Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Peter Doherty - Marie Flore
L'Aéronef  (Lille)  dimanche 31 octobre 2010

Il y a quelques années, il aurait pu y avoir quelque chose d'ironique à assister à un concert de Pete Doherty le soir d'Halloween, la veille de la Toussaint. Revenu d'entre les morts qu'il a certainement cotoyé de près au cours de ses années sombres, des Libertines aux Babyshambles, le rocker pour jeunes filles un peu rebelles s'est racheté une conduite en même temps qu'il a retrouvé le "r" qui manquait à son prénom. Dans la plus pure tradition anglaise (Syd Barret...), Peter Doherty s'est ainsi offert un album fragile, en déséquilibre, léger, insaisissable, d'une beauté que les seules techniques d'écriture et de composition n'auraient jamais permis d'atteindre. Ceux qui ont déjà été hanté par "Salome" ou "A little death around the eye" doivent savoir de quoi je veux parler.

On était donc curieux de voir ce que l'ex-bad boy de la brit pop pouvait désormais donner sur scène. On n'a pas été déçu. Premier constat : le public reste majoritairement composé de minettes, quoique parfois les minettes soient devenues vieilles. Adolescentes flétries, en quête des vertiges passés, jamais revenues des Libertines.

Deuxième constat : si Peter Doherty n'était pas Peter Doherty, s'il s'appelait, par exemple Robert Planchard, et qu'il jouait sur scène comme il a joué hier soir, il aurait été hué, à n'en pas douter. Voilà : Peter Doherty est Peter Doherty, et il le sait.

Ainsi peut-on lire sur sa page Myspace : "I’m really curious to find out what people honestly think, particularly critics, because in a way you can kind of bank on certain people’s opinions. You know that if someone’s into you then they’re into you, whereas critics are gonna look at it less subjectively". Tout est dit : pas besoin de se fatiguer pour les fans, on peut compter sur leur appréciation. Le pire, c'est que le concert lui donne raison.

Tout fonctionne sur cette illusion fondamentale : qu'il pourrait exister quelque chose comme le talent et que Doherty en serait fort pourvu. Comme s'il suffisait de faire, faire n'importe quoi, n'importe comment, sans y réfléchir, juste faire, et que cette chose magique appelée talent fasse que ce n'importe quoi serait n'importe quoi mais génialement. Doherty lui-même doit y croire ou s'en moquer, pour jouer ainsi.

Les titres joués proviennent de tout le répertoire de l'artiste, un peu sans queue ni tête, peut-être, et l'on peut dire tout au moins que les titres finement ciselés de Grace / Wasteland, son album solo, ne retrouve pas sur scène l'alchimie délicate qui les rendait si délicieux. On a parfois l'impression d'assister à un gâchis incomparable, ou plutôt comparable seulement aux sessions catastrophiques que Syd Barret tint avec les membres de The Soft Machine et dont on peut encore par exemple entendre des échos sur le très documentaire Opel.

N'importe quoi, peut-être aussi, l'intervention des deux danseuses "classiques" sur une demi-douzaine de titres, qui viennent dérouler autour du chanteur leurs arabesques parfois approximatives, tout en jouant à déchirer une version pré-découpée de l'union Jack, clou d'un spectacle certainement trop grandiloquent pour être honnête. Des danseuses sur scène, Hawkwind l'avait fait aussi, mais encore faudrait-il s'interroger sur le lien qu'il resterait à faire entre l'expression corporelle et l'expression musicale, la gratuité n'étant pas gage de qualité...

Bien sûr, Doherty connaît son affaire et il sait alterner les moments d'errances avec les instants de grâce, provoquer gentiment le public ou s'effacer derrière ses invités ; il sait se rendre insupportable, poseur, dandy affecté, pour l'instant d'après retrouver une candeur non feinte dans le plaisir à faire chanter joyeux anniversaire par tout le public à l'intention de Marie Flore, qui avait assuré sa première partie et qu'il avait rappelé sur scène le temps d'un duo. On lui reconnaîtra tout au moins cette authenticité : d'avoir osé se mettre en danger, seul et nu, et d'avoir affronté ce danger jusqu'au bout, c'est-à-dire jusqu'à l'échec. Peter Doherty se cacherait-il dans sa propre ombre, gigantesque ? On entretiendrait volontiers la légende du rock éternel à penser que tel est le prix à payer pour les beautés d'un album précieux.

Des premières parties de la soirée, on n'avait jamais entendu parlé, pour être honnête. Et c'était pour Marie Flore une grave erreur.

Dotée d'une voix proche de celle de Chan Marshall (Cat Power), la chanteuse parisienne vient de livrer son premier mini-album. On regrettera sur scène hier l'absence de ses musiciens, pour un set acoustique qui aura eu un peu de mal à s'imposer aux fans d'un autre, véritable gageure, malgré l'aplomb et la belle assurance affichée, par-delà une fragilité plus jouée qu'assumée.

On ne manquera cependant pas, à la première occasion, de se précipiter la voir sur sa propre scène.

De l'autre première partie, on n'aura pas retenu le nom, perdu dans le brouhaha d'une salle de concert.

Et ce n'est peut-être pas plus mal, puisqu'il y aurait surtout beaucoup de mal à en dire. Comme Peter Doherty seul en scène armé d'une guitare acoustique, il chante parfois à côté du micro, affiche une arrogance aux airs de simplicité, et délivre des compositions aux trajectoires parfois incertaines. Mais son nom n'est pas Peter Doherty.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Peter Doherty en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Peter Doherty en concert au Festival We Love Green 2011 (1ère édition) - dimanche 11 septembre
La chronique de l'album By the Dozen de Marie Flore
Marie Flore en concert au Divan du Monde (15 février 2008)
L'interview de Marie Flore (jeudi 18 décembre 2014)

En savoir plus :
Le Myspace de Peter Doherty
Le site officiel de Marie Flore
Le Myspace de Marie Flore
Le Facebook de Marie Flore

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Marie Flore (18 décembre 2014)
Marie Flore (30 novembre 2012)
Marie Flore (20 janvier 2009)


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=