Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pigeon John
Dragon Slayer  (Discograph)  mars 2011

Pigeon John a commencé à se faire un nom dans les années 90 en montant régulièrement sur la scène du mythique "Good Life Café", lieu historique du hip-hop underground de la côte ouest. Il a pondu beaucoup d'albums à base de samples. Pour son nouveau disque, il a pratiquement composé et tout fait lui-même (avec l’aide de Hervé Salters de General Electrik). Il a utilisé de vrais instruments, il a enregistré et s'est occupé du mixage. Il nous a donc pondu une sorte de hip-pop, mélange d'influence hip-hop, de pop, parfois rock et souvent soul, mais toujours en étant cool et frais.

Une voix un chouilla nasillarde comme l'étaient les voix des rappeurs, il y a longtemps (Cypress Hill, Snoop Dog dans les 90's), un sens de la dérision et de l'auto dérision. Un peu irrévérencieux, toujours drôle et parlant plutôt des petits moments du quotidien que de délire bling bling. Même si l'ambiance est plutôt au cool, cela n'empêche pas d'avoir un flow d'une rare efficacité. Les mélodies ont une très belle carrure et sont emportées par un beat ravageur.

Le premier single, "The Bomb", est tellement efficace qu'il a été utilisé dans les jingles du Grand Journal de Canal +. On a affaire à un titre résolument rock, teinté d'electro et de funk. Mais ce n'est pas un morceau isolé dans l'album, puisque la basse ronde et enveloppante sur "Hey You" nous emmène dans des sphères que certains rockeurs ne sont pas près d'atteindre. Une basse très groovy et pleine d'effets est aussi très présente sur le plus funky "Ben Vereen". "Buttersoft Seats" est tout en harmonie et clavecin, alors "Before We are Gone" est un titre qui débute dans une simplicité folk avec juste une guitare acoustique et un synthé éthéré, avant que les rythmes emportent le tout dans quelque chose de plus dansant. Ce disque est loin d'être linéaire. Tout est fait pour que l'on ne s'ennuie pas. Aucun morceau ne se ressemble. En plus des influences classiques de la pop, rock ou soul, on retrouve des sonorités hip-hop old school, mais aussi funk, reggae ou encore calypso.

Pour celles et ceux qui font une overdose de Ben l'oncle Soul, Pigeon John est une alternative de qualité et plus originale (dans le sens où il propose des choses en plus. Ce n'est pas que du pillage de ses influences). Pour ceux qui ont la nostalgie d’un hip hop "Unity, peace & having fun", des trucs cool comme on en avait dans les années 90, avant l'invasion gangsta et bling bling, Pigeon John est idéal. Il est à un milliard d'années des clichés et de l'imagerie du rap actuel. En plus, il paraît que c'est une bête de scène, on ne demande qu'à voir, car l'album est déjà de très bonne qualité.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pigeon John en concert au Fil (dimanche 27 octobre 2011)
L'interview de Pigeon John (dimanche 27 octobre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Pigeon John
Le Myspace de Pigeon John


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 26 janvier 2020 : Les rois des galettes
- 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard
- 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's
- 5 janvier 2020 : 360 jours avant 2021
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=