Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce O'Death
Outside  (City Slang)  juin 2011

Je déteste la country. Je déteste la country parce que la forme m'emmerde. Je déteste la country parce que son public est constitué de gros fermiers armés détestant tout ce qui n'est pas blanc, masculin et hétérosexuel. Je déteste la country parce que je déteste la campagne. Je déteste l'idée même de la country. Mais j'aime O'Death qui, jusqu'à récemment, faisait ce que l'on pourrait désigner sous le terme de "country punk" (terme qui a autant de sens pour moi que peut l'avoir "ufzhewxaoruh" pour n'importe qui).

Il y a deux ans, j'ai assisté à un de leurs concerts et je me souviens que tous les membres du groupe criaient très fort (même parfois en dehors des micros), jouaient très vite et que le batteur maltraitait ses toms avec des chaines. Ce fut, somme toute, un très bon concert (j'ai même acheté un t-shirt, c'est dire). Malgré tout peu diversifié, se concentrant uniquement sur les titres les plus rapides et sauvages des deux albums. Bien qu'O'Death fasse de manière générale penser à une bande de tarés de péquenauds venant de faire un raid sur une armoire à pharmacie de la Wehrmacht, certains titres laissaient entrevoir un aspect plus calme et en même temps plus troublé, comme si des formes mi-humaines mi-animales hurlaient à la mort en silence du fond des bois. Comme si les arbres les plus tordus s'arrachaient à la terre et se mettaient lentement en marche pour partir à la recherche du sens de leur existence. Cette alternance entre violence et introspection était ce qui faisait la force des deux premiers albums du groupe.

Là où l'on pouvait logiquement se demander si, à force de la répéter, la formule ne finirait pas par lasser, le groupe propose une alternative radicalement différente. Et abandonne complètement les chansons où chacun hurle à s'en péter les côtes pour se concentrer sur l'écriture. Sans aller jusqu'à dire que les précédentes réalisations étaient de mauvaise qualité, O'Death avait tendance à privilégier l'attaque frontale sans concession et un aspect légèrement systématique semblait pointer.

De ce fait, Outside prend le parti de recentrer le propos sur les compositions, de développer les idées mélodiques plutôt que de les noyer dans le bruit et la fureur. Les tempos sont donc plus lents, invitent presque à l'introspection (ou à une certaine idée de ce que peut être l'introspection). O'Death sonne ici comme une bande de marins sans bateau, se trainant dans la poussière brulante, hallucinant sous le soleil. On pourra m'objecter que la comparaison avec une bande de bagnards évadés est plus parlante mais je laisse ce genre de trucs à Moby (les mecs d'O'death ayant tous de bonne tête de carnivores ne semblant pas croire à la méditation transcendantale comme moyen de résoudre le problème de la violence scolaire). L'album permet en fait des tonnes de projections diverses.

Comme Raymond Roussel avait écrit Impressions d'Afrique sans jamais avoir foutu les pieds en dehors de Paris, O'Death est un groupe de New-York et ne sait, par conséquent, pas grand chose de la vie dans les champs ou à proximité du désert (ou du moins, n'en a pas l'expérience). Ce qui compte, c'est l'idée de ce mode de vie et les images qui en naissent.

Ainsi, comme un long sillon dans la poussière, les chansons se succèdent presque par accident entre instants tourmentés presque lyriques ("Alamar", "Black Dress") et accalmies ("Ourselves", "Look At The Sun"). Comme si des vautours luttaient à distance avec de grands aigles majestueux (ayant peur des oiseaux, je déteste écrire des choses pareilles mais c'est vraiment ce qui me vient à l'esprit). Et tout cela est très cohérent. Au moins autant que les pizzas que composait Michaelangelo dans les Tortues Ninjas (dont le créateur devait être un sociopathe notoire) : en partant du principe que la pizza est une base solide, que le poivron est un aliment de qualité et qu'il en va de même pour le beurre de cacahuète, mélanger les trois afin d'obtenir l'aliment parfait devient la chose la plus logique du monde.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Head Home de O'death
O'Death en concert à La Flèche d'Or (6 juillet 2007)
O'Death en concert au Festival GéNéRiQ 2009
L'interview de O'Death (6 juillet 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de O'Death
Le Myspace de O'Death


Bealdo         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=