Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Patxi
Interview  (Paris)  1er juillet 2010

C’est à peine à deux heures de son premier concert parisien que j’ai le plaisir de rencontrer Patxi, au studio SFR. Légèrement enrhumé, fatigué par la chaleur, sans doute un peu stressé, il se montre pourtant souriant et détendu pour cet interview et la session acoustique. Amour carabine, son nouvel album, très différent de S’embrasser m’a intriguée : j’ai une vingtaine de minutes pour en savoir plus !

Pendant la prise de son, tu as fait remarquer que ton album n’était pas fait pour être interprété de manière acoustique. C’est vrai que les musiques y sont beaucoup plus électriques que sur le premier – S’embrasser – ça surprend…

Je voulais faire quelque chose de complètement différent. Sortir de cette ambiance folk du premier. Là, l’idée était d’aller explorer des climats musicaux différents et varier sur chaque chanson, essayer à chaque fois de trouver un angle et de jouer avec les sons, les sonorités électriques, électroniques. Cela a demandé pas mal de travail. Du coup, quand on doit faire une chanson guitare-voix, c’est toujours intéressant bien sûr, car une chanson doit aussi exister en guitare-voix (ou piano-voix), mais comme je défends cette couleur électrique sur ce disque, j'ai envie que les gens viennent l’écouter sur scène avec cette sonorité là en tête.

Comment expliques-tu cette évolution musicale ?

Cela vient de ce que j’entends, de l'air du temps, de ce qui se fait un peu partout  en musique, de ce que j’écoute aussi. Pour le premier album, j'écoutais beaucoup de folk : Dylan, Damien Rice… Maintenant je suis vraiment sur autre chose : Phoenix, Arcade Fire, The XX… Forcément ils m’ont inspiré.

Tu cites beaucoup d’Anglo-Saxons ! On entend de plus en plus de groupes français chanter en anglais : tu y as déjà pensé aussi ?

Non, ça ne m’a jamais intéressé. Je trouve que le français peut vraiment sonner, qu’on peut raconter des choses en français. Ce n’est pas évident, je crois qu’il faut vraiment travailler, fouiller les mots pour que ça raconte une histoire et que ça sonne en même temps. Souvent les gens disent qu’on ne peut pas écrire en français et faire sonner les mots mais c’est parce qu’ils ne choisissent pas les jolis mots ! Souchon, Bashung, Gainsbourg  y arrivaient eux !

Dans tes chansons, les thèmes sont assez similaires au premier : la solitude, le départ, la difficulté d’être en couple… Ce sont des sujets qui te tiennent à cœur ?

Oui c’est certainement ce qui doit m’inspirer le plus. Quand j’écris une chanson, je ne me dis pas "tiens il faut que j écrive sur ça !". Je laisse libre cours à mon imaginaire, à mon inspiration… Je lis beaucoup aussi ; en fonction des livres, j’ai des idées qui me viennent et qui me donnent envie d’écrire.

Et quels sont les auteurs que tu apprécies ?

Cela va de Sagan à Faulkner, Besson, Duras… Ce sont plutôt des auteurs contemporains. J’aime bien ces écritures là ; ramassées, courtes, qui vont à l’essentiel, droit à la cible.

Cela se voit dans ta façon d’écrire sur Amour Carabine ! Les termes sont plus précis, on saisit presqu’instantanément ce que tu veux dire.

Oui tout à fait. Ce n’est pas sur la globalité qu’on comprend une chanson, c’est plus phrase par phrase, mot par mot. On avance pas à pas, en comprenant de nouvelles choses. Chaque phrase est une photographie. C’est comme ça que je l’envisage.

On sent, quand tu parles des textes, un vrai amour pour les mots !

Je n’ai jamais pu écouter des chansons françaises où le texte n’avait pas de sens, ça ne m’intéresse pas. Du coup, je préfère écouter des chansons en anglais ou dans une langue que je maitrise moins ! Si je n’avais pas été chanteur, j'aurais écrit de la poésie, j'aurais joué avec les mots…

Dans plusieurs de tes nouvelles chansons, tu parles encore d’exil. Le pays Basque te manque toujours autant ?

