Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Patxi
La Boule Noire  (Paris)  mercredi 27 septembre 2010

Lundi 27 septembre, premiers jours de l'automne. On n'a pas tellement envie de sortir un soir en semaine, pas tellement envie d'affronter les gens pressés, le vent sur le quai, les haut-parleurs qui hurlent dans nos oreilles... Mais je vais voir Patxi ! Alors, hop, je me prépare psychologiquement à accomplir ce trajet long et pénible et au bout de… 20 petites minutes, sans foule ni stress, j'arrive à La Boule Noire !

Nous sommes un peu plus d'une centaine et pas de jeunes groupies hystériques en vue : surtout des trentenaires, autant d'hommes que de femmes. On est loin des salles remplies d'adolescentes lors des tournées de la Star Ac : cela ne va-t-il pas déstabiliser notre chanteur basque ?

Après presque trois quarts d'heure d'attente, les musiciens prennent possession de la batterie, du clavier et entament "Paris". Puis Patxi entre en scène, veste en cuir, tee-shirt délavé et jean's... mais peu importe ses vêtements, il est surtout habillé d'un immense sourire. Il est heureux d'être là ; cela se voit, cela se transmet.

Sous  les applaudissements, il finit déjà son premier morceau en répétant fièrement "Je suis à Paris". Et tant pis si c'est à La Boule Noire et pas (encore) à la Cigale. Il chante, dans la capitale, ses textes et ses musiques. Il ne boude pas son plaisir et nous présente directement ses deux acolytes : Loïc Maurin et Mathieu Denis, avec qui il échangera, tout au long du concert, de multiples sourires complices et amusés.

Après une petite phrase qui confirme cet état d'esprit, Patxi enchaîne trois chansons rythmées "Ville", "Hegalekin" et "A l'évidence", peu modifiées par rapport à leur version album. Le son est excellent.

Profitant de l'accordage de sa guitare, Patxi s'adresse à son public et avoue son stress : "Il faut du courage et de la folie !" La réaction est immédiate : tonnerre d'applaudissements pour l'encourager. Mais pas que ça !.. Il y a aussi des vannes qui fusent, il y répond amusé, promet une conso à un spectateur très zélé, se moque de lui-même ; on est entre amis.

Après cette petite pause, Patxi nous offre une nouvelle chanson d' "écrivains" (inspirée de l'essai Quitter la France d'Ariel Kening) puis c'est "Le début du siècle" qui explose dans la salle. Suivent "Désert" et les paroles d'un poème pour introduire "Comme". Place à l'émotion. Patxi décide de livrer une interprétation plus parlée que chantée et laisse ainsi transparaître davantage de sensibilité que dans l'enregistrement studio. "Je n'ai plus peur de rien" confie-t-il doucement en s'asseyant sur le bord de la scène. Les paroles du poème reviennent conclure ce moment d'intimité entre un jeune chanteur et ses quelques cent spectateurs... Puis c'est reparti pour le rock et une musique énergique, cadencée, avec "La vie normale" et "Mordu" (chanson du premier album, totalement revisitée pour la scène).

La fin du concert se profile déjà. Patxi re-présente ses musiciens, remercie beaucoup et termine avec "Non, non, non" qui trouve une autre dimension en concert, transportée par les "ohohoh" entonnés par le public.

Rappel oblige, le chanteur revient avec un petit sourire moqueur en coin : "Vous êtes restés ? Ils ont fermé les portes ?". Il nous offre une jolie interprétation des "Paradis perdus" et conclut par un duo avec Sébastien Larfague sur "Parachute". Les mains dans le dos, le regard pétillant, il montre toute son admiration pour celui qui lui a permis de présenter ce second album.

