Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Orgueil, poursuite et décapitation
Théâtre du Rond Point  (Paris)  juin 2011

Comédie de Marion Aubert, mise en scène de Marion Guerrero, avec Marion Aubert, Thomas Blanchard, Elizabeth Mazev, Adama Diop, Capucine Ducastelle, Olivier Martin-Salvan, Sabine Moindrot et Dominique Parent.

Il y a eu les Bidochon, les Beaufs, les Deschiens, les Bidochon, les Cadouin, voici les Chonchons sétois de Marion Aubert, comédienne-auteure et membre du comité de lecture du Théâtre du Rond-Point, qui sévit depuis sa sortie, en 1997, du Conservatoire National de Région de Montpellier, principalement au sein de la Compagnie tire pas la langue qu'elle a fondée avec deux de ses homologues, la comédienne Capucine Ducastelle et une deuxième Marion, Marion Guerrero, préposée à la mise en scène.

Et les Chonchons, terminologie empruntée au "Livre des êtres imaginaires" de José Luis Borges et petit nom des cobayes et hamsters, sont les anti-héros de "Orgueil, poursuite et décapitation", pièces en tableaux qui applique, certes à sa manière, les axiomes dramaturgiques classiques qu'elle énonce au demeurant dans sa partition : "des portes qui claquent, des assiettes qui volent, c'est un bon début" et "de l’amour et de l’action, voilà les ingrédients d’une bonne pièce de théâtre".

Les Chonchons, humains dépourvus de libre arbitre, affranchis de leurs inhibitions et ignorants des bonnes manières, laissent libre cours à leurs pulsions dévastatrices et vivent un psychodrame permanent.

Ils constituent le matériel de laboratoire et le véhicule par lequel Marion Aubert revisite, entre autres, les thématiques récurrentes du théâtre contemporain que sont les relations de pouvoir, principalement entre hommes et femmes et les pathologies familiales. Sur ce point, cette comédie hystérique et familiale, ainsi que la qualifie son auteure, n'est pas sans évoquer la tragi-comédie burlesque écrite et mise en scène par l'argentin Claudio Tolcachir, "Le cas de la famille Coleman", présentée d'ailleurs en début de saison sur cette même scène du Théâtre du Rond-Point.

Marion Aubert y caricature violemment ces victimes-bourreaux du quotidien en personnages monstrueux qui se vautrent dans le non politiquement correct avec force injures et obscénités. Bien sûr, c'est du théâtre et toute ressemblance avec des personnes réelles ne serait que pure coïncidence. Et elle y instille égale une mise en abyme en interprétant elle-même son (propre ?) rôle, le personnage de l'auteur qu'elle y a inséré, un auteur aux prises parfois avec ses personnages.

Cela commence très fort et le fond du propos est donc vite atteint et même si la mise en scène histrionnante de Marion Guerrero joue sur le vif enchaînement des différents tableaux pour limiter la retombée du soufflé.

Ce dernier, qui est monté très haut dans les premières minutes, avec le monologue profératoire de l'excellente Elisabeth Mazev dans le rôle de la belle-mère ignoble, connaît toutefois, sur la durée qui dépasse 1h30, un certain essoufflement malgré l'énergie pseudo-cathartique sans faille d'une brochette de comédiens au taquet aux compositions mémorables (Thomas Blanchard, Adama Diop, Capucine Ducastelle, Olivier Martin-Salvan, Sabine Moindrot et Dominique Parent) qui voltigent sur scène dans l'incessant ballet de panneaux double-face manipulés à vue du décor mobile à l'esthétique des seventies cheap conçu par Nicolas Hénault.

Une chose est certaine : le rire est défoulatoire et il ne peut y avoir de demi mesure. On déteste ou on adore.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=