Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
Surfer Blood - Gogol Bordello - Two Door Cinema Club - The Drums - The National - Broken Bells - Queens Of The Stone Age - Jónsi - 2manydjs  (Kiewit, Belgique)  samedi 21 août 2010

"Queens Of The (Too) Stone Age"

Acculé par la chaleur étouffante, c'est contraint et forcé que l'on se décide à sortir de notre tente à midi passé. On découvre un soleil encore plus intense que la veille. La casquette est de mise pour ce dernier jour à Pukkelpop. Début de journée pas vraiment transcendant avec Surfer Blood au Marquee. La performance scénique des jeunes floridiens ne soutient pas la comparaison avec leur album (Astro Coast). Le jeu du batteur s'avère un poil léger, la voix déçoit, et on reste circonspect devant la façon maniérée de bouger du chanteur, tout en sursauts et gestes brusques.

Dans un registre beaucoup moins sophistiqué, les Gogol Bordello démontrent sans trembler qu'ils portent bien leur nom. A leur aise sur la grande scène, les New-Yorkais font penser à une Mano Negra des Balkans. Devant la scène, une mer de bras levés approuvent. Un peu plus tard dans l'après-midi, on se retrouve en terrain balisé avec Two Door Cinema Club (préférés à The Drums, qui jouent en même temps et dont la hype paraît moyennement justifiée). Leur album (Tourist History) ne renverse certes pas les montagnes, mais leur musique est suffisamment fraîche et enlevée pour provoquer notre enthousiasme. Il faut dire qu'autant sur disque qu'en live, les jeunes pousses nord-irlandaises jouent avec fougue. Ce ne sont certes pas des bêtes de scène et leur musique carrée est un rien formatée, mais ils ont de l'énergie rock à revendre. Alex Trimble - le chanteur rouquin - assure, le groupe est bien en place.

Leur concert est une succession de petites pépites dansantes : "I Can Talk", "Come Back Home", "What You Know", "Do You Want It All ?", "Undercover Martyn", "This Is The Life", "Something Good Can Work". Malgré des structures trop ressemblantes d'une chanson à l'autre - batterie qui mouline, basse gonflée, chorus de guitare aigu et obsédant, enchaînement couplet calme/pont/refrain accrocheur boosté par la grosse caisse et les basses appuyées -, les Two Door Cinema Club passent sans problème l'épreuve du live. Le titre où la formule est sans doute la plus aboutie reste "Undercover Martyn", modèle du genre. Malgré ces quelques défauts, on aime.

A partir de maintenant, plus de répit : tout s'enchaîne très vite en ces dernières heures du festival. Tout d'abord, The National, qui livre sur la grande scène une prestation honnête mais en-deçà de nos espérances. Peu aidés par la sono, ils n'arrivent pas véritablement à retranscrire l'émotion de leurs albums. Le groupe est un peu statique, le chanteur très attiré par son verre de vin - tout en restant très appliqué - et la voix plus en retrait que sur le disque. Quant aux cuivres, ils apportent une belle couleur aux chansons. Excepté "Mr. November", la set-list puise essentiellement dans High Violet et Boxer, les deux derniers albums en date. On apprécie quand même : un peu de mélodie bien rythmée et pas l'inverse, ça sort un peu de l'ordinaire de Pukkelpop.

Broken Bells, la sensation pop de l'année, monte sur la scène Marquee. Ce n'est certes pas une surprise de voir l'association James Mercer (chanteur de The Shins) / Danger Mouse (moitié de Gnarls Barkley et producteur auprès de Gorillaz, Beck, feu Sparklehorse, The Rapture, Martina Topley-Bird, The Black Keys, The Good, The Bad & The Queen) briller de mille feux sur leur premier disque. Mais on attendait une confirmation en live : on l'a eue. James Mercer, voix haute perchée, tient la baraque. Danger Mouse, comme à l'accoutumée, reste impassible derrière son clavier. Les chansons et leurs harmonies parfaitement ciselées parlent d'elles-même, pas besoin d'en faire des tonnes, et le duo (auquel se sont joints plusieurs musiciens pour la tournée) le sait parfaitement. Très bon concert. Ces deux là ne sont pas près de nous décevoir.

