Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Travis Bürki
Interviewé  (Par Travis Bürki)  mars 2011

Je suis à Nantes depuis ce matin. Les nouvelles du monde sont passionnantes. À peine descendu du train, je suis allé prendre un petit déjeuner dans un hôtel du centre ville. Dans la matinée, assis dans les salons de l’hôtel, j’ai décidé de m’auto-interviewer. Self-entretien...

Tu n’en a pas marre de voyager depuis dix ans dans des villes où personne ne te connais à part dix ou douze pelés qui viennent écouter tes chansons bizarres ?

Travis Bürki : Si. En même temps, je ne vois pas trop quoi faire d’autre.

Tu veux dire que c’est faute de mieux ?

Travis Bürki : Disons que je ne me laisse peut-être pas le choix.

Bon, et si tu pouvais faire autre chose, ce serait quoi ?

Travis Bürki : J’ouvrirais une agence de voyage. Ou une banque. Non, en fait je crois que je ne suis pas fait pour faire des trucs. En tout cas je ne ressens plus l’urgence de faire.

Okay. Parlons un peu de ton album. Déçu ?

Travis Bürki : Pourquoi déçu ? Non, j’aime beaucoup certaines chansons de ce disque. "Apophtegme", qui est d’ailleurs une ancienne chanson finie récemment, j’aime beaucoup "Ta meilleure amie", "Grandis"…

Okay mais bon, l’accueil n’est quand même pas terrible…

Travis Bürki : Non, c’est vrai que les médias ne sont pas très enthousiastes. Les radios ont sans doute mieux à programmer, c’est dommage d’ailleurs, je me ferais bien un max de pognon avec un tube qui passe en boucle sur une radio FM.

Quel tube ?

Travis Bürki : "Ta meilleure amie", je la verrais bien tourner sur NRJ ou Oui fm.

En tout cas, ça ne se bouscule pas au portillon pour te jouer sur les ondes. Faut dire que tu n’es pas quelqu’un de très lisible. Tu es au courant ?

Travis Bürki : Oui, je sais que ce ne doit pas être très simple de m’identifier. Moi-même je ne me situe pas toujours clairement. Enfin, ce n’est pas une raison.

Tu ne te serais pas un peu grillé dans le milieu ?

Travis Bürki : C’est pas impossible. Mon arrogance est nourrie de ma timidité et je passe pour quelqu’un de souvent désagréable auprès des médias. Ils me rendent la monnaie de ma pièce.

Et la tournée ? Tu joues toujours autant. Beaucoup de dates mais presque aucune vraie salle. Tu es sorti du système ?

Travis Bürki : C’est vrai, je suis à la lisière. Pas assez connu pour les Big Venues et pas assez nouveau pour être à nouveau défendu par les réseau de découvreurs. Il faut qu’il se passe un truc si je ne veux pas terminer à vie dans les cabarets pour poètes désenchantés.

Un truc ? Tu penses à quoi ?

Travis Bürki : Mon attaché de presse me presse de me présenter à des élections. Mon entourage me suggère parfois d’écrire en anglais. Je ne sais pas. Une chose est sûre, si ce disque tourne mal, je vais déposer le bilan de mon label.

Tu dis ça comme si tu t’en foutais.

Travis Bürki : Non, je suis en tournée, je fais de la promo, je vais sur le terrain comme on dit. Si je bosse tous les jours mon répertoire, si je fais toute cette putain de paperasse même après que mes comptables m’aient lâchés, c’est parce que je veux réussir cette sortie d’album.

On sent le courroux du gérant qui fait face à la crise…

Travis Bürki : C’est tout à fait ça. Je suis chanteur et auto-producteur. Mais bon, la partie administrative passe au second plan c’est vrai. Chanter, c’est un vrai truc. Sur scène, il y a une mission que je me sens capable de relever.

Revenons à cette promotion d’album. Qu’est-ce que tu prépares comme gros coup ? T’as des idées ?

Travis Bürki : Pas vraiment. Je ne peux pas initier grand chose en terme de médias. Je peux être un artiste au travail, donner des concerts, jouer la nano saga, continuer d’écrire et de rencontrer des gens mais je n’ai pas de plan d’attaque.

Tu vas attendre que cela vienne ?

Travis Bürki : Exactement. J’ai fait une bonne partie du boulot en fournissant un album. Il y a des titres qui n’ont l’air de rien mais qui traite des sujets de société comme ils sont rarement traités en chanson, voire jamais.

C’est ton côté arrogant qui se réveille.

Travis Bürki : C’est vrai. Putain. Je vais la fermer cela vaut mieux pour tout le monde.

Non mec. On aime quand tu déclames. On aime tes anecdotes et… entre nous, dans le milieu ils sont quand même tous très arrogants…

Travis Bürki : No comment.

Bon, Travis, au fait Travis c’est ton vrai prénom ?

Travis Bürki : Quelle importance. Pourquoi tu finis toujours pas vouloir percer un mystère alors que tout est là, sous tes yeux ? Pourquoi la presse, les radios, vous voulez toujours décortiquer l’inanité alors que vous ne savez même pas prendre le temps d’être ?

Tu es bouddhiste ou quoi ?

Travis Bürki : Bon tu me fais chier avec tes questions. Tu es pire que les vrais journalistes.

Les vrais journalistes ? Depuis quand il en existe de vrais ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Travis Bürki
Articles : Festival en Ü - Concerts et installations de Travis Bürki
Travis Bürki en concert à l'Espace Jemmapes (23 novembre 2004)
Travis Bürki en concert au Festival Alors..chante ! 2005
Travis Bürki en concert à l'Espace Jemmapes (11 octobre 2006)
Travis Bürki en concert à L'Archipel (18 mars 2008)
L'interview de Travis Burki (16 novembre 2005)
L'interview de Charlélie Couture et Travis Bürki (1er décembre 2005)
L'interview de Travis Burki (8 avril 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Travis Bürki
Le Myspace de Travis Bürki

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Travis Bürki         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Travis Bürki (8 avril 2008)


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=