Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce General Bye Bye
Girouette  (Greed Recordings)  mai 2010

Il est des disques qui ne s'annoncent pas, que rien ne permet de voir venir. Avec son nom un peu toc et sa pochette digne d'un remake en bleu et noir de celle qui ne payait déjà pas de mine à l'affiche du grandiose Cosmos Factory, ce Girouette en fait certainement partie. Pas de grands effets de manches médiatico-catchy. Pas de buzz ni de mass-promo. Pas de twitt-flooding ni de management raisonné du scandale agencé. Tout à l'inverse, dès les déchirures de l'implacable rythmique de "Alphabet", déjà publié en EP il y a quelques mois et revenu pour fournir à l'album son ouverture, ça n'aura jamais d'autre air que celui, presque banal, de ce qui est si naturel (mais non pas l'inverse). Autant dire : l'air de ces albums qui ont tout pour devenir, instantanément, l'un de vos classiques, disques de chevets que l'on partage avec entrain.

Autant dire qu'avec ce premier album, publié par le remarquable label associatif Greed Recordings (Action Dead Mouse, Cornflakes Heroes...), General Bye Bye place la barre très haut et s'impose comme l'une des rares formations françaises à pouvoir tutoyer les géants du rock indépendant US. Comme, il y a pas loin d'un an, l'excellent Dreamer are you sad ? de Poor Boy (YY recordings, juin 2009), Girouette fait partie de ces albums français qui dépassent et rendent totalement caduque la question de savoir pourquoi certains éprouvent le besoin de chanter dans une langue qui n'est pas la leur. General Bye Bye parle couramment la langue du rock, un point c'est tout – avec un rien d'accent frenchy, il est vrai, mais qui aurait plutôt quelque chose de sexy.
Et quitte à voler dans les hautes-sphères d'un continent qui fait encore référence en la matière musicale, c'est à l'un de ses plus grands noms que General Bye Bye va se confronter, tant son ton, son timbre et même son sens des constructions pop complexes et fragiles toutes d'arpèges de guitare nerveux renvoient à Blonde Redhead, ce qui n'est pas peu dire. Jusqu'à cette mélancolie de fête foraine si particulière qui teinte son rock – mais de ces fêtes foraines véritables, celles que ne voient que les yeux de l'enfance, qui ne sont que merveille et enchantement ; et non l'un de ces sordides rassemblements de manèges bruyants et de grasses fritures dans lesquels des adultes désabusés vont étourdir leur lassitude.

Mais loin de s'enfermer avec application dans cet univers créé par d'autres, General Bye Bye en esquisse bien un qui lui est propre, dans lequel règne une folie supplémentaire, qui se traduit par les directions parfois inattendues dans lesquelles bondissent les morceaux (on n'est pas toujours très loin d'une certaine coloration math-rock, comme le révèle clairement l'éponyme "Girouette" avec ses structures alambiquées), dans l'utilisation d'instruments inattendus (comme le kantele, harpe traditionnelle finlandaise). C'est qu'on pourrait bien retrouver en coulisses l'influence de Can ou Erik Satie, sources d'inspiration revendiquées de Philippe Beer-Gabel, le fondateur de la formation.

En résultent douze titres (dont un caché) d'excellente facture, parmi lesquels "Alphabet", "The neverending trip" ou "Don't shoot the rabbit" tiennent le (très) (très) haut du pavé. De ces albums qui rassurent sur la capacité des formations françaises à suivre le rythme d'une authentique créativité rock contemporaine.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blood on my keyboard de General Bye Bye
L'interview de General Bye Bye (7 juin 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de General Bye Bye
Le Myspace de General Bye Bye


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

General Bye Bye (7 juin 2010)


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=