Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A.C. Newman
Rencontre  (Beggars)  juin 2004

Suite à l'émoi provoqué dans le petit monde de la pop-rock indépendante par la sortie de son album solo The slow wonder, il devenait incontournable d'en savoir plus sur Carl Newman.

Heureusement, il était de passage à Paris pour une journée promo et grand merci à Jean Baptiste de Beggars de nous avoir donné l'opportunité de le rencontrer. Car il s'agit plus d'une rencontre que d'une interview et une rencontre terriblement émouvante quand AC Newman parle des sources de cet album.

Pourquoi avoir choisi de sortir ce disque sous votre propre nom ?

AC Newman : En fait c'est un peu une chance de pouvoir mettre son propre nom sur un disque.... On ne peut pas se cacher derrière un pseudonyme. Il n'y a pas de groupe derrière lequel se retrancher, c'est une façon de faire un disque plus honnête, plus personnelle.

Et pourquoi avoir fait un album solo ? Vous vouliez être votre propre patron ?

AC Newman : En fait je suis déjà un peu mon patron dans les autres groupes mais c'est surtout parce que on n'a pas tourné beaucoup avec les groupes et que j'ai aussi pas mal de chansons qui ne trouvent pas leur place au sein de ces groupes, notamment les New Pornographers alors j'ai décidé de me lancer et d'enregistrer un disque en solo.

Et en plus j'ai eu une aide du gouvernement canadien, qui m'a donné une subvention pour enregistrer cet album alors c'était une excellente occasion.

Vous disiez avoir pas mal de chansons en stock, comment écrivez-vous ?

AC Newman : En général cela part de quelques accords et puis ensuite viennent les mélodies. Bien que parfois j'ai directement des idées de mélodies. Puis ensuite seulement je trouve les mots.

Cela étant, parfois tout cela est très rapide et d'autres fois cela me prend des mois avant de finir une chanson. Aussi, je ne pense pas qu'il y ait vraiment de méthode.

Quelles sont vos influences principales, notamment lorsque vous composez ?

AC Newman : J'écoute beaucoup de choses à vrai dire. Mais quand je joue, seul, avec ma guitare acoustique, je serais incapable de situer ce qui a pu m'influencer pour en arriver à cela. Je ne me préoccupe pas de savoir si c'est original ou pas, si cela va sonner comme du T-Rex ou autre chose. Mais je crois qu'au final ce qui m'influence le plus en général lorsque j'écris des chansons c'est la vieille pop music.

Vos chansons sont elles autobiographiques ?

AC Newman : Et bien certaines sont plutôt le fruit de mon imagination mais d'autres, il est vrai sont un peu autobiographiques. C'est un peu un mélange de chansons totalement imaginaires avec des éléments de ma vie. Quelques chansons de ce disque sont vraiment à propos de moi, d'autres sont des histoires que j'ai inventées à partir d'éléments réels. Ecrire des chansons à propos de ma propre vie est une démarche que je n'avais jamais faite auparavant....(ndlr : AC semble troublé et après une longue hésitation nous redemande de poser la question).

Oui, certaines sont des histoires inventées car les mots sonnent bien, d'autres sont vraiment à propos de ma vie...(ndlr : en recevant la version définitive de l'album on découvre sur la pochette que ce disque est dédié à la mémoire de son père Allan Jack Newman, ceci pouvant peut être expliquer cela).

Vous avez joué dans Zumpano, Super Conductor, The New Pornographers, maintenant vous sortez un disque sous votre nom. Que représente la musique pour vous ?

AC Newman : Pour moi, la musique tient une place énorme dans ma vie, c'est mon boulot. Parfois ce n'est pas forcément bien que cela prenne autant de place. Je me dis que la musique prend trop de place dans ma vie mais en fait c'est bien comme ça, ça se passe bien. Même si de temps en temps j'essaie de m'éloigner de la musique, de redevenir une personne "normale" mais ça ne marche pas.

Votre dernier groupe en date étant les New Pornographers, pouvez vous nous dire si le groupe va continuer ?

AC Newman : Oui oui ! Ça continue ! D'ailleurs nous sommes en train de travailler sur le prochain album que nous espérons terminer pour octobre et qui pourrait ainsi sortir dès le début de l'année 2005, vers mars je pense.

Allez vous jouer en Europe avec ce nouvel album ?

