Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
Thus:Owls - Archie Bronson Outfit - Serena Maneesh - The National - The Flaming Lips - The Rapture  (Saint-Malo, Fort de Saint-Père)  dimanche 15 août 2010

Grosse affiche pour ce dernier jour, qu'on attendait avec impatience. The Flaming Lips, The National présentant leur dernier album ou The Rapture, que demande le peuple du Fort ?

The Ganglians étaient prévus pour l’ouverture de ce troisième jour. Mais après une malheureuse blessure du guitariste, le groupe a dû annuler sa tournée européenne.

Remplaçant de dernière minute, Thus:Owls joue devant un public plus nombreux que la veille au même moment.

Grâce à la météo, sans doute, qui a décidé de se montrer clémente pour le final de l’édition 2010.

Majoritairement venus de Suède, les cinq musiciens proposent un set plutôt expérimental. Le piano semble souvent en désaccord avec le reste de la bande.

La belle voix de la chanteuse est utilisée comme un instrument ayant sa place à part entière dans les compositions musicales. Mais malgré l’air habité de cette dernière, on a du mal à accrocher.

Au tour d'Archie Bronson Outfit de monter sur scène. Les quatre musiciens apparaissent vêtus de boubous africains. Ce serait pour que les gens se concentrent sur leur musique et non pas sur leur apparence. Pas sûr que cela fonctionne… Le public est attentif aux lourds sons sales qui jurent avec l’apparence, justement, des quatre Anglais.

Le concert semble orchestré de main de maître par le chanteur Sam Windett. Alternance de morceaux rock garage ou aux accents électro, des rappels tribaux ou pop. Un mélange des genres dans lequel chacun des spectateurs présents peut trouver ce qui lui plaît, mais qui étonne. Les spots lumineux commencent déjà à s’agiter rapidement et il fait encore jour. On espère que ce sera moins insupportable que la veille.

Les Norvégiens de Serena Maneesh suivent, apportant avec eux une tempête de sons noisy. L’impression de brouillon donnée par le début du concert, entre les amplis qui tombent, les sons de guitare inaudibles, les problèmes de micro ou de bandeau dans les cheveux, laisse rapidement place au chaos total. Le chanteur complètement survolté s’excite sur sa guitare pendant que la bassiste répète inlassablement les mêmes pas, de la batterie au devant de la scène. Certains spectateurs délaissent la fosse pour aller boire une bière.

Effectivement, le spectacle n'est pas forcément beau à entendre, ni à voir d'ailleurs. Dansant comme un possédé, Emil fait tomber le micro et se débarrasse de sa veste dans laquelle son bras reste coincé. Se couvrant la tête d’un drapeau et d’une couverture, il continue d’occuper la scène pendant que ses collègues jouent un dernier morceau d'une dizaine de minutes. Il se retrouve finalement seul, grattant quelques notes sur sa guitare, couché par terre. Quittant enfin la scène, il laisse nombre de spectateurs dubitatifs.

Après ce cataclysme déroutant, je monte pour la conférence de presse de Wayne Coyne, leader de The Flaming Lips, en espérant qu’elle n’empiète pas trop sur le concert à venir : The National.

N’ayant pu assister à leurs shows l’année dernière à Paris ou à Montréal, où je résidais, il me tardait de les voir enfin en live. Visiblement je n’étais pas la seule à les attendre. Difficile de se frayer un chemin vers la scène. Je trouve une place perchée et affronte les vents bretons. Le groupe arrive, élégant, sous les applaudissements.

Dès le premier morceau, des problèmes techniques apparaissent. Le guitariste doit changer d'instrument au plein milieu de la chanson. Par la suite, des grésillements se font entendre quand Matt, le chanteur, crie dans le micro. Sur scène, le groupe est accompagné d’un trompettiste, d’un tromboniste et de Padma Newsome (avec qui il collabore régulièrement) au clavier. Alors que le concert avait commencé calmement, Matt se laisse rattraper par ses chansons, extraites de leurs divers albums, et les vit à fond. Sa voix grave, tantôt cassée, tantôt gueulante résonne dans le Fort. Un morceau est joué pour "tous les Français qui ont apprécié leur musique un peu avant tout le monde". Cette dédicace faite en français, ne pouvait pas faire plus plaisir à un public déjà conquis. Le titre "Mr. November" est, lui, dédicacé à leur ami Sébastien, au premier rang, qui portait un T-shirt des Mets en leur honneur.

Un chat, qui s’était frayé un passage dans la foule tenu en l’air en laisse, est monté sur scène, puis relancé dans le public à la fin d'un concert prenant. Pas de déception, The National est un grand groupe, qui annonce même les autres à suivre, The Flaming Lips et The Rapture : "It's gonna be awesome !".

Arrive enfin le tour de ceux que tout le monde présentait comme l'affiche du vingtième anniversaire. La préparation du plateau qui va accueillir The Flaming Lips est un spectacle à part entière, à en croire la foule qui s'amasse devant la scène. On s'extasie sur les ballons, on s'attarde sur les techniciens en combinaisons DDE : "Ça va être énorme, ils sont tous en orange, et les amplis aussi !", s'exclame un festivalier. Beaucoup sont déguisés, d'autres sont maquillés.

