Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Octave Noire
Monolithe  (Yotanka Records)  février 2020

Je me souviens encore de la découverte du premier album d’Octave Noire il y a tout juste trois ans. Embarqué par un nouveau monde, pas celui de notre président hein, je prenais une véritable claque musicale de ce nouveau groupe d’electro pop créé par Patrick Moriceau, accompagné par Ton’s aux claviers et Franck Richard à ma batterie. Néon, sublime album, fait partie de ces albums que j’écoute régulièrement.

Trois ans et cinquante concerts plus tard, dont deux avec un orchestre symphonique en Bretagne, et pour succéder à la lumière de néon, il érige son second album, en plein soleil. Tels les obélisques égyptiens, qui représentent des rayons pétrifiés.

Ce second album naît dans le plaisir solitaire du studio, cette fois en se donnant le temps d’accoucher de Los Angeles, le single de l’album dont nous vous avons parlé il y a quelques semaines sur le site. L’écriture creuse le sillon pop-orchestral du précédent album conviant clavinet, moog, mellotron et basses lourdes dans la lignée des grands arrangeurs français, de Jean-Claude Vannier à l’immense François de Roubaix.

On retrouve dans ce second album ce qui avait déjà fait le succès de Néon. Octave Noire a toujours la même exigence architecturale, s’appuie de nouveau sur des mélodies simples, sur un mélange électronique et cinématographique et sur une voix au velours grave, parfois presque parlée.

Monolithe nous propose dix titres qui nous parlent de thèmes variés. Monolithe chante la condition humaine, "Le soleil et les hommes", le rêve américain à "Los Angeles".

"Sous blister", qui clôture cet excellent album inventorie la récupération publicitaire, jusqu’à la rupture, que rappe ARM invité sur "Monolithe humain". Car voilà, une des nouveautés de ce second album tient aussi dans la volonté d’Octave noire de s’ouvrir à des artistes qu’il aime et qui l’apprécient aussi. On trouve donc Mesparrow sur le titre "Parce que je suis", qui déroule l’incommunicabilité d’un couple. Et puis on retrouve le génial Dominique A, qui avait adoré Néon, sur le titre "J’ai choisi" qui parle de l’absence. C’est évidemment un de mes titres préférés de l’album, aussi parce que j’aime particulièrement tout ce que fait Dominique A.

D’amour, il en est beaucoup question sur cet album. Octave noire n’hésite pas à tremper les douleurs de l’amour dans des crescendos lumineux, de la séparation sur "L’avalanche", à la disparition de son père sur "Retiens cette image", inspirée d’une photo où il lui tenait la main. On trouve aussi une reprise sur le dernier album d’Octave Noire, "Inland sea", une reprise en français d’un morceau anglais d’Aliplays de 2010, qui intériorise ce manque dans la mer intérieure du corps.

Si Monolithe touche à la mélancolie, il ne se départit pourtant jamais d’une intemporalité solaire, d’une beauté épique qui sublime nos doutes. Il réveille en nous les superbes impressions que l’on avait eues avec Néon. Cet album est loin de nous laisser de pierres, il est d’une grande modernité et a comme originalité le fait que chacun des titres qu’il nous propose soit différent. Avec Octave noire, la pop synthétique française a encore de beaux jours devant elle.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Néon de Octave Noire
La chronique de l'album Los Angeles de Octave Noire

En savoir plus :
Le Soundcloud de Octave Noire
Le Facebook de Octave Noire


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-02-16 :
Octave Noire - Monolithe
Mira Cétii - Cailloux & météores
Fontiac - The Wall single
Thorbjorn Risager & The Black Tornado - Come on In
The Inspector Cluzo - Brothers in Ideals
Mokado - Ghosts EP
Baptiste Dupré - Petites choses et vaste monde
The Jackson Pollock - Frustration - Le Fil
Sotomayor - Orígenes
Stone Temple Pilots - Perdida
Ásgeir - Bury the Moon
Sunflowers - Endless Voyage
Listen In Bed - M. I. A. (émission 10)

• Edition du 2020-02-09 :
Listen in Bed - Ooh Hah (Mix #10)
Loki Lonestar - Show no Mercy
Caesaria - I become a Beast
Jon Boutellier - On Both Sides of The Atlantic
Claudia Solal & Benoît Delbecq - Hopetown
Moonlight Benjamin - Simido
Jean-Philippe Collard - Granados Goyescas
Mira Cétii - Cailloux & météores
Kid Francescoli - Lovers
Cyril Adda - L'îlot

• Edition du 2020-02-02 :
Feu Robertson - The Underground Secession
Bo - Everything Begins EP
Tito Candela - Paradais EP
Jean-Louis Bergère - Ce qui demeure
Rodrigue - A fuck toute - A love toute
André Minvielle & Papanosh - Prévert Parade
Superbravo - Sentinelle
Ensemble Gustave - Bretagne[S]
Hortense Cartier-Bresson - Brahms : Fantasien, 116, Intermezzi, 117 & Klavierstücke, OP. 118
En attendant Ana - Juillet
Listen in Bed - Whosampled.com, part 2 (Mix #9)
 

• Archives :
Listen in Bed - Il Est Où Le Bonheur (émission 9)
Blankass - C'est quoi ton nom ?
Alexandre Tharaud - Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano Concertos
Naclia - La légende de Naclia
Pierre Génisson, BBC Concert Orchestra & Keith Lockhart - Swing, a Benny Goodman Story
Theo Hakola - Water is wet
Le Noiseur - Musique de chambre
Cyril Mokaiesh - Paris-Beyrouth
Mr Bosseigne - Theo Lawrence - Le Fil
No One is Innocent - Interview
Tristen - Les identités remarquables
Listen in Bed - Vinyle, Suite No 2 (émission 8)
Bombay Bicycle Club - Everything Else Has Gone Wrong
Burkingyouth - Fire EP
Andriamad - Jaimalé EP
Abel Orion - Late Night Music EP
Okidoki - When Oki meets Doki EP
Ensemble Consonance - François Bazola - Dolci Affeti
Emmanuel Tugny - Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)
GRIO - GRand Impérial Orchestra - Music Is Our Mistress
Nova Twins - Who are the girls ?
Larme Blanche - Demain est mort
Pierre Vassiliu - En Voyages
Livingstone - Turn Bizarre
David Bressat - True Colors
Lina Tur Bonet & Dani Espasa - Bach, Händel : an Imaginary Meeting
Babx - André Minvielle - Thomas de Pourquery - Nougaro
Tiger & the Homertons - Shadow in the dark EP
Petosaure - Le Musc EP
Kvelertak - Splid
- les derniers albums (5921)
- les derniers articles (144)
- les derniers concerts (2322)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1085)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=