Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laetitia Sadier - Zak Laughed - Jerri
La Fil  (Saint-Etienne)  samedi 13 mars 2010

Je ne savais pas à quoi m’attendre en rentrant dans ce grand cube ficelé d’acier : le Fil de la ville aux sept collines. Une nuit qui promet de la fraicheur à tout va + de la neige même pas encore fondue + une porte blindée + deux patibulaires pros du dévisagement à la lampe torche = accroche toi à ton sac et remonte ton col mémé.

Et puis j’ai vu de la lumière, alors je suis rentrée. Et là, contraste complet avec l’extérieur : chaleur, sourires accueillants de parfaits inconnus venus regarder de la musique.

Pour ma part, l’expérience inédite s’est révélée comparable à une pièce en trois actes, liés les uns aux autres pour se contredire ou se compléter.

ACTE I : Laëtitia Sadier, d’abord toute seule comme une petite fille avec sa guitare à l’envers, sa mèche rebelle et ses loupiotes pour éclairer les ombres suspectes. Je n’étais pas née dans les années 90 (disons que mes oreilles n’avaient pas encore éclos), quand elle jouait avec ses copains de Stereolab, voyons voir ce que donne ce projet solo.

Quelques notes pour chauffer les doigts, quelques murmures pour chauffer la voix, une petite gorgée et c’est parti pour un voyage au pays qui susurre des mots interdits aux oreilles des passants. En toute intimité, pour le public côté cour, elle chante comme une fée clochette, enchainant les chansons comme on lance des sorts avec une voix grave et posée, qui fait l’effet d’un courant d’air chaud au dessus d’un bon café bien corsé, ça soulage. A la promiscuité relative du public côté jardin, elle offre un mélange de saveurs auditives hypnotisant semblable à un ciel sans nuage, ça apaise. Et cette dernière chanson qui ne veut pas finir nous confie-t-elle. Déjà ? J’ai cligné des yeux, je me suis réveillée l’esprit engourdi, à peine le temps de retourner dans mon corps pour la voir se lever et partir. Tout m’a semblé bien trop court, bien trop bref, m’a laissé un goût d’inachevé, comme ce fichu rêve que je ne finis jamais, interrompu par le même claquement de porte, fichu voisin. Finalement, elle n’a besoin de personne, toute seule comme une grande fille avec sa guitare, son tabouret et son micro. Rideau, au revoir, merci.

ACTE II : Zak Laughed et compagnie : un petit lutin en colère, avec la bosse de l’anglais, coiffé comme Oliver Twist qui nous trouve trop loin, pas assez bavards, trop calmes, pas assez bruyants.

Malgré une indéniable maîtrise des instruments du haut de ses 16 ans (lui non plus n’était pas né en 1990), après moult changements de guitares, je ne l’ai pas suivi dans son invitation à la trépigne. La faute à mon petit orteil (un peu loin de mon cerveau) encore agrippé à mon nuage précédent.

Pour les amateurs, il est venu avec trois potos pour l’encadrer (le cousin machin a mis les doigts dans la prise là-bas au fond ?), le regarder (un ticket gagnant à la loterie qui s’est offert une place à la gauche du guest ?), lui faire deux trois sons en plus (en plus du droit de se faire charrier après une tentative de séduction du public ?). Pour les connaisseurs, son style folk rock bien formaté d’enfant précoce défraye la chronique depuis quelques temps. Rideau, tchao gamin.

ACTE III : Jerri, c’est lequel déjà ? Le chat ou la souris ? Et bien, c’est les deux, non, les quatre Anthony, Laurent, Flavien et Mickaël. C’est un groupe de chez groupe, qui joue à la chaise musicale entre deux morceaux, 1, 2, 3 je vais à la batterie, prend la place de machin au clavier pas branché (oups, help, merci les gars), truc va à la guitare, je lui filerai la mienne pour le prochain morceau, quand je serai au grand clavier.

3 musiciens muets qui ont probablement prêté leur voix au chanteur pour qu’il dégage une telle puissance enragée, j’espère qu’il ne fait pas trop peur à la boulangère avec une voix pareille. Les écouter, c’est aussi surfer sur une planche magnétique en forme de nénuphar à paillettes au gré des flux électrostatiques du cosmos ; un peu envoûtant, follement grisant. Parce que leur style est "un mélange très fourni de pop folk électronique typé post punk" (ndlr : citation de l'émission Le Fil Eclectic #5).

Pour les Nuls, c’est un mélange de n’importe quoi électronique, ce qui à mon avis n’a rien de musical ni d’harmonieux à l’origine, mais Jerri tous ensemble arrive à en faire quelque chose de véritablement cohérent et transportant. Et pour le final, Laëtitia Sadier et SoulJah'zz se pointent tranquillement, pour jouer un morceau d’écorché, histoire de jouer les prolongations encore et encore. Au fait, c’est la première fois que j’entends fuck dans une chanson d’amour sans être choquée. Applause. Rideau, au revoir, à bientôt.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Silencio de Laetitia Sadier
La chronique de l'album Something Shines de Laetitia Sadier
Laetitia Sadier en concert au Café de la Danse (dimanche 31 octobre 2010)
L'interview de Laetitia Sadier (samedi 27 septembre 2014)
La chronique de l'album Fab four suture de Stereolab
Stereolab en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Stereolab en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)
Stereolab en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Jeudi 15
La chronique de l'album Socialisme ou barbarie the bedroom recordings de Monade
La chronique de l'album A few steps more de Monade
La chronique de l'album Monstre Cosmic de Monade
Monade en concert au Divan du Monde (15 février 2008)
La chronique de l'album The Last Memories Of My Old House de Zak Laughed
Zak Laughed en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (jeudi 5)
Zak Laughed en concert au Festival Ground Zero
L'interview de Zak Laughed (19 septembre 2009)
L'interview de Kütu Folk Records : Hospital Ships, St Augustine et Zak Laughed (mercredi 27 avril 2011)
La chronique de l'album eponyme de Jerri
Articles : Jerri - Le journal de l'enregistrement
Articles : B R OAD WAY - Jerri - Pocket Bastard - Projet SI - Matru - Les Sainté Sessions (partie 1)
Articles : Projet SI - Jerri - Pocket Bastard - B R OAD WAY - Matru - Les Sainté Sessions (partie 2)
Articles : Pocket Bastard - Projet SI - Jerri - B R OAD WAY - Matru - Les Sainté Sessions (partie 3)
Jerri en concert à B R OAD WAY - Quatuor Pli - Gagadilo - Jerri - L'Armée des Ombres - Mick est tout seul (29 octobre 2008)
L'interview de Jerri ( août 2008)
L'interview de Jerri (21 juin 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Laetitia Sadier
Le Soundcloud de Laetitia Sadier
Le Myspace de Laetitia Sadier
Le Facebook de Laetitia Sadier
Le Myspace de Zak Laughed
Le Myspace de Jerri

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er juin 2020 : Retour à la réalité
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=