Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Roman de l'au-delà
Matthias Politycki  (Editions Jacqueline Chambon)  avril 2011

Le "Roman de l’au-delà" de Matthias Politycki commence comme un ordinaire drame de la vie mais un drame d'une inquiétante étrangeté.

Un matin, un professeur septuagénaire découvre sa tendre épouse assise au bureau, comme à son habitude, devant des manuscrits, la plume à la main. Mais elle est morte. Comme assoupie dans un dernier sommeil.

Effondré, l'homme a compris mais au lieu de quérir un médecin, il la manipule pour lui donner une position plus chrétienne tout en pensant au serment qui les unissait, celui de s'attendre pour le dernier voyage vers l'île des morts.

Car le professeur Hinrich Schepp et sa femme, Dorothee Wilhelmine Renate, comtesse de Haglestein, surnommée Doro, s'étaient rencontrés et unis quarante ans auparavant en scellant un pacte inhabituel.

Lui, humble étudiant issu de la petite bourgeoisie, myope comme une chauffrette, ver de terre auprès d'une étoile, était tombé amoureux fou d'elle, belle et brillante sinologue réputée qui s'absorbait dans la méditation taoiste.

Elle, elle était terrorisée non pas tant par la mort physique que par le fameux "passage" qui menait à la purification de l'âme et qu'elle se représentait, fortement impressionnée par une peinture vue dans un musée qui reprenait l'iconographie de la peinture symboliste, sans doute "L'île des morts" de Arnold Böcklin comme l'indique la 4ème de couverture, comme la traversée solitaire, angoissante et impossible d'un lac immobile dans un paysage terrifiant par sa surréalité figée.

Elle lui avait demandé d'être son passeur, celui qui l'attendrait ou qu'elle attendrait après la mort avant de s'embarquer pour tenter à deux l'ultime périple. Il avait accepté plus par pragmatisme intéressé que par conviction, ne partageant pas cette forme de mysticité profane et elle avait abandonné sa propre carrière pour se consacrer à celle de son mari dont elle est devenue la conseillère et la correctrice avisée.

Près du corps encore chaud, le professeur se trouve confronté à la réflexion sur la possibilité de cet au-delà et à la tendre figure de sa femme l'attendant sur la rive tant redoutée jusqu'au moment où, revenant près du bureau, il prend connaissance des derniers mots qu'elle a écrit avant d'être saisie par la mort.

Et là, brutalement, tout bascule : "Dès que Schepp commençait à lire ici ou là, une perplexité maussade l'envahissait. Puis un chagrin perplexe, et bientôt un dépit flagrant. La toute dernière page n'était tout simplement pas supportable".

Tout bascule pour lui comme pour le lecteur.

Pour lui parce que la découverte non seulement du document sur lequel elle travaillait, un vieux texte d'un roman inachevé qu'il avait écrit dans sa jeunesse, mais des annotations qu'elle y avait portées révèlent la face cachée d'une femme qu'il voyait comme une modèle de douceur et de discrétion et détachée des basses contingences terrestres.

Pour le lecteur car Matthias Polyticki a savamment érigé, par fragmentation de la réalité et mise en abîme, un roman en mille feuilles et à géométrie variable qui tient, entre onirisme, métaphysique et folie, du récit de révélation (celle du secret de la vie d'un couple basée sur le non-dit et le mensonge), du roman à suspense (quant à la mort naturelle de l'épouse) et de la réflexion sur l'amour (l'aveuglement et la déception, le mirage de l'amour absolu et éternel).

A aucun moment, le lecteur captivé, et captif, comme sous influence d'une structure narrative atypique totalement maîtrisée, ne peut en anticiper le déroulement, ni, a fortiori, le dénouement, au demeurant pluriel.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=