Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Palestro
Théâtre L'Atalante  (Paris)  mars 2017

Comédie dramatique d’Aziz Chouaki et de Bruno Boulzaguet, mise en scène de Bruno Boulzaguet, avec Luc Antoine Diquéro, Cécile Garcia Fogel, Stanislas Stanic, Tom Boyaval, Étienne Bianco et Guillaume Jacquemont.

Un homme est mort. Ses trois enfants, deux garçons et une fille, constatent que ce père alcoolique ne leur a rien laissé. Et surtout pas une once d'amour. Ah... si. Il leur a légué dans une enveloppe kraft mieux qu'un héritage : un mystère.

Un mystère à deux francs cinquante sous la forme d'une carte postale "inachevée" représentant "Palestro", un coin montagneux d'Algérie. C'est cette héritage dérisoire qui va leur donner de quoi faire leur deuil et d'enfin comprendre quelque chose d'important de leur géniteur honni.

Car cet homme appartient à cette génération perdue de garçons français qui ont subi enfants la seconde guerre mondiale et qui devenus de jeunes adultes ont subi la guerre d'Algérie. Double peine jamais vraiment présentée comme ça et qui explique bien des choses sur la France contemporaine.

La bonne idée de Bruno Boulzaguet et Aziz Chouaki est de faire rejouer aux enfants le rôle du père, de les remettre dans son contexte et de permettre à son tour au spectateur qui va s'identifier à ces "intellos" qui chantent en ricanant et au "second degré" le "Temps des colonies" de Michel Sardou ce que leur père, d'extraction populaire et futur garagiste, a vécu, lui, dans le premier degré de sa chair.

Abordant, dans "Palestro", la guerre d'Algérie par un fait d'armes sanglant où une vingtaine de soldats français a été massacré par des combattants algériens, entraînant une sanglante répression des parachutistes du général Massu, Bruno Boulzaguet et Aziz Chouaki ont choisi un angle d'attaque qui n'est pas majoritaire dans le traitement de cette "sale" guerre.

On pourrait dire que c'est un traitement à l'"américaine", celui où l'on est du côté des soldats, dans leur logique de vengeance plutôt que du côté de la "Morale" et de ses questions comme celles de la torture, du refus des jeunes éduqués sursitaires d'aller combattre dans une guerre coloniale injuste.

Dans "Palestro", qui se situe au tout début de la guerre, au moment où les appelés vont commencer à arriver, ce sont de jeunes gens du peuple qui meurent ou qui découvrent les atrocités des uns et des autres.

Aux côtés du remarquable trio Luc-Antoine Diquero, Cécile Garcia Fogel et Stanislas Stanic, trois jeunes acteurs (Tom Boyaval, Etienne Bianco, Guillaume Jacquemont) jouent les appelés et l'on visualise bien, tout à coup, ce qu'était cette toute jeune chair à canon, pris en étau entre Kronenbourg et Kanterbrau, les massacres du FLN et ceux de l'armée française.

Avec peu d'éléments, l'utilisation d'un rétro-projecteur mais heureusement pas d'une vidéo où l'on aurait eu pléthore d'images d'archives, Bruno Boulzaguet donne bien l'ambiance qui prévalait.

Ecrite en 1993, "Palestro" aurait peut-être pu se passer de sa partie documentaire sur la torture car, depuis cette date, ce qui y est raconté, comme l'inutile et complaisante description de la fameuse "gégène", n'est désormais plus occulté.

On s'étonnera aussi que la fratrie s'intéresse au père sans jamais faire de référence à leur mère et que le point de vue féminin, celui de la sœur, soit constamment écarté, au point qu'elle apparaisse comme un garçon manqué. Fallait-il à ce point que la guerre reste une "histoire d'hommes" ?

Pourtant "Palestro" résonne aujourd'hui parce qu'on y perçoit cette dichotomie entre ces jeunes appelés qui ont connu les horreurs d'une guerre impitoyable et ceux qui les jugent aujourd'hui de leurs citadelles confortables comme les premiers porteurs d'idées extrémistes et racistes. La discussion orageuse entre les trois enfants de l'appelé qui a survécu au massacre de Palestro est sur ce point exemplaire.