AC Newman : Aucune idée encore, je sais que je vais tourner aux Etats Unis et au Canada mais à part cela, ce sera aussi une question de planning...

Vous êtes d'origine canadienne, que pensez vous de la scène musicale canadienne ?

AC Newman : Je pense que cela s'est beaucoup amélioré et il y a maintenant plus de groupes intéressants qu'il n'y en a eu ces 30 dernières années. Il y a vraiment de bons groupes comme Broken Social Scene, Destroyer (ndlr : Destroyer est le groupe de Daniel Béjar, collaborateur actif de The New Pornographers), Frog Eyes ... Pas mal de groupes qui méritent l'attention.

Et vous, qu'écoutez-vous ?

AC Newman : Hummmmm... pas mal de trucs anglais comme The Solex...

La crise du disque se ressent elle aussi au Canada ?

AC Newman : Je ne crois pas que personnellement cela m'affecte en tout cas. Par exemple les New Pornographers ont plus vendu de disques avec le dernier album qu'avec le premier. C'est surtout le cas pour la musique de variété. La variété c'est un peu un feu d'artifice, de la poudre aux yeux. Ce genre de public là n'a rien à faire de la qualité de la musique, ce qu'ils veulent écouter et bien ils préfèrent le télécharger gratuitement.

En revanche, en ce qui concerne la musique underground et indépendante, on a à faire à de vrais passionnés qui vont aller acheter les disques des groupes qu'ils aiment. Et puis je n'ai pas de problème vis à vis des gens qui téléchargent ma musique parce que ... c'est bien d'écouter de la musique et de toute façon cela ne peut que m'aider à être connu et devenir plus populaire.

Pour finir, question rituelle, pouvez vous nous décrire votre musique en seulement 3 mots ?

AC Newman : Hummmm ... 3 mots..... pas facile.... Je ne peux pas décrire ma musique ...

Allez je me lance, je dirais "Experimental Power Folk".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The slow wonder de A.C. Newman


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 15 décembre 2019 : Pas de retraite pour le Père Noël

Si vous voulez piocher dans notre sélection culturelle quelques cadeaux pour noël, c'est le moment. Vous pouvez même encore commander quelques tote bags en édition limitées Froggy's Delight ici : Envoi garanti avant noel ! En attendant c'est parti pour du théâtre, des disques, des films, des expos... et même un joli casque de réalité virtuelle à mettre sous le sapin.

Du côté de la musique :

"American Utopia on Broadway" de David Byrne
"Le roi des ruines" de Andoni Iturrioz
Rencontre avec C GEM qui nous offre aussi une session avec son Red Moon Orchestra
"Street talk : Saxophone summit" de Dave Liebman, Joe Lovano et Greg Osby
"Single so over" de Kid Francescoli
"Brutal pop" de Sun
"Big bang" de Les Bons Becs
"Whosampled.com", mix numéro 6 de notre podcast Listen In Bed
"I don't know what i'm doing" de Molto Morbidi
"Aside" de My Imaginary Loves
"Hits hits hits hourra" de Marcel et son Orchestre
"Midnight colors" de Midnight Colors
Et pour finir, un petit tour aux aux 41eme Transmusicales de Rennes
et toujours :
"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Warm" au Théâtre du Rond-Point
"Les Chiens" au Théâtre La Flèche
"L'Entrée en résistance" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Pâtes à l'ail" au Théâtre La Scène Parisienne
"Comme des soeurs" au Théâtre La Scène Parisienne
"Une femme se déplace" au Théâtre des Abbesses
"La Valse d'Icare" au Théâtre Le Lucernaire
"Monsieur X" au Théâtre de l'Atelier
"Dracula, Lecture rock dans la veine de Bram Stocker" à la Maison de la Poésie
"Les Wriggles - Complètement Red" au Palace
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de la Tempête
"Camille contre Claudel" au Théâtre Lepic
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Chanson Plus Bifluorée - Spécial Fêtes" au Théâtre La Bruyère
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Sculptures infinies" aux Beaux-Arts

Cinéma avec :

"The Lighthouse" de Robert Eggers
et la chronique des films sortis en décembre

Lecture avec :

"La Wehrmacht, la fin d'un mythe" de Jean Lopez
"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'Amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 15 décembre 2019 : Pas de retraite pour le Père Noël
- 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=