Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Peter Hook and The Lights play Unknown Pleasures (A Joy Division Celebration)
L'Aéronef  (Lille)  jeudi 12 mai 2011

Hook, Hook, Hook... Voyons, voyons, cela me rappelle quelque chose... Ha oui, un film de Steven Spielberg des années nonantes sur Peter Pan ! Mais bon, ne frôlons pas l'anachronisme puisque Peter Hook, en tant que bassiste de Joy Division, et ce depuis les années septante, n'est pas un surnom à la con en hommage à tout cela.

D'ailleurs, l'imaginaire de Joy Division, groupe culte et donc incontournable qu'il me semble inutile de présenter ici, est bien plus sombre que celui d'un conte de fée, si ce n'est son parfait opposé. Rien que dans les faits : rappelons tout de même que son leader Ian Curtis, se donna la mort par pendaison. Il est crucial d'avoir assimilé cela pour comprendre le concept, que l'on peut ouvertement appelé escroquerie, du concert de ce soir. Car Peter Hook s'impose comme étant le capitaine crochet de l'héritage musical.

En effet, sur cette tournée Hook reprend dans l'ordre l'intégralité de Unknown Pleasures, meilleur disque de Joy Division et album essentiel de l'histoire de la musique rock. Fondamentalement, le principe n'est pas nouveau, on ne compte plus le nombre de groupes qui se reforment et tournent dans l'espoir d'un revival basé sur des "vieilleries" après un temps d'arrêt conséquent.

Pourtant, on ne va pas se mentir, cela excite, moi le premier. Je me souviens notamment avoir lutté avec acharnement pour obtenir un billet pour les Sex Pistols à Londres, à l'occasion des 30 ans de Nevermind The Bollocks. Et en général cela marche avec brio, car malgré l'aspect commercial de la démarche, les groupes en donnent à leurs publics qui, même si par définition acquis, finissent par être rassasiés sans subir le foutage de gueule au final tant redouté.

Ce ne fut pas le cas ce soir. Comme dit précédemment, Peter Hook était le bassiste de Joy Division puis celui de New Order (avec les deux autres membres du groupe) après la mort de Curtis. Et ce qui est important dans tout cela, c'est qu'il n'a jamais été chanteur, et cela s'est vérifié tout au long du concert.

Car soyons franc, paradoxalement, avec son charisme de carotte, Peter Hook beugle comme une patate et force énormément sur une voix qu'il n'a pas en essayant de singer celle de Ian Curtis, mais arrive à peine à chanter comme le bon vieux fan ivre mort que l'on entend toujours gueuler derrière son épaule, où que l'on soit dans une salle de concert. Le pire dans tout cela, c'est que Hook ne joue pas de basse... enfin, il se contente de jouer le premier riff, puis le bassiste du groupe prend la relève. Pire, Hook massacre littéralement l'intro de "She's Lost Control", en criant le riff à la bouche (PA PAPAPAPAPA PA PA PAPA,PA PAPAPAPAPAPA PA PA PO PO). On croit rêver...

Pourtant si l'on enlève Hook, le groupe est loin d'être mauvais, le problème est qu'il est bien trop carré. A quoi bon voir un groupe jouer à la note identique un disque qui n'est pas de lui ? Car ce qui aurait pu être intéressant, c'est de voir le groupe réinterpréter à sa sauce Unknown Pleasures. Car là, même les mauvaises notes que l'on peut trouver sur le disque sont rejouées, ce qui enlève directement toute âme, sincérité et donc émotion à tous ces morceaux pourtant si forts et possédés. "I've got the spirit, but lose the feeling".

Historiquement parlant, il aurait été aussi plus logique que Hook rejoue Closer (deuxième album de Joy Divison), et ainsi de pouvoir rendre justice à sa basse, qu'il a toujours jugé trop faible au mixage, et d'ainsi donner sa version des faits, un peu comme Paul McCartney avec sa relecture de l'album Let it be.

Au vu de l'hécatombe, Ian Curtis doit inlassablement se retourner dans sa tombe. Et il semble évident que Peter Hook souhaite avant tout rendre hommage à Yann Kurtis, son banquier méconnu, avec ce projet. Car en plus du concept et du concert, une autre circonstance consternante renforce cette impression. A ce propos, j'aimerais d'ailleurs donner la parole à Cédric Chort, photographe qui m'accompagné sur ce live :

Je tiens à m'excuser pour l'absence d'images illustrant ce compte-rendu. Les conditions imposées par le management du groupe aux photographes ce soir-là s'étant montrées inacceptables, j'ai refusé d'exécuter mon office. J'entends que l'on contractualise la relation unissant l'artiste aux différents reporters, et notamment photographes, qui viennent observer sa performance. Mais que l'on cherche à bafouer le code de la propriété intellectuelle, à s'arroger des droits d'usages supérieurs même à ceux du photographe, à escroquer une liberté radicale d'utiliser, à titre forcément gracieux, toutes les images captées durant une tournée, cela est tout simplement injuste. Quelque chose de l'exploitation du petit prolétariat photographique par le grand capital producteur de spectacles. J'ai refusé l'aliénation, tout simplement. Je m'en excuse encore une fois auprès des lecteurs privés de l'image.

La joie fut donc divisée ce soir, tout comme le public, certaines personnes ayant apprécié le concert de manière fataliste, sans se poser de vraie question quant à la qualité proposée, et étant venu avant tout par nostalgie. D'ailleurs, ceux-là en ont eu pour leur argent, car un documentaire (d'ailleurs inintéressant car étant seulement un vulgaire montage d'images de clip et d'interviews de Peter Hook des 80's) était diffusé avant le concert.

Faut-il alors en conclure que c'était mieux avant ? La question est posée, mais je n'y répondrai pas. Je dirai juste que je suis rentré chez moi en état d'ivresse à cause de plusieurs bonnes biéres ambrées (mon côté dark), pour essayer d'oublier ce qui est le pire concert que j'ai vu depuis bien longtemps. J'avoue d'ailleurs avoir écouté The Cure en rentrant chez moi, tout en hésitant à prendre mes places pour le futur passage de Ringo Starr en France. En tout cas c'est bien The Cure, et ça le sera toujours.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Peter Hook parmi une sélection de singles (août 2013)
Articles : Festival International de Benicàssim 2010 - Peter Hook amène Manchester à la plage
Peter Hook en concert au Festival International de Benicàssim #16 (vendredi 16 juillet 2010)
La chronique de l'album A new order rising de Washington
La chronique de l'album Live at Bestival 2012 de New Order
New Order en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (vendredi)
New Order en concert au Festival International de Benicàssim #18 (dimanche 15 juillet 2012)
New Order en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Vendredi
New Order en concert à Casino de Paris (mercredi 4 novembre 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Peter Hook
Le Myspace de Peter Hook


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=