Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le malentendu
Théâtre du Nord-Ouest  (Paris)  mai 2011

Tragédie de Albert Camus, mise en scène de Franck Delage, avec Anne Barthel, Gérard Cheylus, Emilie Duchênoy, Bertrand Monbaylet et Marie Véronique Raban.

Dans "Le malentendu", Albert Camus met en scène, sous forme de tragédie moderne, sa conception du monde et de la condition humaine, celle d'un homme essentiellement douloureux, souffrant, soumis au jeu social qui induit le malentendu, condamné à une solitude terrestre absolue et abandonné de Dieu.

Sur la déclinaison du canevas de la parabole du fils prodigue, et avec un renversement de la symbolique de l'eau, il agrège autour du thème central de l'incommunicabilité, les thématiques du besoin d’amour, de la révolte comme réponse à l’absurdité de la condition humaine face au rêve d’un bonheur par essence inaccessible, de la détresse existentielle et de la déréliction.

Dans une ville glauque et pluvieuse de Bohême, une modeste auberge est tenue par deux femmes, la mère et la fille, qui assassinent les rares voyageurs qui s'y arrêtent. Pas des meurtres compulsifs, sanguinaires ou cathartiques mais des meurtres prémédités pour une mort propre et douce, les hommes drogués sont jetés à la rivière, pour les dépouiller de leur argent et réaliser le rêve d'une "vie libre au soleil devant la mer".

Et un jour, se présente, sous couvert d’un voyageur ordinaire, le fils de retour d’une si longue absence que les femmes ne le reconnaissent pas, même si la mère pressent la singularité funeste qui émane de cet étranger. Et un nouveau drame risque de se perpétrer sous la lourde présence d'un serviteur muet à la présence pour le moins étrange.

Franck Delage signe une mise en scène au cordeau qui repose sur une vraie compréhension du texte, notamment quant à sa forme dramaturgique qualifiée de théâtre interne à double circulation, et l'interprétation sans faille d'une distribution émérite qui ne verse jamais dans le pathétisme illustratif ou l'intellectualisme distancié.

Anne Barthel et Marie Véronique Raban parviennent immédiatement, dès les premières répliques, à instaurer le climat d’enfermement délétère, essentiellement mental, qui règne dans le lieu, sorte de no man’s land qui fonctionne comme un huis clos entropique qui aspire le spectateur et le place sous une oppressante tension dramatique, et à incarner la dimension tragique du lien pathologique autour du rituel meurtrier qui s’est noué entre la fille, qui attend tout d’une vie future rêvée, et la mère, anéantie sous le poids de la vie vécue.

Marie Véronique Raban incarne avec beaucoup de véracité et de subtilité dans le jeu la mère devenue lasse, qui aspire à l'absence au monde, et qui révèle, sous l'apparente et pragmatique docilité de la complice une indifférence affective envers celle qui se croît sa compagne de vie.

Comédienne accomplie, Anne Barthel, dans le rôle de la fille écorchée vive, murée dans une douleur irraisonnée, sublime cette figure tragique par excellence, victime expiatoire consumée par sa révolte, pour laquelle il n'y aura pas de rédemption mais une chute encore plus dure, l'abandon ultime, celui de la mère.

Bertrand Monbaylet incarne parfaitement le malaise lié au remords et l’impossibilité dans lequel se trouve le fils, que son épouse (Emilie Duchênoy toutà fait juste) met vainement en garde contre la dissimulation, à dire clairement et simplement les choses.

Et Gérard Cheylus, crinière blanche et stature impassible, sert parfaitement l'ambiguïté du serviteur, spectateur indifférent, témoin muet ou factotum du destin, dont le rôle se dévoile avec les paroles conclusives qu'il prononce et qui résonnent comme la dalle fermant le caveau d'une pierre tombale.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=