Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Juste entre nous
Rajko Grlic  (mai 2011) 

Réalisé par Rajko Grlic. ServieèCroatie-Slovénie. Comédie dramatique. Durée : 1h29. (Sortie le 11 mai 2011). Avec Miki Manojkovic, Bojan Navojec et Daria Lorenci.

À quelques jours du Festival de Cannes, si les films sont toujours aussi nombreux dans les starting blocks du mercredi, les bons ne sont pas beaucoup à s’élancer et l’on se contentera aujourd’hui d’évoquer "Juste entre nous".

L’oeuvre du réalisateur croate Rajko Grlic est en effet un travail fort estimable qui devrait plaire à ceux qui continuent de défendre les films de Pedro Almodovar et de Woody Allen.

Comme ses illustres devanciers, Grlic, malgré l’absence suspecte de voyelles à son nom, nourrit l’écran d’une fiction bavarde dans laquelle des personnages bien dessinés, bien campés par des acteurs talentueux et sympathiques, s’évertuent à faire fonctionner un scénario qu’on pourrait qualifier de "combinatoire". Pendant l’heure et demie où l’on va les fréquenter, les uns vont aller et venir, aimer ou ne plus aimer, avoir un cancer ou faire l’amour, se fâcher ou se réconcilier, pendant que les autres feront strictement le contraire.

En clair, Grlic nous balade dans Zagreb comme Almodovar dans Madrid ou Woody Allen dans New York, Barcelone, Londres ou Paris. On y rencontre d’ailleurs strictement les mêmes personnages de la haute moyenne bourgeoisie, composée d’hommes d’affaires fils d’artistes, ou d’artistes fils d’hommes d’affaire, de libraires, de pharmaciennes, d’adolescents difficiles adeptes de piercing ou de jeux électroniques.

On pourra selon les cas ajouter des galeristes et des publicitaires, des psychanalystes ou des universitaires renommés mais on sera toujours en territoire connu puisqu’ils circuleront tous dans les mêmes berlines allemandes et s’enfonceront dans les mêmes canapés en cuir pour tapoter sur des portables aux mêmes mille fonctions et boire le même nectar bordelais.

En flânant dans le Zagreb moderne, chic et branché de Rajko Grlic, on a sous les yeux un portrait pas méchamment complaisant et pas intentionnellement empathique de la classe dominante qu’on voit désormais dans presque tous les films de la planète.

Choral, de bonne humeur, emmené avec la belle nonchalance de Miki Manojlovic (attendant sans doute que Kusturica se souvienne de lui), "Juste entre nous" est le prototype réussi d’un cinéma qui se refuse à utiliser l’arme facile de la critique sociale quand il décrit les "profiteurs du système". Un cinéma qui sait avantageusement sérier les problèmes sociétaux : l’adultère, le démon de midi-minuit, les problèmes de cœur et d’existence seront l’apanage des classes supérieures ; la désespérance, l’aigreur raciste, la confrontation avec la mondialisation, celui des classes populaires.

Les critiques archaïques diront que ce cinéma néo-bourgeois cache le réel sous sa construction plaisante et alambiquée. Les autres, plus terre à terre, trouveront qu’il est le parfait reflet d’un certain public urbain, éduqué, avide de découvrir l’altérité surtout quand l’autre, qu’il habite Melbourne, Tel Aviv, Téhéran ou Séoul, partage son mode de vie.

Il faut le redire, au lieu d’attendre la énième variation d’Almovodar sur la post-Movida et les dernières paresseuses permutations amoureuses d’Allen Woody, il est préférable de voir "Juste entre nous".

Ce sera la même chose à cent pour cent mais avec l’avantage de l’exotisme serbo-croate.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=