Toute cette agitation nuit à Josh T. Pearson. Le musicien Texan, qui avait accompagné Yann Tiersen vendredi soir, est perché sur la colline aux moutons. Eclairé par un spot, la guitare en bandoulière, il entame quelques morceaux vite perturbés par des cris d'acclamation. De l'autre côté du Fort, Wayne vient de faire son apparition sur scène. Josh tente vainement de reprendre son jeu, mais décidément The Flaming Lips sont plus forts ce soir. Même les quelques spectateurs amassés au pied de sa colline désertent.

L'arrivée du groupe sur scène reçoit de nombreux applaudissements. Une vidéo passe une image de femme. L'image se resserre au fur et à mesure sur son sexe, duquel sortent les musiciens. Wayne apparaît dans un énorme ballon qui se gonfle et se précipite dans le public. Après quelques roulades, il regagne son perchoir. Le spectacle a déjà commencé. Jet de confettis, nounours géant, lâché de ballons, bénévoles qui dansent vêtus en orange... The Flaming Lips offrent bien plus qu'un concert. Pour certains c'est un gâteau d'anniversaire, bien que ce soit là leur show habituel. Un telle mise en scène se marie parfaitement avec les morceaux complètement psychédélique qu'ils jouent. Si ce n'est pas du goût de tout le monde (certains dans la foule réclament de la vraie musique), personne ne peut rester indifférent à l'enthousiasme contagieux qui se dégage de la scène.

Après une telle joie visuelle, difficile à suivre pour The Rapture, qui ont l'honneur de clôturer la soirée. Visiblement ravis du spectacle auquel ils viennent d'assister, ils ont décidé de ne pas laisser leur public en reste. En conférence de presse, ils avaient annoncé qu'ils joueraient leurs hits et aucun morceau de leur futur album qui devrait sortir en début d'année prochaine. Ils souhaitent une symbiose avec les spectateurs et ils ne seront pas déçus. Ceux qui sont restés si tard le dimanche soir profitent à fond des rythmes dansants. Bras levés, jambes sautillantes, beaucoup se lâchent. Et certains lâchent... Alors que Luke, le chanteur, avait décidé de tâter la chaleur du public par un petit tour de slam, il n'est porté que par quatre ou cinq spectateurs avant de tomber tout aussi sec. Il parvient à remonter sur scène, tout content d'avoir retrouvé sa chaussure, qu'il avait perdue dans la chute. Loin d'être rancunier, il redescend dans la fosse à la fin du set pour aller serrer les mains des festivaliers. L'édition 2010 de la Route du Rock se termine sans un rappel, devant une assemblée frustrée que ce soit déjà fini.

Ce vingtième anniversaire aura été un bon cru, présentant des groupes à suivre, tel que The Hundred in the Hands, et des légendes comme Massive Attack. Un petit bémol sur les balances, qui ont parfois gâché le plaisir d'écouter. Et un petit mal à la tête et aux yeux à cause des stroboscopes qui ne s'arrêtaient plus le soir venu. Et c'est exténués que vos reporters ont repris le chemin de... leur chambre. Eh oui, qui eût cru que pour ce dernier jour nous nous fûmes accordé le luxe de prendre un hôtel. Et pourtant… Démonter les tentes sous une pluie éventuelle, au petit jour pour se dépêcher de rentrer, ne donnait pas envie. Couvrir pour vous un tel festival n’est pas de tout repos, et les vacances me semblent bien méritées. Sauf que l’avion ne m'attendra pas. Or, à l’heure où vous lisez ces lignes, j’espère bien n’être déjà plus en France. En attendant peut-être de reprendre la Route une prochaine fois…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Cardiac Malformations de Thus:Owls
Thus:Owls en concert au Point Ephémère (mercredi 13 octobre 2010)
Thus:Owls en concert au Grand Mix (mardi 27 mars 2012)
La chronique de l'album Derdang Derdang de Archie Bronson Outfit
Archie Bronson Outfit parmi une sélection de singles (novembre 2006)
La chronique de l'album Coconut de Archie Bronson Outfit
Archie Bronson Outfit en concert à Main d'Oeuvres (20 septembre 2004)
Archie Bronson Outfit en concert au Festival Les Nuits de l'alligator 2007 (mercredi)
Archie Bronson Outfit en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)
L'interview de Archie Bronson Outfit (20 septembre 2004)
La chronique de l'album Serena-Maneesh de Serena Maneesh
La chronique de l'album S-M 2 : Abyss in B minor de Serena Maneesh
Serena Maneesh en concert au Festival Les Trans 2006 (Vendredi)
La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
La chronique de l'album Sleep Well Beast de The National
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)
La chronique de l'album The Terror de The Flaming Lips
The Rapture en concert à Main Square Festival 2012 - Samedi
The Rapture en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi
The Rapture en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche

En savoir plus :
Le site officiel du festival La Route du Rock
Le Myspace du festival La Route du Rock

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


E.D         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
- 10 novembre 2019 : Non à la morosité
- 3 novembre 2019 : Ivan, Boris et elle
- 27 octobre 2019 : La révolution en marche
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=