Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce No one is innocent - Radical Suckers
Le Splendid  (Lille)  vendredi 1er avril 2011

Tout d'abord, je note qu'il y a peu de monde. Les trentenaires sont de sortie mais peu nombreux. Les Radical Suckers ont du pain sur la guitare pour chauffer le Splendid. Pas simple. Ils démarrent de suite par se donner à fond. Pas de détour. La basse a des accents de Rage Against The Machine. Ils envoient, c'est certain. C'est une bonne entame. C'est brutal à souhait. Entre le punk et la fusion. Pourquoi faire compliqué ? Je me demande s'ils vont tenir ce rythme jusqu'au bout. A ma grande surprise, en passant par une reprise de Motörhead, ils ne lâchent pas et c'est tant mieux.

La salle s'est remplie mais ce n'est pas le carton plein. Une introduction à base de sirène et de coups de tonnerre et c'est parti : le concert bat son plein. Tout de suite, le public se met en mouvement déréglé.

Kémar harangue la foule et en demande plus. Dès le troisième titre, des slams, difficiles vue la faible densité de la fosse, s'improvisent. Côté scène, très vite, on se retrouve torse nu et dégoulinant de sueur. Le guitariste est sans fil. On comprend bien pourquoi quand on le voit bondir et courir sans cesse. Le bassiste n'est pas non plus des moindres. Le Head Bang ne s'arrête pas. La sécurité s'inquiète de la tenue des barrières devant scène et Kémar lui tape sur l'épaule tout en chantant pour dire que tout va bien. C'est l'expérience qui parle.

La batterie tape fort et le clavier est loin d'être immobile. Dire qu'ils ne plus tous jeunes. On ne le croirait pas. Le seul indice serait l'apparition de quelques chansons moins électriques proches des compositions de Noir Désir. Guitare folk et "Hurt" de Nine Inch Nails version Johnny Cash. Pour ma part, c'est un bon choix musical mais le duo n'apporte rien à cette horriblement magnifique chanson de Trent Reznor.

Bien sûr, il n'y a pas de concert de No one is innocent sans implication politique. Le fuck à Marine L. est le même que celui qu'ils avaient alors lancé à Catherine M. (maire à la place de son mari Bruno M.) en 1998 aux Eurockéennes. No one reste intègre malgré leur récent titre radiophonique discutable. Bref, un concert réussi qui s'est terminé avec une vingtaine de personnes sautillantes au milieu des musiciens.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gazoline de No One Is Innocent
La chronique de l'album Drugstore de No One Is Innocent
No one is innocent en concert au Festival Microcosm 5
No one is innocent en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2004
No one is innocent en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (samedi)
No one is innocent en concert au Festival Class'Eurock 2007
No one is innocent en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - samedi
No one is innocent en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
No one is innocent en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019) - 2ème
L'interview de No one is innocent (16 avril 2007)
Radical Suckers en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Samedi

En savoir plus :
Le site officiel de No one is innocent
Le Myspace de No one is innocent
Le Myspace de Radical Suckers

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Luneart         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=