Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Frida Jambe de bois
Théâtre de l'Union  (Limoges)  octobre 2019

Spectacle de théâtre musical sur des textes et musiques de Pascal Rinaldi, mse en scène de Lorenzo Malaguerra, avec Denis Alber, Edmée Fleury, Jean Lambert-wild, Maria de la Paz, Pascal Rinaldi et Thierry Romanens.

Dans ce spectacle musical conçu par Denis Alber, Pascal Rinaldi et Lorenzo Malaguerra, la mélancolie n'est pas convoquée. Loin de là !

Dans les couples célèbres du siècle passé sans cesse célébrés sous toutes les formes, genre "Marilyn et John", "Bacall et Bogart", "Sartre et Beauvoir", "Sid and Nancy" ,"Diego et Frida" est le plus exotique, le plus torride aussi et le plus récent dans sa mythification, puisque dans "L'Assassinat de Trotsky" (1972) , film de Joseph Losey, où Léon Davidovitch est censé être assassiné chez les Rivera qui l'hébergent, le personnage de Frida n'apparaît même pas ...

Du coup, chance pour les trois joyeux Suisses, ni Arias, ni Copi, ni Jérôme Savary, pourtant friands en mythes sud-américains (qu'on se rappelle Eva Peron) n'avaient eu l'idée de s'emparer de la sulfureuse mexicaine au corps cassé pour en faire leur miel sardonique.

Voilà, c'est fait... et bien fait ! "Frida Jambe de bois" est une œuvre colorée, exubérante où l'irrespect n'implique pas de dresser au final un très beau portrait de cette Frida pas Oumpapa, même si des oreilles attentives entendront subrepticement la voix d'Annie Cordy dans son immortelle chef d'oeuvre.

D'abord, on félicitera Kristelle Paré dont la scénographie et les costumes mettent d'emblée dans une ambiance fleurie et bordélique où dominent les jaunes et les rouges, où le Mexique des poncifs (avec distributeur d'une bière locale, celle que consommait un récent feu président français) voisine avec un bric-à-brac d'objets symbolisant la mort.

Particulièrement réussi est justement le costume de "la Mort Joyeuse", dont la robe rappellera les costumes de Gramblanc, le double de Jean Lambert-wild, qui, tiens !, joue justement cette "Mort Joyeuse", caché sous la chaleur d'un "heaume" tête de mort.

Si l'on n'est pas prévenu qu'on est dans une grosse farce ponctuée parfois d'éclats d'émotion, on aura sans doute besoin d'une ou deux saynètes, d'une ou deux chansons, pour comprendre le principe de cet hommage touffu et réjouissant à une artiste devenu un produit mondialisé mais qui sent quand même plus la putréfaction que le parfum, la tequila vomie que le hamburger.

Sur scène, sauf Jean Lambert-wild qui attend son heure en Madame la "Mort Joyeuse", tout le monde est Frida Kahlo : que ce soient les musiciens Denis Albert, Pascal Rinaldi et Thierry Romanens ou les deux chanteuses, Maria de la Paz et Edmée Fleury.

Petit à petit, le spectacle prend une tournure carnavalesque et pas seulement. Car, si l'on verra sur scène des paillardises bien débridées, Lorenzo Malaguerra a étendu son champ de mise en scène à la salle elle-même... La "Mort Joyeuse" viendra y titiller quelques spectateurs et les Frida ne seront pas de reste en attendant une joyeuse parade finale où la salle et la scène seront en osmose.

Tout cela pourrait être incontrôlable et à la longue fastidieux sauf si l'on oublie pas que le rire sans les larmes n'est que ruine de l'âme. Les chansons ne seront donc pas que des pochades et si l'on n'aime que le Mexique pauvre et misérable avec des guitares sublimes qui pleurent le malheur-roi, on sera comblé en écoutant Maria de la Paz, se livrant toute entière dans une version de "Paloma Negra" de Chavela Vargas, une des amantes de Frida et aussi d'Ava (Gardner).

Edmée Fleury, pétulante en Frida, n'est pas de reste et s'avère la plus crédible dans le rôle titre, jamais dans la caricature ni dans la posture. La vraie Frida, c'est elle et toutes les autres qui l'entourent ne sont peut-être que les délires et les fantasme d'une femme dont les désirs sont détruits par un corps supplicié.

