Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Human League
Credo  (Wall of Sound / PIAS)  mars 2011

Sus à l'hypocrisie ! Oui, ça me faisait plaisir d'apprendre que The Human League sortait un nouvel album, même si je n'avais pas écouté ceux des années 90. The Human League, le groupe type de garçons coiffeurs des années 80, avec deux shampouineuses pour les back vocals.

Pour beaucoup en France, The Human League reste le groupe d'un seul tube, "Don't you want me" qu'on retrouve sur toutes les compils années 80 en vente chez les bons charcutiers. Pour ceux qui ont un plus de mémoire, il y a eu aussi "The Lebanon", chanson pop absolument réussie, rythmée pour faire danser sur un sujet sérieux, mêlant synthés et guitares, la voix de Phil Oakey et les choeurs de Joanne Catherall et de Susan Ann Sulley en parfaite harmonie.

Puis surtout il y a eu l'album Dare en 81. Une ribambelle de tubes dont "The things that dreams are made of". "Joey, Johnny, Dee Dee..." à une époque où seuls quelques punks portaient un badge des Ramones sur le revers de leur veste en cuir avec un A entouré d'un cercle dessiné au blanco dans le dos. Donc bien avant que des stylistes transforment les Ramones en une marque déposée et réussissent à convaincre des gamins de 12 ans de porter leurs t-shirts parce qu'il y a un aigle sur le logo. Teenage Lobotomy.

Oui, au début des années 80, The Human League était un groupe crédible. Avant "Don't you want me", il y avait eu deux albums de synthpop exigeante, presque expérimentale, Reproduction et Travelogue. Les membres du groupe étaient des worker-class heroes, cultivaient l'androgynie et le dandysme, se revendiquaient de l'esprit punk, et avaient trouvé la recette gagnante entre la voix profonde de Phil Oakey et les harmonies vocales de Susan Ann Sulley, la blonde, et de Joanne Catherall, la brune. Bowie avait même dit de The Human League qu'ils étaient l'avenir de la musique. Ensuite il faut bien reconnaître qu'il y a eu quelques ratés, comme la participation de Phil Oakey à la BO de Electric dreams avec le producteur disco Giorgio Moroder, ou le sirupeux "Louise" qu'on déconseille à tout diabétique.

C'est donc avec une petite excitation et beaucoup d'appréhension qu'on met le disque sur la platine, parce qu'on les sait capables du meilleur comme prêts à se vautrer avec délectation dans la facilité.

Bonne nouvelle, The Human League est sortie des années 80 et ne nous sert pas le synthé vintage auquel on s'attendait. Mauvaise nouvelle, ils se sont arrêtés en 1995, sur le parking du Macumba Club dans les faubourgs de Sheffield.

Ce qui choque d'abord à l'écoute de ces nouveaux morceaux, c'est l'utilisation à outrance du voxcoder, alors que les voix de Phil, Joanne et Susan Ann sont toujours aussi mélodieuses. Le gros hic vient surtout de la production. Bien que I Monster, le duo de produteurs pour ce disque soient reconnus, on a néanmoins l'impression d'un remix par Motiv8, le producteur anglais qui ripolinait les Spice Girls, et avait réussi l'exploit de massacrer Common People de Pulp. I Monster semblent avoir un avenir radieux de créateurs de jingles pour la pub, mais pour le bien de la musique, on leur demande solennellement de ne plus s'approcher d'une console de mixage.

Certes, Credo n'est pas dépourvu de facilités et de chansons dispensables. "Night People", le single taillé pour que Philippe Katerine s'éclate au Louxor est une vraie scie musicale. Efficace à la troisième écoute car elle ne se décroche plus de votre cerveau, on a pourtant envie dès la première écoute de zapper après à peine deux minutes. On retrouve la marque de fabrique de The Human League dans les voix de "Egomaniac", mais la production destinée à onduler son corps sur la piste – en s'accrochant bien à son déambulateur parce que c'est dangereux arrivé à cet âge-là – pourrit une chanson qui aurait pu être efficace.

On préférera "Single Minded", "Get Together"ou le très léger "Sky" qui sont de belles réussites mélodiques, voire "Electric Shock" ou "Breaking The Chains" pour danser malgré, encore une fois, quelques excès putassiers lors de la production.

Pour les plus valeureux, les plus inconscients, ou plus vraisemblablement les plus nostalgiques, il y a aussi les remix de "Night People" réunis sur un même EP. Malgré des paroles ("There is a place that only the night people know") aussi profondes qu'un pédiluve, la mélodie plate et l'usage intensif du voxcoder, passons quand même cet objet au crash test ! Les trois premiers titres sont les "single version", le "radio edit" et l'"album version" qui ne diffèrent que par la durée. La production est toujours à usage exclusif des soirées infirmières, option boucherie-charcuterie, du nord de l'Angleterre. Ensuite vient un remix par Cerrone, le type qui portait des pattes d'éph' et une chemise pure synthétique dans les années disco quand il chantait "Supernature". Phil Oakey a dû le rencontrer à la maison de retraite en allant rendre visite à Giorgio Moroder. Pas exactement un remix de première fraîcheur. Ensuite le "Mylo remix" se veut plus musclé, quelques bip-bips au départ avant qu'une rythmique plus funky ne vienne soutenir le tout, pour un résultat plutôt réussi. L'"Emperor remix" est basé sur une boucle qu'on dirait extraite de "Funky Town" de Lipps Inc. Auteur d'un remix radoteur, on soupçonne Monsieur Emperor de jouer aux dominos à la maison de retraite avec Cerrone et Giorgio. Quant au Villa remix, il semble être le fait d'un remixeur house atteint de la manadie d'Alzheimer, qui oublie la fin de ses phrases à peine après les avoir commencées. Trop d'acides frelatés au début des 90's sans doute.

En conclusion, l'album malgré une production peu ragoûtante permet de retrouver l'esprit mélodique qu'on aime chez The Human League sur une bonne moitié des chansons. Quant au single de remix, c'est exactement le genre d'objet que les héros de Shaun of the dead auraient lancé sans aucune hésitation à la tête d'un zombie agressif. D'ailleurs, même en cherchant bien, on ne voit pas quelle autre utilité on pourrait en avoir.

Dernière information pour ceux qui comptent aller voir The Human League en concert à Paris au Trianon en avril, mieux vaut vous prévenir avant afin d'éviter un choc : Phil Oakey est désormais chauve, envolée la superbe mèche brune qui tombait sur les yeux soulignés au mascara. Quant à Joanne et Susan Ann, elles ressemblent à Patsy et Edina d'Absolutely Fabulous, un petit pot à tabac brun et une anorexique blonde botoxée. Bon concert ! On s'y croisera peut-être.

 

En savoir plus :
Le site officiel de The Human League


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=