Tout le contraire des Queens Of The Stone Age, groupe que l'on adule pourtant depuis une décennie. On repense souvent avec émotion à leur passage fracassant à Rock en Seine en 2005. Après un titre d'ouverture permettant de vérifier que le batteur Joey Castillo dispose toujours d'une force de frappe atomique, Josh Homme et sa bande se lancent dans leur grand classique, "The Lost Art Of Keeping A Secret". La chanson est triturée dans tous les sens, on a parfois du mal à la reconnaître. Le son est énorme. Trop, même. Ce sera l'un des points sensibles de ce concert où les QOTSA - pourtant en très grande forme et clairement ravis d'être à nouveau réunis - passent nos tympans à la moulinette à coups de joutes guitaristiques d'une agressivité rarement entendue. Jouant sur du velours, le frontman rouquin donne le ton du concert : "Just keep dancin', that's all I'm asking". Ça tombe bien, on est venus pour ça, Josh !

Malheureusement, ça se gâte par la suite : "Sick, Sick, Sick" entame une parenthèse réservée à Era Vulgaris, dernier album des américains du désert (sorti il y a déjà trois ans), mais également le moins bon. On sort de notre torpeur : "Go With The Flow" puis "No One Knows" d'une violence incroyable, meilleurs moments du set. "The very first time we played in Europe was here, in Pukkelpop ! I was drunk. Still drunk !" : Mr. Homme amuse la galerie avant de repartir interpréter quelques titres d'Era Vulgaris, le pied rivé sur l'accélérateur. Son jeu de guitare semble s'être transformé depuis son escapade en compagnie des Dieux de l'Olympe, Dave Grohl et John Paul Jones. Plus complexe, plus torturé, moins pop. On était venus pour en prendre pour les oreilles, on n'est pas déçu. Mais une nouvelle fois, la set-list a tué notre enthousiasme dans l'œuf. Une constante agaçante à Pukkelpop cette année.

Si plein de bonne volonté qu'il soit, ce n'est pas Jónsi qui changera la donne. Depuis cinq ans, Sigur Rós a tourné le dos à leur magnifique lyrisme neurasthénique originel pour enfanter une pop scintillante moins estampillée Lexomil, mais surtout bien moins intéressante. Il en va de même du premier album solo de Jónsi (chanteur et leader des Islandais) qui, sans démériter, ne s'écoute que d'une oreille. Idem pour ce concert pourtant fort sympathique et enjoué. On voudrait juste savoir pourquoi Jónsi s'efforce de chanter comme une fille. C'était magnifique à l'époque d'Agaetis Byrjun. Mais là, ça devient un peu trop systématique.

C'est au duo belge de 2manydjs que revient l'honneur de clôturer ce festival, sur la grande scène. Leurs remix boostés à la testostérone sont d'une efficacité imparable. Les écrans géants affichent en parfaite synchronisation avec la musique les jaquettes des titres remixés - ce qui donne un aspect fort peu improvisé au show. On distingue "Money" de Pink Floyd, Roxy Music, "Kids" de MGMT, "You Shook Me All Night Long" d'AC/DC, "Standing In The Way Of Control" de Gossip, "Music Sounds Better With You" de Stardust, "The Magnificent Seven" des Clash, Prince, "If I Ever Feel Better" de Phoenix, "You Wanted A Hit" de LCD Soundsystem, Daft Punk, Justice, et pour finir "Love Will Tear Us Apart" de Joy Division repris en chœur par la foule. Les 2manydjs démontrent un savoir-faire écumé dans les plus grands festivals de Belgique et de Navarre. Un gigantesque jet de confettis clôt ce très bon DJ Set.

