Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Daniel Johnston & The Beam Orchestra
Le Splendid  (Lille)  dimanche 18 avril 2010

Je ne pouvais imaginer voir un jour Daniel Johnston sur scène, pas seulement pour la raison que ses concerts sont rares, mais aussi parce qu’il m’est difficile d’assister à la fragilité psychologique d’artistes se produisant en spectacle – comme s’il y avait là une indécence : quelque chose de l’ordre du voyeurisme.

Et dans le cas du chanteur américain, je savais le style de prestation que j’allais découvrir : je l’avais récemment aperçu dans une vidéo sur internet, interprétant de sa voix inimitable une de ses anciennes chansons, mais d’une manière troublante : son instabilité (nerveuse, psychique, mentale), visible sur la vidéo par plusieurs signes physiques, contrastait avec son plaisir évident de chanter. Comme si pour Daniel Johnston ces défaillances avaient moins d’importance que l’émotion musicale suscitée.

J’ai finalement décidé de ne pas rater son passage à Lille pour deux raisons. D’abord parce que je n’ai jamais oublié son album de 1994, Fun, qui a beaucoup compté pour moi – ma subjectivité m’avait alors dispensé de savoir si ce disque était son meilleur ; et s’il était nécessaire de connaître les autres albums (environ une vingtaine) – je n’ai pas la manie des collectionneurs. Ensuite – deuxième raison – parce que le journaliste Pierre Siankowski a écrit sur le site des Inrocks un article dégueulasse sur le chanteur, d’une méchanceté effarante, qu’il me fallait rectifier d’une manière ou d’une autre – la réfutation dans ce cas m’apparaissant comme vaine.

Je m’explique : réduire Daniel Johnston à ses problèmes de santé, en s’en moquant, est navrant. D’un autre côté, parler uniquement de sa musique me paraît insuffisant. Quelle démarche à suivre dans ce cas ? D’abord s’interroger sur le rapport qu’entretient le musicien avec sa maladie – sans le juger. Comprendre ce qui amène le songwriter à donner encore des concerts malgré sa fatigue. La réponse m’est apparue clairement le soir du concert : Daniel Johnston ne peut pas craindre le ridicule sur scène, et ne peut accorder crédit à ceux qui jugent ses dernières chansons comme mauvaises, parce qu’il chante pour sauver sa vie. Lui seul peut connaître le sens de cette formule : "Rock’n’roll has saved my life" (je veux dire : lui et quelques autres de la même famille qui ont récemment disparu : Mark Linkous, Vic Chesnutt, Alex Chilton). Ne pas cesser de chanter, de composer, l’aide certainement à sauvegarder sa personnalité intime ; et peut-être aussi à s’aimer lui-même.

"I love you all but I hate myself", peut-on entendre sur un des premiers titres du concert. Nous lui avons accordé sa chance, tant sa démarche nous est apparue comme sincère. Artiste à part entière, cet homme ne s’accommode pas du regard des autres. Sa position est inconfortable, il le sait mieux que quiconque. Alors nous comprenons pourquoi cela vaut le coup d’endurer ces chansons austères, présentées comme détachées de son carnet de santé.

Considérons maintenant l’orchestre hollandais qui l’accompagnait les trois quarts du temps, The Beam Orchestra : une douzaine de musiciens sur scène… Curieux contraste quand on sait la structure spécifiquement lo-fi de la musique du chanteur américain. Alternaient ainsi irrégulièrement des chansons dépouillées, assez rugueuses, et une instrumentation grandiloquente jazz-rock qui tentait de donner un contrepoids à cette sécheresse, par une technique de remplissage.

Mais ce procédé ne fonctionne pas. Les chansons de Johnston, accompagnées de la sorte, deviennent étranges : l’orchestre, au lieu de les soutenir, les déforme. Bien sûr D. J. trouve là une base sur laquelle s’appuyer : le tempo lui est donné ; la présence des musiciens le rassure. C’est la raison pour laquelle on tentera d’ignorer cette formation douteuse pour ne faire attention qu’aux chansons, à leur immédiateté, leur nudité.

Et d’être attentif aux transitions où D. J., s’adressant au public, se révèle intimement par des confessions déguisées : "J’ai rêvé qu’un tribunal condamnait à mort quelqu’un pour avoir tenté de se suicider. Et ce quelqu’un, c’était moi".

Ce concert était une exégèse du corps de Daniel Johnston.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Discovered and Covered de The Late Great Daniel Johnston
La chronique de l'album Yip / Jump Music - Continued Story / Hi, How Are You - Welcome To My World de Daniel Johnston
La chronique de l'album Beam Me Up! de Daniel Johnston
La chronique de l'album Space Ducks Soundtrack de Daniel Johnston
Articles : Rejected Unknown - Le site Daniel Johnston
Daniel Johnston en concert au Festival Antifolk 2003
Daniel Johnston en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)

En savoir plus :
Le site officiel de Daniel Johnston
Le Myspace de Daniel Johnston
Le Myspace de The Beam Orchestra

Crédits photos : Marion Age (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 12 juillet 2020 : Un air d'été
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=