Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Go Find - The Album Leaf
L'Aéronef  (Lille)  samedi 20 mars 2010

Repoussons les murs du club de l'Aéronef de Lille et accueillons deux groupes un peu costauds et nombreux dans la tanière !

Les instruments se côtoient de près et se font une place parfois avec difficulté, tandis que le public serein retrouve le bord de scène dans une ambiance plutôt inhabituelle.

Le premier groupe ouvre la soirée, il s'agit de The Go Find, groupe belge mené par Dieter Sermeus. L'occasion pour eux de venir présenter leur troisième album, Everybody knows it's gonna happen only not tonight.

Voilà comme une confidence entre amis autour d'un feu et de quelques chopes, sur un air qui mélange mélodie, pop et électro. Nos amis d'Anvers apportent la couleur et la chaleur d'une histoire quasi intime avec leur public.

Le batteur attend plusieurs morceaux avant de se dévêtir et entre quasiment en transe, porté par le rythme appuyé qu'il offre aux morceaux. Le bassiste, le guitariste, le claviériste et le chanteur ne le laissent pas partir seul et très vite, dans des montées puissantes de son qui flirtent avec l'ambiant pop, les murs se mettent à trembler.

Des arrangements menés avec habileté, une alliance acoustique et synthétique qui sonne plutôt bien, mais les références électro restent collés à la peau du groupe. Et si après une grosse montée en puissance poussée par la basse et la batterie merveilleusement unies, on se perdrait facilement dans les chants sensibles et les confidences du groupe, le retour à l'electro propulsé par l'ordinateur et le synthé peut en perturber quelques uns et faire vite retomber l'euphorie.

Après un joli set, The Go Find s'efface et laisse place au groupe phare de cette soirée, The Album Leaf.

Quelques barrettes de leds sur les pieds de micro, un écran géant qui se déroule dans le fond de scène, des petites lumières discrètes mises en place pour l'éclairage des pédales...

Le spectacle s'annonce obscur, mais beau, à l'image des albums du groupe. Les musiciens entrent en scène et l'Aéronef plonge dans l'univers de The Album Leaf. Là où le post-rock se marie sur des images d'échappées infinies avec quelques touches électro minimal. L'ambiance n'en serait sans doute que plus forte si la projection sur l'écran du fond était plus visible, faute un peu à la petitesse de la scène.

Un bout de chemin s'est dessiné depuis leurs premières collaborations avec Sigur Rós ou Amiina. Devenu une référence électro-pop, le groupe vient de sortir son cinquième album, A Chorus of Storytellers, qui traduit toujours aussi bien la fascination de Jimmy LaValle pour l'Islande et ses paysages polaires. C'est d'ailleurs à Reykjavik que l'album a été mixé dans le studio de Birgir Jon Birgisson (Sigur Rós).

Globalement une recette qui reste la même au fil des albums même si les arrangements et les instruments se retrouvent plus nombreux, plus réussis.

Un concert puissant, où le rêve est libre de prendre une envolée spectaculaire. C'est comblés et transportés vers quelques plaines islandaises que nous repartons le sourire aux lèvres. Un album beau pour un concert tout aussi fort que réussi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album In a safe place de The Album Leaf
La chronique de l'album Into the blue again de The Album Leaf
La chronique de l'album A Chorus Of Storytellers de The Album Leaf

En savoir plus :
Le site officiel de The Go Find
Le Myspace de The Go Find
Le site officiel de The Album Leaf
Le Myspace de The Album Leaf

Crédits photos : Marion Agé (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Agé         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
- 8 mars 2020 : La vie en (mo) rose
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=