Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Patxi
La Boule Noire  (Paris)  mercredi 27 septembre 2010

Lundi 27 septembre, premiers jours de l'automne. On n'a pas tellement envie de sortir un soir en semaine, pas tellement envie d'affronter les gens pressés, le vent sur le quai, les haut-parleurs qui hurlent dans nos oreilles... Mais je vais voir Patxi ! Alors, hop, je me prépare psychologiquement à accomplir ce trajet long et pénible et au bout de… 20 petites minutes, sans foule ni stress, j'arrive à La Boule Noire !

Nous sommes un peu plus d'une centaine et pas de jeunes groupies hystériques en vue : surtout des trentenaires, autant d'hommes que de femmes. On est loin des salles remplies d'adolescentes lors des tournées de la Star Ac : cela ne va-t-il pas déstabiliser notre chanteur basque ?

Après presque trois quarts d'heure d'attente, les musiciens prennent possession de la batterie, du clavier et entament "Paris". Puis Patxi entre en scène, veste en cuir, tee-shirt délavé et jean's... mais peu importe ses vêtements, il est surtout habillé d'un immense sourire. Il est heureux d'être là ; cela se voit, cela se transmet.

Sous  les applaudissements, il finit déjà son premier morceau en répétant fièrement "Je suis à Paris". Et tant pis si c'est à La Boule Noire et pas (encore) à la Cigale. Il chante, dans la capitale, ses textes et ses musiques. Il ne boude pas son plaisir et nous présente directement ses deux acolytes : Loïc Maurin et Mathieu Denis, avec qui il échangera, tout au long du concert, de multiples sourires complices et amusés.

Après une petite phrase qui confirme cet état d'esprit, Patxi enchaîne trois chansons rythmées "Ville", "Hegalekin" et "A l'évidence", peu modifiées par rapport à leur version album. Le son est excellent.

Profitant de l'accordage de sa guitare, Patxi s'adresse à son public et avoue son stress : "Il faut du courage et de la folie !" La réaction est immédiate : tonnerre d'applaudissements pour l'encourager. Mais pas que ça !.. Il y a aussi des vannes qui fusent, il y répond amusé, promet une conso à un spectateur très zélé, se moque de lui-même ; on est entre amis.

Après cette petite pause, Patxi nous offre une nouvelle chanson d' "écrivains" (inspirée de l'essai Quitter la France d'Ariel Kening) puis c'est "Le début du siècle" qui explose dans la salle. Suivent "Désert" et les paroles d'un poème pour introduire "Comme". Place à l'émotion. Patxi décide de livrer une interprétation plus parlée que chantée et laisse ainsi transparaître davantage de sensibilité que dans l'enregistrement studio. "Je n'ai plus peur de rien" confie-t-il doucement en s'asseyant sur le bord de la scène. Les paroles du poème reviennent conclure ce moment d'intimité entre un jeune chanteur et ses quelques cent spectateurs... Puis c'est reparti pour le rock et une musique énergique, cadencée, avec "La vie normale" et "Mordu" (chanson du premier album, totalement revisitée pour la scène).

La fin du concert se profile déjà. Patxi re-présente ses musiciens, remercie beaucoup et termine avec "Non, non, non" qui trouve une autre dimension en concert, transportée par les "ohohoh" entonnés par le public.

Rappel oblige, le chanteur revient avec un petit sourire moqueur en coin : "Vous êtes restés ? Ils ont fermé les portes ?". Il nous offre une jolie interprétation des "Paradis perdus" et conclut par un duo avec Sébastien Larfague sur "Parachute". Les mains dans le dos, le regard pétillant, il montre toute son admiration pour celui qui lui a permis de présenter ce second album.

En quittant la salle, j'entends certains spectateurs s'étonner d'avoir découvert de "beaux textes et une musique rock". Moi, je pense surtout aux sourires et à la joie partagés ce soir. Il y avait de l'émotion, de la complicité, du plaisir. La froidure de l'automne et les pensées tristes sont bien loin : un vent de chaleur humaine, venu du pays basque, les a balayées.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Amour Carabine de Patxi
Patxi en concert aux 3 Baudets (mardi 29 mars 2011)
L'interview de Patxi (1er juillet 2010)
L'interview de Patxi (lundi 9 janvier 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de Patxi

Crédits photos : Anne-Laure Charpentier (Toute la série sur Taste of Indie)


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Patxi (1er juillet 2010)


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=