Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anna Calvi
Le Trianon  (Paris)  vendredi 22 avril 2011

Après des prestations remarquées à la Boule Noire en novembre puis au Nouveau Casino en février, et avant un passage à Rock en Seine fin août, la nouvelle coqueluche pop en provenance d'Albion revient à Paris défendre son orageux premier album au Trianon. Anna Calvi, puisque c'est d'elle dont il s'agit, s'impose chaque jour un peu plus comme le phénomène de ce début d'année 2011. Embarquée dans une tournée marathon qui la conduira jusqu'aux Etats-Unis en mai/juin, elle ne se ménage pas et séduit partout où elle passe. Confirmation attendue ce soir dans une des plus belles salles de la capitale.

C'est dans un silence religieux et les regards entièrement tournés vers elle que la plus italienne des chanteuses anglaises entame "Rider To The Sea". La telecaster gorgée de réverb résonne de toutes parts, les notes s'étirent, restent suspendues en l'air avant de se lancer dans une périlleuse cavalcade. La guitariste affiche une concentration extrême. La salle retient son souffle.

Le public est suspendu aux moindres faits et gestes de la chanteuse et marque un calme respectueux pendant les morceaux. Tenue stricte et sombre, regard noir de tueuse, lèvres rouges éclatantes, talons aiguilles vertigineux, cheveux tirés en chignon : Anna Calvi réconcilie le rock et la tauromachie.

Acclimatation du début de concert, attentes trop élevées ou arrangements un peu légers ? Quoi qu'il en soit, les titres suivants, bien que très beaux, ne s'avèrent pas complètement satisfaisants : sur "No More Words", malgré la contribution du batteur au chant, on ne retrouve pas le charme des vocalises à la fin du morceau, alors que "Blackout", si puissant sur disque, se révèle un tantinet décevant. Passées ces légères critiques, difficile de reprocher quoi que ce soit à la jeune anglaise tant la suite du concert s'avère musicalement irréprochable et chargée d'émotions.

"I'll Be Your Man", "First We Kiss", "Surrender" (la courte reprise d'Elvis) - toutes en délicatesse et sensualité mais traversées par des tempêtes soudaines - et plus encore l'immense "Suzanne & I" font vibrer intensément un public totalement acquis à la cause de la chanteuse. Laquelle reçoit, visiblement gênée, une standing ovation après "Desire". L'enthousiasme et l'attente énorme autour de sa tournée semblent être encore tout nouveau pour elle.

Sur scène, Anna Calvi se révèle extrêmement expressive, faisant corps avec son chant et sa guitare. Cette fille a du chien et fait preuve de caractère. Il est curieux de noter le contraste saisissant entre la maîtrise qu'elle dégage, le cran dont elle fait preuve durant ses morceaux et la douceur, la timidité de ses prises de parole et remerciements.

Autre moment fort du set, "Love Won't Be Leaving" voit la chanteuse, déconcentrée par un public bienveillant, se détendre un peu et rigoler avant d'entamer le morceau. Cris, solo ravageur, coups de médiator rageurs, chant à gorge déployée (l'anatomie buccale de Melle Calvi n'a plus de secret pour les spectateurs à la sortie de la salle) : frissons garantis et, contrairement à "Blackout" ou "Desire", la version live surpasse celle, déjà excellente, du disque.

C'est un finish haletant que nous réserve Anna Calvi à partir de ce "Love Won't Be Leaving" épique. En rappel, l'envoûtante "The Devil" permet d'admirer le jeu de guitare de l'anglaise, qui multiplie les bend et arpèges vallonnés inspirés de la harpe. Après un "Jezebel" incroyable de puissance, le groupe se retire en coulisses sous les applaudissements appuyés et sincères de la salle.

La chanteuse revient seule interpréter "Joan Of Arc" (reprise de Leonard Cohen) dans une version instrumentale magnifique, d'une grande tendresse et ponctuée de quelques "La la la" au chant. Le concert finit comme il a commencé, dans un silence de cathédrale emprunt d'un profond respect. Dix minutes d'applauses appuyées font espérer un retour de la lady sur scène, mais les roadies coupent court au suspense : c'était tout pour ce soir. Une heure seulement certes, mais d'une intensité telle qu'on ne peut faire la fine bouche.

Ceci dit, une orchestration un peu plus conséquente (ajout d'une basse, davantage de choeurs) aurait sans doute encore mieux retranscrit le souffle épique du disque et la puissance des morceaux. Seulement accompagnée d'un batteur et d'une multi-instrumentiste (percussions, harmonium, guitare, choeurs), la musique d'Anna Calvi a manqué de coffre à quelques moments. Du coup les chansons les plus évidentes du disque ne sont pas forcément les plus palpitantes du show : "Blackout" ou "Desire" par exemple laissent un peu sur notre faim.

D'une irréprochable élégance, totalement investie dans son art, on ne pourra toutefois pas reprocher à Anna Clavi de ne pas chanter avec ses tripes. Sa musique tout en contraste, à mi-chemin entre un rock incandescent et le chant lyrique, son jeu de guitare particulier et sa voix tonitruante font de son univers musical un havre de fraîcheur salutaire et captivant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Anna Calvi
Anna Calvi en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)
Anna Calvi en concert à Cité de la Musique (mardi 26 octobre 2010)
Anna Calvi en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Anna Calvi en concert au Festival International de Benicàssim #17 (jeudi 14 juillet 2011)
Anna Calvi en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Anna Calvi en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Anna Calvi en concert au Spendid (samedi 1er octobre 2011)
Anna Calvi en concert au Festival La Route du Rock #24 (vendredi 15 août 2014)
Anna Calvi en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - vendredi 31 octobre
Anna Calvi en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2015 - Jeudi

En savoir plus :
Le site officiel de Anna Calvi
Le Myspace de Anna Calvi
Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=