallique. Voilà la nouvelle galette avec laquelle déboulent les Black Box Revelations.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Set your head on fire de The Black Box Revelation
The Black Box Revelation en concert au Fil (8 avril 2009)
The Black Box Revelation en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
The Black Box Revelation en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
The Black Box Revelation en concert à Aéronef (samedi 9 octobre 2010)
The Black Box Revelation en concert à La Maroquinerie (lundi 11 octobre 2010)
The Black Box Revelation en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
The Black Box Revelation en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)


En savoir plus :
Le site officiel de The Black Box Revelation
Le Myspace de The Black Box Revelation


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

The Black Box Revelation (11 octobre 2010)
The Black Box Revelation (14 décembre 2009)


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=