Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une séparation
Asghar Farhadi     (juin 2011) 

Réalisé par Asghar Farhadi. Iran. Drame. Durée : 2h03. (Sortie le 8 juin 2011). Avec Leila Hatami, Peyman Moadi, Shahab Hosseini, Sareh Bayat et Sarin Farhadi.

Depuis deux ou trois décennies, certains pays ont compris qu’à l’instar des compétitions sportives, les festivals de cinéma constituaient une chambre d’écho formidable pour se faire connaître, vaincre leur isolement international, imposer d’eux une image positive grâce à des films à la fois de haute tenue artistique et apparemment critiques de sociétés pourtant écrites comme hermétiques à toute critique.

Des pays bien différents par leur nature politique, mais se ressentant pareillement comme mal aimés ou incompris par la communauté internationale, comme Israël, les Chine, ou l’Iran, se sont ainsi souvent retrouvés dans les Palmarès des grandes compétitions cinématographiques et ont été complimentés pour leur capacité à produire un cinéma audacieux dans sa forme et courageux dans les sujets de société traités.

Évidemment, une fois les récompenses glanées et la bonne publicité obtenue ainsi par les "vilains petits canards" de la société internationale, les films rentraient dans leurs boîtes et connaissaient souvent dans leur patrie d’origine des diffusions discrètes ou aléatoires, leur facture peu classique ayant l’avantage de dérouter le grand public et donc de réduire à néant, hors la petite communauté des cinéphiles, l’impact supposé de leurs "messages".

Si l’on prend le cas de la cinématographie iranienne, on a pu ainsi longtemps prendre pour argent comptant les épreuves formelles constituées par les films d’Abbas Kiarostami et des cinéastes de sa mouvance. Sans s’avancer, on pourrait dire que ces films faisaient plus sens pour le critique des Inrockuptibles ou du Monde, amateur d’épure mininaliste, que pour le commerçant bazari de Téhéran acquis à la narration téléfilmesque.

Mais, finalement, l’histoire rattrape le cinéma comme le reste. Prise dans ses contradictions actuelles, la société iranienne ne paraît désormais plus contrôlée son "image cinématographique" officielle ou pas d’ailleurs. Ouf ! Le temps des bons films est arrivé, comme on le disait au début de l’année à propos de "The Hunter", film tourné à l’arrache par Rafi Pitts.

Avec "Une séparation", un palier supplémentaire a été franchi puisque le film de a tout du grand film, c’est-à-dire qu’il pourra être vu et aimé à la fois par l’Iranien de base et le critique blasé de Télérama.

En phase complète avec la société iranienne, dont il respecte scrupuleusement les us et les codes du moment (les femmes, mêmes celles que l’on sait du côté de la "modernité occidentale", portent un voile dans leur intérieur bourgeois), "Une séparation" est, pour jargonner, un film langien aux accents renoiriens.

Cette histoire, âpre et tout le temps en fusion, met en effet en place des éléments terriblement signifiants qui vont aboutir à décliner la question de la Vérité. Comme chez Fritz Lang, on commence par se demander "Où est la vérité ?" et l’on finit, comme les personnages, à s’épuiser dans cette recherche, pour se résigner à accepter de se poser l’ultime question, la seule vraiment raisonnable : "Au fond, y a-t-il une vérité ?"

Au départ, tout paraît pourtant simple et inscrit dans notre code culturel génétique : il y a la modernité face à la tradition, la raison face à la religion.

Et puis, les choses se compliquent. Les modernes sont l’équivalent de nos bobos, c’est-à-dire qu’ils appartiennent à la bourgeoisie intellectuelle moderne, celle qui accepte par commodité ou intérêt l’ordre dominant, libéral ici, islamique là-bas. Alors qu’ils devraient en être les critiques, ils s’en servent, ils s’y meuvent mieux que ceux qui s’en revendiquent.

L’Iranien moderne, occidentalisé, utilise donc une mère douloureuse islamisée pour s’occuper de son père en plein Alzheimer. S’en suivra un drame implacable, une passe d’armes judiciaires, une recherche des effets et des causes qui laissera pantois l’amateur de suspense comme le chercheur d’invraisemblable vérité.

Et, en bon émule de Renoir, Asghar Farhadi sait que "chacun a ses raisons” et il ne juge pas. L’islamiste vocifère peut-être sa foi, mais c’est une victime sociale et un mari aimé et aimant à sa façon.

L’intellectuel va aller trop loin, pousser inutilement son avantage final, mais c’est un homme pris entre son couple qui s’effondre et son père qui s’écroule. Dans "Une séparation", si la parole est poussée jusqu’à son paroxysme, il n’est pas question pour les acteurs de surjouer ni pour la caméra de les surprendre en train de jouer. Les acteurs, et surtout les deux actrices aux personnages antithétiques, jouent tout simplement justes.

Film d’une grande fluidité, "Une séparation" parlera cinématographiquement à tous ses spectateurs. S’il mérite amplement son Ours d’Or à Berlin, c’est qu’à l’inverse de bien d’autres films il n’était pas formaté pour attraper des jurys occidentaux.

"Une séparation" n’est pas un film de propagande pour l’Iran mais un film iranien propageant du cinéma. En cela, c’est mieux qu’un chef-d’oeuvre : c’est un film qu’on n’oublie pas.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=