Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alfred de Musset
Gonzague Saint Bris  (Editions Grasset)  octobre 2010

Pour son quarantième opus, Gonzague Saint Bris fait revivre Alfred de Musset le grand poète à la plume si reconnaissable, faite de lyrisme et d'amour sincère. "Et si la biographie n'était que l'exploration de la géographie d'un visage, l'exercice attentif du relevé topographique des reliefs d'une figure" écrit-il dans le prologue.

Car c'est une photographie d'Alfred de Musset remise par Christine Sand, la petite fille de George, qui l'a incité à se pencher sur la vie du poète. "Cette photo n'est-elle pas la manière la plus moderne de comprendre, de rassembler et de retrouver Alfred de Musset ?".

Voilà une manière inhabituelle d'appréhender le parcours d'une vie et d'un homme pour tenter d'en brosser un portrait d'autant moins académique que Gonzague Saint Bris n'est pas historien de formation.

De Musset, le grand public ne connaît que quelques parties émergées comme sa perception de soi, "Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux", sa liaison tumultueuse avec George Sand et quelques unes de ses pièces comme "On ne badine pas avec l'amour", "Lorenzaccio" ou "Fantasio" dans lequel le rôle-titre est son propre double.

Issu d’une famille aristocratique, enfant plein d'esprit et de charme, brillant élève doté de dons artistiques, Musset est promis au plus bel avenir. Mais il est atteint du mal du siècle, la mélancolie, au sens psychiatrique du terme qui le voue à l'anxiété, à une lucidité angoissante face à la vacuité de la condition humaine ("Jamais je ne serai bon à rien, jamais je n'exercerai aucune profession. L'homme est déjà trop peu de chose sur ce grain de sable où nous vivons ; bien décidément je ne me résignerai jamais à être une espèce d'homme particulière") et à l'éthylisme.

Pour Gonzague Saint Bris, il est "l'incarnation par sa jeunesse, sa beauté et son immense talent, du romantisme le plus absolu". Ou la rencontre entre un amoureux du romantisme français et l'incarnation du romantisme absolu. Mais ce qui fait l'originalité de cette biographie, voire sa force, c'est bien sa forme. Loin de l'académisme pur qui gouverne trop souvent dans ce genre d'exercice, Gonzague Saint Bris transforme cet essai en une sorte de roman, dont le personnage principal est Alfred de Musset. Et à travers ce dernier, c'est le Paris du XIXème siècle que l'on traverse et redécouvre dans les pas de cet immense poète.

Dans l'esprit des grands romans réalistes de cette époque, Gonzague Saint Bris nous offre une belle description des lieux et des personnages qui ont fait la gloire de la capitale. Le jardin du Luxembourg, les cafés à la mode en passant par les bordels sordides, le tout rythmé par les rencontres entre Musset et ses illustres contemporains comme Hugo, Beaudelaire, Lamartine et bien sûr, George Sand. A travers cet ouvrage, l'auteur dresse un portrait sincère, sans complaisance et finalement, assez moderne du grand romantique qu'était Musset. "Il serait peut-être, aujourd'hui, un chanteur rock, accro aux drogues dures et compagnon de top models".

Un très beau livre pour tenter d'approcher au plus près l'homme au-delà de l'homme de plume.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Louis XI le méconnu" du même auteur


Nicolas Kiertzner         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=