En quittant la salle, j'entends certains spectateurs s'étonner d'avoir découvert de "beaux textes et une musique rock". Moi, je pense surtout aux sourires et à la joie partagés ce soir. Il y avait de l'émotion, de la complicité, du plaisir. La froidure de l'automne et les pensées tristes sont bien loin : un vent de chaleur humaine, venu du pays basque, les a balayées.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Amour Carabine de Patxi
Patxi en concert aux 3 Baudets (mardi 29 mars 2011)
L'interview de Patxi (1er juillet 2010)
L'interview de Patxi (lundi 9 janvier 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de Patxi

Crédits photos : Anne-Laure Charpentier (Toute la série sur Taste of Indie)


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-07-14 :
Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet - We Hate You Please Die - Fantastic Negrito - Tamino - Balthazar - Talisco - Bernard Lavilliers - Lomepal - Suprême NTM - The Blaze - Etienne de Crécy
Tom Mascaro - The Daggys - M'art in the street
Festival Les Eurockéennes de Belfort #31 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet - Brutus - Interpol - The Hu - Suprême NTM - Fontaines D.C. - MNNQNS - Jambinaï & La Superfolia Armaada - Idles - Kompromat - Mass Hysteria - Angèle - Kate Tempest - Parkway Drive - Psychotic Monks
Cate Le Bon - Reward
Who's the Cuban - Circo Circo
Verdée - Verdée EP
Beautiful Badness - Walk on a mirror
Matmatah - You're here now what ?

• Edition du 2019-07-07 :
The Twin Souls - The Twin Souls EP
Patrick Langot - Praeludio
L'envoûtante - L'envoûtante
Olivier Libaux - Uncovered Queens of the Stone Age - The Lost EP
Quatuor Midi-Minuit - Carnet de voyage - Livre 1 - Beethoven-Cras
Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Jeudi 4 juillet - MNNQNS - Gringe - Thérapie Taxi - Angèle - John Butler Trio - Limp Bizkit - Gossip - Fatboy Slim
Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019) - No One is Innocent - Ultra Vomit - Dagoba - Gojira - Kiss - Cult of Luna - Slayer - Fu Manchu - Clutch - Sabaton - Creepshow - Batmobile - Skald - Nasty - Kverlertak - Pestilence - Bloodbath - Cannibal Corpse - Emperor - Sisters of Mercy - La Bal des Enra
Guero - Orgue EP
Du Blonde - Lung Bread For Daddy
 

• Archives :
Onyx & the Red Lips - Cinematic
Les Fatals Picards - Espèces menacées
Mathilde Fernandez - Chanteuse de guerre
Emma Sand - Door to door EP
Ceylon - Ceylon EP
Florian Wielgosik - Home
Acide Adore - Tu me captures EP
Sarah Lancman & Giovanni Mirabassi - Intermezzo
Lillian Gordis - Zones
François Chaplin - Brahms, Intermezzi, Rhapsodies
Lloyd - Black Haze
Diamond Head - The coffin train
Alex Rossi - Tutto va bene
Calexico / Iron & Wine - Years to Burn
Jérôme Minière - Une Clairière
The Comet Is Coming - Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery
Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) Vendredi 14 juin - Tachi Mukai - Hamza - Delgrès - Franz Ferdinand - Die Antwoord - The Fat White Family
Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) - Samedi 15 juin - Pressyes - Muthoni Drummer Queen - Pond - Wallows - Yahyel - Nekfeu - Bagarre - Sebastian
Matthieu Malon - Le pas de côté
Marie-Claire Buzy - Cheval fou
Sarah Lenka - Women's Legacy
Monsieur - Different
Malakit - ... ni précieuse
Louise Thiolon - N'obéir qu'à la terre
Jean-Emmanuel Deluxe & Friends - Rouen Dreams
Thomas Howard Memorial - At the end of the yard
Les Talens Lyriques & Christophe Rousset - Antonio Salieri : Tarare
Torquemada - Génération guère sainte EP
Christophe Rousset - Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo
Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman - Ravel l'exotique
- les derniers albums (5689)
- les derniers articles (124)
- les derniers concerts (2296)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1065)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=