Description d'une époque manichéenne, "Palestro" réussit, parfois à son corps défendant, à donner de quoi alimenter un débat et, mieux encore, de quoi en faire un débat plus riche en abordant le point de vue d'une classe d'appelés qui n'a presque jamais pu ou su parler de ce qu'elle a vécu. Dans "Palestro", une génération traumatisée a enfin la parole.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2017-03-26 :
Palestro - Théâtre L'Atalante
La nuit à l'envers - Théâtre Essaion
Les Larmes d'Oedipe - Théâtre de la Colline
Cut - Théâtre de la Reine Blanche
Le Cabaret extraordinaire - Bal Blomet
Lili - Théâtre de l'Epée de Bois
Les Mauvaises graines - Chat Noir
Alil Vardar - Comment garder son mec - La Grande Comédie
L'histoire d'une femme - Théâtre de Poche-Montparnasse
L'héroïsme au temps de la grippe aviaire - Théâtre de Belleville
Les Misérables - Théâtre Le Lucernaire
Le serment d'Hippocrate - Théâtre 14

• Edition du 2017-03-19 :
Une saison en enfer - Théâtre Le Lucernaire
Phèdre/Salope - La Loge
Mon coeur - Théâtre des Bouffes du Nord
Festival Les Emancipées - Edition 2017
Soudain l'été dernier - Théâtre national de l'Odéon
La Leçon de photographie - Théâtre Saint-Georges
Ici, il n'y a pas de pourquoi ! - Théâtre Le Lucernaire
Le déni d'Anna - Théâtre Le Lucernaire
La violence des riches - Maison des Métallos
Les Vibrants - Théâtre de la Reine Blanche
L'Aide-mémoire - Théâtre de Nesle
La petite renarde rusée - Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
Intra Muros - Théâtre13/Jardinis
Made in Paris - Théâtre Bo Saint-Martin
Sylvie Malys - Le Génie du vin - Théâtre Les Feux de la Rampe

• Edition du 2017-03-12 :
Les vacances de Capucine - Comédie de Paris
Honneur à notre élue - Théâtre du Rond-Point
 

• Archives :
Ne me touchez pas - Manufacture des Oeillets
Michel Hermon chante Léo Ferré/Bobino 1969 - Théâtre
Les spectacles - Mars 2017
Le Songe d'une nuit d'été - Théâtre de la Tempête
Mascarades - Théâtre Montmartre Galabru
Voyage dans les mémoires d'un fou - Théâtre L'Archipel
Sweet Home - Théâtre Mouffetard
Macbêtes - Les nuits tragiques - Théâtre Mouffetard
Le Roi se meurt - Ciné 13 Théâtre
La Chambre 100 - Théâtre Les Déchargeurs
Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée - Derrière la porte - Théâtre 12
La Rive dans le noir - Théâtre 71
Providence - Théâtre des Bouffes du Nord
C'est encore mieux l'après-midi - Théâtre Hébertot
A nos enfants (Train fantôme) - Théâtre Gérard Philippe
Vertiges - Manufacture des Oeillets
La Jeune Fille et la Mort - Manufacture des Abesses
Tea for Three - Théâtre de Nesle
Dépaysement - Théâtre du Rond-Point
Interview - Théâtre du Rond-Point
Un amour impossible - Ateliers Berthier
Forbidden di sporghesi - Théâtre des Abbesses
9 - Théâtre 13/Seine
#Années folles - Théâtre Clavel
Fellag - Bled Runner - Théâtre du Rond-Point
Légende d'une vie - Théo Théâtre
Chuuuuut ! - Comédie des 3 Bornes
Les 12 pièces très, très courtes - Comédie Nation
Le Livre inouvert - Théâtre Le Funambule-Montmartre
La Mort de Danton - Théâtre de la Bastille
- les derniers (3)
- les derniers albums (3)
- les derniers articles (3)
- les derniers concerts (7)
- les derniers expos (2)
- les derniers films (3)
- les derniers interview (1)
- les derniers interviews (264)
- les derniers livres (3)
- les derniers spectacles (5481)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=