Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Applause - La Patère Rose
Ni Vus Ni Connus  (divers)  décembre 2010

Parlons politique. Accrochons-nous à ce stupide débat à propos d’identité nationale. Qu’est-ce que ça veut dire au juste ? Que vous n’êtes pas dignes de Douce France si vous ne présentez pas une généalogie remontant aux Bourbons (encore mieux si vous avez des Justes décorés ou des Templiers…) ? Et  ben on n’est pas dans la merde… Moi la première avec mes ancêtres bouillonnants venus casser du Gaulois…

Mais heureusement, ce débat a fait un véritable flop de chez Flop. Heureusement pour nous, il n’a pas fui chez nos voisins Belgium, ni même chez nos ancêtres expatriés (à la 800ème génération en partant de gauche) de l’autre côté de la Grande Bleue, chez les Québec. Ce sont la magnifique Patère Rose, et l’étonnant Applause, ça aurait manqué à mes oreilles s’ils n’avaient pas décidé de faire déborder leur identité internationale in Frankreich.

Applause EP (Troisième Bureau / Wagram, juillet 2010)

Les belges avaient : le dos large pour les blagues gauloises, les bières, Lara Fabian, Benoit Poolvoerde… Ils ont maintenant Applause (ouf !). Ils sont quatre et ils sont potes depuis un bail, et ils musiquent pour leur tout premier EP éponyme.

Ca groove, ça muse du côté rock anglais, ça promet un futur album tout plein de fantômes rock. C’est d’abord un tuba grave presque effacé, une voix profonde, un gargantua hurlant à la famine, puis une seconde voix comme un dédoublement de la première, en double spectral.

Cinq titres, vingt minutes de musique pour faire tourner les tables. Mais un dernier morceau abrutissant, dopé aux enceintes de super Nintendo… agaçant. Donc on remet au début, et on invite les arrières pépés à raconter l’au-delà. Et c’est trop court, mais ça promet une belle bande originale pour votre prochaine escapade au cimetière.

La Patère Rose EP  (Naive, septembre 2010)

Moi, si j’étais chanteuse, je serai une patère et je serai rose. Ce que je ferai ressemblera à de l’électro-pop fleuri et coloré, mais en dix fois mieux. J’inventerai des jolies mélodies, des paroles mélodieuses, ma poésie sera une suite de mélodies toutes plus belles que les autres.

J’aurai une jolie voix de grande fillette à bout de souffle, et on s’arrêtera pour écouter la grave légèreté de mes ritournelles. Et elles vous poursuivront dans les vents.

J’aurai la grâce d’une danseuse étoile en tutu et les convictions d’un porte-voix tunné aux autocollants de la CGT. Je serai un genre de Mary Poppins tatouée à la Cœur de Pirate, en fourreau rouge Betty Boop, sexy, douce et rebelle avec mes deux poteaux musiciens.

Je lui dirai que je l’aime en lui disant que le carrelage de ma cuisine fait ressortir la couleur de ses yeux dans mon premier titre qui s’appellera "Pacemaker". J’aimerai en silence dans "Duet tacet" et je porterai un chandail gris en chantant "Duchesse".

Mais je ne peux pas, je n’ai pas de carrelage dans ma cuisine, et ça existe déjà, et ça s’appelle La Patère Rose, et c’est onze minutes bien trop courtes. Et c’est Québécois. Et c’est délicieux.

Au fait, si vous commandez La Patère Rose au Père Noël, assurez-vous d’être très précis, sous peine de vous retrouver avec un porte-manteau Barbie sur les bras.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Where It All Began de Applause
La chronique de l'album Applause de Balthazar
L'interview de Applause (22 février 2011)

En savoir plus :
Le Myspace de Applause
Le site officiel de La Patère Rose
Le Myspace de La Patère Rose


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Applause (22 février 2011)
Applause (25 juin 2010)


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=