Au fond, "Frida jambe de bois" est une bonne introduction pour connaître la vie et l'oeuvre de la Mexicaine. Par delà les bêtises dites avec appétit, se dessine la vérité d'un personnage encore à découvrir.

Le spectacle conçu par Denis Alber, Pascal Rinaldi et Lorenzo Malaguerra ne se moque jamais d'elle mais de la fabrication de son image d'Epinal. Si l'on s'amuse beaucoup, la qualité du rire transmis rend aussi heureux que les plaisanteries et les gags contenus dans ce spectacle vraiment vivant.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-10-20 :
Frida Jambe de bois - Théâtre de l'Union
Un jardin de silence - La Scala
Fleur de peau - Théâtre Essaion
Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf - Théâtre Libre
Habiter le temps - Lavoir Moderne Parisien
Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors ! - Le Mélo d'Amélie
En ce temps là l'amour... - Théâtre des Mathurins
Imposture posthume - Centre Culturel Suisse
Fred Tousch - Fée - Théâtre de Belleville
Wilde - Chopin - Théâtre Le Ranelagh
Yannick Jaulin - Causer d'amour - Théâtre des Bouffes du Nord
Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à parler d'amour - Théâtre des Bouffes du Nord

• Edition du 2019-10-13 :
Fausse note - Théâtre de la Contrescarpe
La Promesse de l'aube - Théâtre de l'Atelier
Looking for Beethoven - Théâtre Le Ranelagh
Rêves d'Occident - Théâtre de la Cité Internationale
Sabordage - Théâtre 71
Donnant donnant ! - Théâtre de Paris
Piège pour Cendrillon - Théâtre Michel
De quoi je me mêle ! - Théâtre d'Edgar
Ciel, ma belle-mère ! - Théâtre d'Edgar
La Famille Ortiz - Théâtre Rive Gauche
On est mal Macron, on est mal - Théâtre des Deux Anes
 

• Archives :
La Gioia - Théâtre du Rond-Point
Je m'appelle Erik Satie comme tout le monde - Théâtre de la Contrescarpe
Olympicorama - Epreuve n°3 : le saut en hauteur - Grande Halle de La Villette
Madame Zola - Théâtre du Petit-Montparnasse
La vraie histoire du cheval de Troie - Théâtre Les Déchargeurs
Vestiges Fureur - Lavoir Moderne Parisien
Benjamin Tranié - Le dernier relais - Théâtre Trévise
L'un de nous deux - Théâtre du Petit Montparnasse
Lewis versus Alice - Théâtre Gérard Philippe
Livane - Piaf, Frehel, Damia et Moi - Théâtre de Dix Heures
Trinidad - Pour que tu m'aimes encore - Comédie Bastille
Michaêl Hirsch - Je pionce donc je suis - Théâtre du Lucernaire
Un sac de billes - Théâtre du Lucernaire
Søren Prévost - Balance ton père - Théâtre Lepic
Ah ! Félix - Eglise Saint-Eustache
La Veuve Champagne - Théâtre de la Huchette
L'Animal imaginaire - Théâtre de la Colline
Danser à la Lughnasa - Théâtre 13/Jardin
Nora Hamzawi - Théâtre du Rond-Point
Jo - Théâtre du Gymnase
Data Mossoul - Théâtre de la Colline
Le Misanthrope - Espace Cardin
Le Voyage musical des Soeurs Papilles - Comédie des 3 Bornes
Jean-Marie Galey - Ma Comédie française - Lavoir Moderne Parisien
Le Square - Lavoir Moderne Parisien
Le Frigo - Théâtre de la Tempête
Casse-toi, diva ! - Théâtre La Croisée des Chemins
A deux heures du matin - Théâtre L'Atalante
Lucie Carbone - Badaboum - Comédie des 3 Bornes
Marie-Antoinette - Théâtre de Poche-Montparnasse
- les derniers (3)
- les derniers albums (5)
- les derniers articles (4)
- les derniers concerts (8)
- les derniers expos (2)
- les derniers films (3)
- les derniers interview (1)
- les derniers interviews (264)
- les derniers livres (3)
- les derniers spectacles (6685)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=