Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Apocalyptica - Dagoba
L'Aéronef  (Lille)  jeudi 14 avril 2011

Que le lecteur avisé me pardonne cette chronique : du genre métal, je ne connais rien. Qu'il ne s'imagine pas pour autant que je me suis rendue à ce concert sans intérêt : Apocalyptica, pour moi, c'étaient quatre métalleux remettant d'actualité le violoncelle, avec fort bon goût. Je ne connaissais pas les morceaux originels de Metallica, mais j'ai souvent écouté leurs reprises, admirant l'audace du concept réussi.

Nul doute que je ne pouvais manquer de  voir Apocalyptica sur scène, même en n'ayant nulle connaissance de ce qu'ils avaient produit ces dernières années. Rien que pour voir des vikings virils assaillant leurs instruments de grands coups d'archet, je pouvais bien me glisser dans une mouvance musicale qui m'était étrangère.

L'avantage d'un concert métal est qu'il n'y a nul besoin de chauffer le public.

La première partie, Dagoba, est déjà acclamée à grands cris et bras tendus. Novice en la matière, je ne saurais décrire leur performance, ayant du mal à percevoir une quelconque musicalité dans ces chants gutturaux.

Je suis par contre fière d'avoir pu reconnaître dans le public quelques tentatives de Breaveheart, le "mur de la mort" où le chanteur Shawter s'improvise William Wallace à la tête de ses troupes.

J'ai également pu découvrir le "circle pit", ronde improvisée au milieu de la foule où les participants courent en rond sur un rythme endiablé. Plutôt impressionnant à voir du haut des balcons de l'Aéro !

Mais place au groupe que je suis vraiment venue voir, espérant un peu plus de musicalité après tant de boucan. Quatre scandinaves s'installent sur scène, leur belle de bois aux bras, et entament une introduction lancinante aux violoncelles et batterie. La présentation d'Apocalyptica donne le ton, montrant avant tout des musiciens amoureux de leurs instruments, prêts à en extraire tout le potentiel.

Qu'on mette de côté l'image d'un quatuor de musique de chambre, bien qu'on y reviendra plus tard. Apocalyptica est là pour jouer du métal, du vrai, et prouvera que leurs violoncelles n'introduisent aucun décalage dans le genre, bien au contraire. Leur dernier album, 7th Symphony, est mis à l'honneur en présentant des morceaux possédés, les instruments se transformant peu à peu en guitares électriques sous le rythme accéléré de la batterie.

"This is metal", nous prévient Eicca Toppinen, et le public n'en a aucun doute. Le chanteur de la tournée, Tipe Johnson, s'immisce de temps à autres sur le devant de la scène pour reprendre les morceaux vocaux de l'album ; les refrains de "The end of me" et "I'm not Jesus" sont scandés à travers la foule, nous prouvant que l'originalité des violoncelles peut se fondre à merveille dans n'importe quel morceau rock. La recette du dernier album est réussie, l'ajout d'une voix principale donnant une toute nouvelle dimension aux classiques du groupe.

Ces classiques que tout le monde attend, et qui font évidemment mouche : de "Master of Puppets" à "Seek and Destroy", les reprises de Metallica sont bien entendu celles qui sont le plus acclamées. Et que dire de "Nothing else Matters", inévitable, qui me fait même monter quelques larmes. Cet équilibre parfait dans l'unisson d'un ensemble de cordes dont les frictions font vibrer un public entier.

Je garde en dernière image du concert cette adaptation du si connu "Hall of the mountain king". De longs cheveux se mêlant aux cordes d'archet arrachées. Les sourires du public auront été la plus belle récompense du groupe, nous disent-ils dans leurs adieux. Assurément, le mien aura fait partie de ce "Merci" unanime.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Apocalyptica en concert à Download Festival
Dagoba en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
Dagoba en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019) - 2ème

En savoir plus :
Le site officiel de Apocalyptica
Le Myspace de Apocalyptica
Le Myspace de Dagoba

Crédits photos : Marion Agé (Toute la série sur Taste of Indie)


Léa S.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=