Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Quelques jours de répit
Amor Hakkar  (avril 2011) 

Réalisé par Amor Hakkar. France. Drame. Durée : 1h20. (Sortie le 27 avril 2011). Avec Marina Vlady, Amor Hakkar et Samir Guesmi.

Avec "Quelques jours de répit", Amor Hakkar s’est aventuré dans une voie difficile : celle d’un cinéma qui veut montrer sans démontrer, qui n’en dira jamais plus sur l’écran qu’en contient le résumé de son synopsis.

On est ici dans ce qu’on appelait jadis une "atmosphère", un air du temps. En pleine Franche-Comté, à Besançon, là où est né Victor Hugo, se joue un moultième épisode de la tragédie banale de la misère humaine, une pièce interprétée par des gens qui pourraient vivre en paix sans les "si" de l’injustice et de l’indifférence.

Entre Marina Vlady, vieille dame digne sur son vélomoteur, et Amor Hakkar, l’intellectuel homosexuel en rupture de l’Iran des mollahs et sans papiers, il pourrait simplement y avoir la douceur d’un regard et la grâce d’un frôlement d’épiderme. Mais les circonstances et les politiques du moment en ont décidé autrement.

Dans le peu qu’il dit, le film fait naître une vraie émotion. Repeindre une pièce ou fumer une cigarette, c’est gagner juste un peu de temps, un peu de ce répit qui n’évitera pas le tragique.

Au-delà de son scénario, parfaitement adapté pour le festival de Sundance, Amor Hakkar a eu l’extrême bonne idée de filmer Marina Vlady. Pour ceux qui ne le savent pas et ceux qui l’ont oublié, Marina Vlady est une actrice radieuse, solaire comme la Russe qu’elle n’a jamais cessé d’être. Elle a été l’anti BB, l’anti glamour, même si elle incarnait bien mieux les amoureuses que ses rivales sexys. La revoir dans un véritable rôle à sa mesure, avec le même visage qu’au temps de sa splendeur physique, rend heureux.

Regardez-là vivre le désarroi d’une femme que l’on prive de son dernier possible amour ! La formule n’est pas jolie, mais elle vaut le détour dans les quelques salles qui projetteront cette œuvre fragile.

En inscrivant ce film dans sa longue filmographie, celle qui fut l’altière Princesse de Clèves, travailla avec Godard, Welles, Ferrerin Scola, sans oublier Hossein et Cayatte, continue son combat humaniste.

Faisant fi des cinéastes majoritaires, qui aiment tant signer des pétitions pour des gens qu’ils ne filment que du bout de leur objectif, elle prouve une nouvelle fois avec "Quelques jours de répit" qu’elle n’abdiquera jamais. Toujours aux côtés des exclus. Toujours aux côtés des malheureux avec ou sans papiers.

Merci, Marina, d’être une femme aussi exceptionnelle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=