Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La conquête
Xavier Durringer    (mai 2011) 

Réalisé par Xavier Durringer. France. Comédie dramatique. Durée : 1h45. (Sortie le 18 mai 2011). Avec Denis Podalydès, Florence Pernel, Samuel Labarthe, Bernard Le Coq, Hyppolite Girardot, Michèle Moretti, Dominique Besnehard et Saïda Jawad.

Film attendu au coin du bois de Boulogne, c’est-à-dire à Neuilly-sur-Seine, "La conquête" respecte scrupuleusement son cahier des charges : on y suit, au plus près, les longues dernières années pendant lesquelles Nicolas Sarkozy a réussi son pari chimérique, celui de devenir le sixième Président de la République française.

Plus qu’à un film, c’est à une vérification sur pièces que les spectateurs sont conviés.

D’abord, ils constateront que les acteurs ont réussi jusqu’au mimétisme à incarner les personnages politiques qu’ils sont censés jouer. Samuel Labarthe, à quelques grains de beauté près, est vraiment Villepin. Bernard Le Coq met les mains dans les poches d’un pantalon qui lui remonte pratiquement sous les épaules. Dominique Besnehard se venge de Ségolène Royal en endossant les habits de Pierre Charron et Hippolyte Girardot est plus glaçant que le vrai Claude Guéant.

Quant à Denis Podalydès, il réussit tellement à nous faire oublier qu’il s’est glissé dans la peau de Nicolas Sarkozy, qu’on croit par moments que c’est Nicolas Sarkozy lui-même qui se joue de nous en s’auto-interprétant.

Ensuite, tout paraît plausible jusqu’à la reconstitution parfaite.

Dans leur Q.G. de campagne, les "Sarkoboys" (+ Rachida) sont conformes aux photos qu’on en garde. Toutes les répliques qui sortent des bouches célèbres ont bien été prononcées et nous reviennent en mémoire.

On a l’impression bizarre d’être devant un cabinet de mannequins de cire animés, de voir se mouvoir des images d’Épinal. Tout semble si vrai, si dépourvu du faux cinématographique, qu’on se demande si on est au cinéma ou si on se cache dans la pénombre de nos toilettes pour tourner les pages d’une collection de numéros de Paris Match des années 2004 à 2007 dont il ne resterait que celles consacrées à Nicolas et Cécilia.

Jamais on ne peut faire le parallèle avec des tentatives prétendument voisines, comme "The Queen" de Stephen Frears ou "W" d’Oliver Stone, voire même "Le Caïman" de Nanni Moretti, puisque Xavier Durringer et son scénariste Patrick Rotman n’ont visiblement aucun point de vue, ni critique ni apologétique, sur Sarkozy. Désolé pour la méditation sur le pouvoir et sa prise, il faudra revoir le film sur Louis XIV de Roberto Rossellini.

Frears avait un point de vue sarcastique sur Tony Blair, Stone un avis assassin sur George Bush et Nanni Morettti ferraillait avec Berlusconi. Durringer, homme de théâtre et parfois cinéaste, se contente de diriger un acteur exceptionnel récitant des répliques "cultes", tellement connues et commentées qu’elles n’appellent plus ni adhésion ni contestation.

Au passage, il en a oublié une leçon de base quand on n’est pas Sacha Guitry et que l’on veut filmer des monstres sacrés politiques ou historiques : ne jamais leur mettre en bouche les mots qu’ils ont prononcé réellement parce qu’ils sonnent alors curieusement toujours faux, car les phrases historiques ne font jamais, au grand jamais, des répliques cinématographiques plausibles, a fortiori des mots d’auteur qui font mouche.

Dans ce faux "biopic", c’est là le hic majeur : des dialogues qui clochent parce qu’ils ne sont pas des dialogues, mais des propos vrais rapportés off par des journalistes et compilés par le très minutieux Rotman.

De plus, le film se tire une balle dans le pied en s’arrêtant sur la "case Clearstream" puisqu’il résume une affaire complexe en quelques scènes schématiques et que, soudain, il fait de Villepin un méchant d’opérette au risque d’avouer qu’au fond il faut le lire comme une œuvre pro-petit Nicolas.

Il y a fort à parier qu’une fois l’effet de curiosité assouvi, cet objet cinématographique bancal vieillisse très vite et n’aboutisse qu’au navrant constat habituel : l’impossibilité du cinéma français à traiter du politique et de la politique.

En tout cas, répétons-le, "La conquête" est un film périssable dont la date de péremption ne dépassera pas l’arrivée de l’été ou le dénouement des mésaventures de Monsieur Strauss-Kahn. D’ailleurs, si on craint qu’on nous serve l’année prochaine "Sofitel est pris qui croyait prendre", avec André Dussollier en DSK, il faut peut-être prier pour que les spectateurs boudent les aventures mirobolantes de Podalydès au pays des Sarkozy...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=