Le directeur du festival déboule sur la scène, raconte on ne sait quoi en flamand. On se doute que ce doit être en rapport avec l'anniversaire du festival vu que les écrans géants égrènent ensuite chronologiquement les 25 affiches Pukkelpop depuis 1985. S'en suit un beau feu d'artifice dans le ciel de Kiewit. Rideau. On prend une dernière fois le chemin du retour vers le camping, slalomant au milieu d'un océan de gobelets en plastique. Bilan du festival un peu mitigé : quelques bonnes découvertes (Two Door Cinema Club, Band Of Horses, Broken Bells, Fat Freddy's Drop, Villagers, Fanfarlo, Girls), des confirmations (Hot Chip, Blood Red Shoes, Black Rebel Motorcycle Club), mais surtout des déceptions (Queens Of The Stone Age, Eels, Placebo, The Flaming Lips).

Le rock règne en maître à Pukkelpop, imposant sa loi sur la plupart des scènes, même si un espace un peu à l'écart ainsi que trois scènes sont consacrés exclusivement à l'électro. Signe des temps ou manque de richesse et de diversité de la programmation : peu de choses réellement surprenantes ou enthousiasmantes à se mettre sous la dent pendant ces trois jours. Restent de bons concerts (et d'autres moins bons), un site sympathique, des stands de restauration/boisson au rapport qualité/prix proche du scandaleux, un camping qui, malgré les efforts des bénévoles, se transforme petit à petit en déchetterie géante, et des festivaliers belges à la bonhomie toujours aussi appréciable et dont le sens de la fête reste une valeur sûre.

On apprend de bien tristes nouvelles à notre retour en France. Le festival s'est trouvé doublement endeuillé lors de ces trois jours. Michael Been, ingénieur du son et surtout père de Robert Turner (de son vrai nom Robert Levon Been), bassiste et chanteur des Black Rebel Motorcycle Club, est mort d'une crise cardiaque dans les coulisses du festival. Quant à Charles Haddon, leader et chanteur d'Où Est Le Swimming Pool, il s'est suicidé vendredi après son concert à Pukkelpop. Il s'est jeté dans le vide après avoir escaladé un pylone du parking des artistes. Les deux groupes devaient se produire ce week-end à Rock en Seine, le festival maudit. Si les BRMC ont annoncé qu'ils seraient tout de même présents au Domaine National de Saint-Cloud, on doute qu'Où Est Le Swimming Pool en fasse de même. C'est Martina Topley Bird qui les remplacera au pied levé à Rock en Seine.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Surfer Blood en concert au Grand Mix (19 mai 2010)
La chronique de l'album Super Taranta ! de Gogol Bordello
La chronique de l'album Trans-Continental Hustle de Gogol Bordello
Gogol Bordello en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (vendredi)
Gogol Bordello en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Gogol Bordello en concert au Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août
La chronique de l'album Tourist History de Two Door Cinema Club
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (samedi 7)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mardi 10)
Two Door Cinema Club en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival La Route du Rock 2010 (samedi)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Two Door Cinema Club en concert à L'Aéronef (jeudi 20 juin 2013)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Two Door Cinema Club en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (samedi 24 août 2013)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
La chronique de l'album Summertime ! EP de The Drums
La chronique de l'album Portamento de The Drums
La chronique de l'album Encyclopedia de The Drums
La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
La chronique de l'album Sleep Well Beast de The National
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)
Broken Bells en concert au Festival International de Benicàssim #16 (jeudi 15 juillet 2010)
La chronique de l'album eponyme de Queens of the Stone Age
Queens Of The Stone Age parmi une sélection de singles (avril 2013)
La chronique de l'album …Like Clockwork de Queens Of The Stone Age
La chronique de l'album Uncovered Queens of The Stone Age de Olivier Libaux
La chronique de l'album Uncovered Queens of the Stone Age - The Lost EP de Olivier Libaux
Queens Of The Stone Age en concert à l'Elysée Montmartre (11 juin 2003)
Queens Of The Stone Age en concert au Trianon (mercredi 19 juin 2013)
Queens Of The Stone Age en concert au Festival Rock en Seine 2014
Queens Of The Stone Age en concert au Festival Rock en Seine 2014 (Dimanche 23 août 2014)
Queens Of The Stone Age en concert au Festival des Eurockéennes #30 (édition 2018) - samedi 7 juillet
2manydjs en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
2manydjs en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre

En savoir plus :
Le site officiel du festival Pukkelpop
Le Myspace du festival Pukkelpop
Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=