Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eloge de la vulgarité
Claude Cabanès  (Editions du Rocher)  mai 2011

"Tout vice a sa vertu". Voilà commence l’Eloge de la vulgarité de Claude Cabanès. Et il n’a pas tort. Il en a vu des vices cramponnés aux gens dans sa longue carrière d’écrivain journalistico-phage. De chef de la rubrique culture de l’Humanité dimanche (vous savez, le truc en plus que personne ne lit dans les suppléments journaux du dimanche, mais que vous relisez avec attention quand il s’agit de déchirer la page pour allumer la cheminée...) à son premier roman, Le siècle dans la peau (rien à voir avec Jason Bourne), Claude Cabanès est passé par plusieurs direction, et il est maintenant multi-tâches (il écrit dans moults publications dont l’énumération peut être longue et fastidieuse, et surtout inutile pour la suite).

François Cérésa dirige cette nouvelle collection "Eloge de", avec ce pari ambitieux et alléchant : sous le voile de l’ironie, des auteurs viennent dénoncer un péché, l’enrober et lui trouver des qualités. En clair, si je vous dis : vulgarité, vous pensez forcément à une personne ou une situation que vous évoque ce mot. Le but de cette collection est de vous faire prendre conscience que la vulgarité peut aussi être pas mal parfois. Même si c’est pour lui taper dessus.

Et c’est à cette lourde tâche que s’est attaqué Claude Cabanès. La vulgarité. Et il commence direct en citant notre bon Sarko : "Descends si t’es un homme", à un type qui n’est jamais descendu. Parce que ce type en question avait usé de grossièreté assez désobligeante envers notre bon Président. Et bé oui, la vulgarité, c’est d’abord ça : les mots fleurant la gastro de rhinocéros. Mais c’est aussi tant de choses : ces images volées sur papier glacé, ces informations volontairement choquantes, des intimités exposées au plus grand nombre (mis à part que je m’en tape royalement, certains sont alléchés par ce type d’émissions). Et en lisant, en sachant que la vulgarité suinte par tous les empattements de la police du livre, on ne peut s’empêcher de s’y comparer : suis-je vulgaire ?

Mais l’auteur réussit avec finesse à nous plonger dans l’histoire, pour nous faire revivre le contexte de l’origine d’une quelconque vulgarité. Vu que d’après Robert, vulgaire est plutôt un synonyme de commun, et non de lady-gaga. C’est donc que la vulgarité a été "créée" par de vieux bourgeois, face aux nouveaux riches. Des gens du commun, dotés de pécules rutilants grâce à autre chose que leur naissance. Forcément, il fallait bien distinguer les vieilles rombières des jeunes arrivistes timides dans leur crinoline toute neuve. Voilà.

Et les siècles ont fait le reste. De la distinction commun/particule, nous en sommes arrivés aux défilés en robes faites de filets de poulet élevés aux hormones de sardine, ponctué de fuck et de majeurs levés bien haut… Damned ! Dans quel monde vivons-nous ?

Le texte en lui-même est un petit bijou de style, l’auteur arrive à y être ironique sans devenir agaçant, il cite des auteurs classiques sans nous prendre pour des incultes débiles, et sans nous snober. Cet homme est un dandy, class, agréable, souriant et calme. Il est le bon côté de la vulgarité, il est commun, on a envie de s’asseoir à ses côtés pour partager quelques minutes, loin des fautes de goûts et des noms d’oiseaux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Eloge du contraire" de François Bott
La chronique de "Eloge du mauvais goût" de Frédéric Roux
La chronique de "Eloge de la trahison" de Jacques Aboucaya
La chronique de "Eloge du dégoût" de Bernard Morlino
La chronique de "Eloge de l'arrogance" de Philippe Vilain
La chronique de "Eloge du non" de Jean-Claude Lamy


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=