Bien sûr mais ce qui me touche aussi, c’est l’exil des autres. En fait, cet album aborde peut-être les mêmes thèmes que le premier mais S’embrasser était totalement autobiographique alors que celui-ci est tourné davantage vers les autres. Il est très personnel dans l’écriture, c’est celui qui m’appartient le plus, mais je m’inspire davantage de ce qui m’entoure. Donc là c’est plutôt l’exil de l’autre, le départ de l’autre…

Autre thème récurrent l’amour : Amour Carabine, ça sonne presque comme amour assassin !

Oui c’est ça. L’amour c’est violent, destructeur. C’est évident.

On ne va pas parler de ta vie privée mais dans quelle chanson tu penses te dévoiler le plus ?

Le plus ? Je ne sais pas… Je me dévoile dans toutes mais en me cachant. Ce sont des messages envoyés que je suis le seul à pouvoir reconnaître. Peut-être que la chanson qui me touche le plus, c’est "Désert". J’aime bien ce qu’elle raconte, j’aime bien ce voyage, ce mouvement, l’exil dont elle parle… Ce n’est pas la plus personnelle mais c’est dans celle là que je me retrouve.

Tes textes sont souvent assez tristes et parallèlement tes musiques sont plutôt dynamiques. Comment l’expliques-tu ?

C’est pour ne pas faire double emploi ! Il faut essayer de trouver un peu de légèreté dans les instruments, dans les sons, pour sauver de la gravité qu’on peut trouver parfois dans les paroles. C’est nécessaire ; on fait de la musique, il faut qu’il y ait de l’énergie, que ce soit vivant. C’est la différence avec un texte que tu lis : c’est un texte que tu chantes donc il faut que la musique l’emporte aussi ! Peut-être qu’il n’est pas nécessaire de comprendre les paroles immédiatement. En tout cas, ce n’est pas la première chose que je mets en avant. C’est pour ça que je jette un peu les mots, je ne fais pas de la chanson réaliste. Ce sont des phrases lancées et celui qui a envie de les saisir les saisira ! Evidemment, il y a du sens mais si on ne veut pas le comprendre, on peut simplement sentir le rebond des mots, le jeu qu’il y a sur le son des mots.

Et tu nous conseilles quel endroit pour bien écouter ton album ?

Pour moi, toutes les musiques s’écoutent dans une voiture, fenêtres ouvertes en roulant un peu vite. Il faut qu’il y ait du mouvement. L’album a été écrit en mouvement donc il faut l'écouter en se déplaçant, pas en se posant et en méditant sur les paroles. Il faut se laisser porter, infiltrer par les chansons.

Le concert a lieu dans une heure. C’est important pour toi de présenter ton album au public ?

C’est le premier concert, on va voir comment les gens réagissent. Il y a beaucoup de stress, d’impatience, d'excitation ! J’ai vraiment hâte de montrer les nouvelles chansons, les nouvelles couleurs de cet album, le nouveau climat…

Je laisse Patxi aux bons soins de ses attachées de presse. Dans une heure, j’assisterai à son concert. Energique, heureux de retrouver son public, il interprétera une dizaine de chansons qui forment son univers musical bien particulier. Car, si à ses débuts, certains n’ont eu de cesse de le comparer à d’autres de nos chanteurs français, il est temps de le reconnaître à présent : ce n’est ni du Raphaël, ni du Bashung en devenir… c’est du Patxi.

Retrouvez Patxi
en Froggy's Session
pour 4 titres en cliquant ici !
  

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Amour Carabine de Patxi
Patxi en concert à La Boule Noire (mercredi 27 septembre 2010)
Patxi en concert aux 3 Baudets (mardi 29 mars 2011)
L'interview de Patxi (lundi 9 janvier 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Patxi
Le Myspace de Patxi

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
- 3 mai 2020 : Déconfi...ture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=