Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Amélie les crayons
Conférence de presse  (Printemps de Bourges)  23 avril 2004

Découvertes de la région Rhône-Alpes en tête à tête avec la chanteuse

Tout d’abord, d’où vient votre nom ?

C’est top secret ! Non, ce n’est pas vrai… En fait, c’est une question qui revient assez régulièrement. On a appelé notre deuxième album "Et pourquoi les crayons ?", et la réponse est dedans.

Comment en êtes-vous arrivés là ? Quel est votre parcours, votre formation ?

Moi je viens du théâtre de rue, je suis tombée dans la chanson un peu par hasard. On est quatre sur scène, trois garçons qui font de la musique : accordéon, piano, contrebasse et clarinette. On a des parcours assez différents chacun : un qui était artisan, l’autre ingénieur et puis finalement, ils se sont dirigés vers la musique à un moment donné de leur vie. Cela fait environ deux et demi qu’Amélie les Crayons existe.

Pourquoi avoir créé un univers gai, bucolique ? Est-ce juste pour le spectacle ou cela reflète-t-il votre personnalité ?

C’est un univers qui s’est fabriqué au fur et à mesure sur scène avec un personnage à part entière. C’est un archétype de femmes, au pluriel, comme plein de bouts de femmes en une seule personne. Il y a un coté bucolique, oui, mais derrière, il se cache des choses un peu étranges, notamment une fille un peu coincée mais qui, des fois, pète un plomb et devient rock’n’roll, quoi !

Qu’est-ce que cela représente pour vous d’être Découvertes du Printemps de Bourges 2004 ?

C’est une super fierté pour nous de pouvoir représenter la région Rhône-Alpes. C’est une grande occasion de jouer devant plein de professionnels à la fois, c’est extraordinaire parce que des fois on rencontre des gens du métier sur la route, mais pas autant d’un coup ! C’est l’occasion rêvée de pouvoir montrer qu’on existe.

Attendez-vous des retombées spéciales du Printemps ?

Rien de spécial, juste dire que nous, on est ça et on fait ça.

Graphistes, stylistes, vous avez l’air d’être bien entourés, est un mouvement de la région ou ces gens font-ils partie de votre propre entourage ?

En fait, c’est un peu comme ce qui se passe sur scène. J’ai rencontré des gens au fur et à mesure et j’ai eu envie de travailler avec eux, ils ont eu envie de travailler avec moi aussi, c’est une histoire de partage, de rencontres. Finalement, il s’est avéré que pour moi, le visuel et l’aspect scénique sont devenus très importants. La communication l’est aussi et c’est pour ça qu’on a des affiches avec ce qui se passe sur scène, c’est assez important pour moi de jouer sur le visuel.

Quelles sont vos influences musicales ? On parle souvent de vous en vous comparant à Jeanne Cherahl, qu’en pensez-vous ?

Super, moi j’aime Jeanne Cherahl. C’est quand même très différent, je sais pas si tu nous as déjà écouté mais il faut nous voir sur scène. C’est vraiment différent. J’ai rencontré Jeanne et on a tchatché, mais on a chacune notre route. Sinon j’ai pas mal écouté du classique parce que j’ai fait du piano classique pendant une dizaine d’années. J’aime aussi la musique traditionnelle, du monde et de France. En dehors de ça, je n’ai pas vraiment écouté beaucoup de chansons mais j’ai découvert par exemple Thomas Fersen, Clarika…et j’aime beaucoup leur travail. Je me sens assez proches de ces gens-là.

Etes-vous allée voir des concerts sur ce festival ?

Je n’en ai pas vraiment eu l’occasion, puis, il faut pouvoir rentrer. Mais par contre je suis allée voir quelques découvertes, mais après, c’est une histoire de temps, car ce sont les horaires où on tracte. Mais on a vu notamment Electro-chok. L’électro, moi c’est un truc que je ne connais pas et que je n’aime pas trop. Si une copine me dit, "Viens on va voir un concert d’électro", je dirai non. Et puis en fait, c’était très bien et j’ai beaucoup aimé.

Où en est la préparation du nouvel album ?

Ça y est, il part au pressage en fin de semaine, il arrive dans trois semaines. Il sera distribué dans toute la France par L’autre distribution et puis on va faire des tournées avec cet album-là.

Enfin, la petite question Froggydelight, comment définiriez-vous votre musique en trois mots ?

Ca peut être une expression ? Alors "dompteuse de coquelicots barjo" !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Amélie les crayons en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004


Céline         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=