Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une séparation
Asghar Farhadi     (juin 2011) 

Réalisé par Asghar Farhadi. Iran. Drame. Durée : 2h03. (Sortie le 8 juin 2011). Avec Leila Hatami, Peyman Moadi, Shahab Hosseini, Sareh Bayat et Sarin Farhadi.

Depuis deux ou trois décennies, certains pays ont compris qu’à l’instar des compétitions sportives, les festivals de cinéma constituaient une chambre d’écho formidable pour se faire connaître, vaincre leur isolement international, imposer d’eux une image positive grâce à des films à la fois de haute tenue artistique et apparemment critiques de sociétés pourtant écrites comme hermétiques à toute critique.

Des pays bien différents par leur nature politique, mais se ressentant pareillement comme mal aimés ou incompris par la communauté internationale, comme Israël, les Chine, ou l’Iran, se sont ainsi souvent retrouvés dans les Palmarès des grandes compétitions cinématographiques et ont été complimentés pour leur capacité à produire un cinéma audacieux dans sa forme et courageux dans les sujets de société traités.

Évidemment, une fois les récompenses glanées et la bonne publicité obtenue ainsi par les "vilains petits canards" de la société internationale, les films rentraient dans leurs boîtes et connaissaient souvent dans leur patrie d’origine des diffusions discrètes ou aléatoires, leur facture peu classique ayant l’avantage de dérouter le grand public et donc de réduire à néant, hors la petite communauté des cinéphiles, l’impact supposé de leurs "messages".

Si l’on prend le cas de la cinématographie iranienne, on a pu ainsi longtemps prendre pour argent comptant les épreuves formelles constituées par les films d’Abbas Kiarostami et des cinéastes de sa mouvance. Sans s’avancer, on pourrait dire que ces films faisaient plus sens pour le critique des Inrockuptibles ou du Monde, amateur d’épure mininaliste, que pour le commerçant bazari de Téhéran acquis à la narration téléfilmesque.

Mais, finalement, l’histoire rattrape le cinéma comme le reste. Prise dans ses contradictions actuelles, la société iranienne ne paraît désormais plus contrôlée son "image cinématographique" officielle ou pas d’ailleurs. Ouf ! Le temps des bons films est arrivé, comme on le disait au début de l’année à propos de "The Hunter", film tourné à l’arrache par Rafi Pitts.

Avec "Une séparation", un palier supplémentaire a été franchi puisque le film de a tout du grand film, c’est-à-dire qu’il pourra être vu et aimé à la fois par l’Iranien de base et le critique blasé de Télérama.

En phase complète avec la société iranienne, dont il respecte scrupuleusement les us et les codes du moment (les femmes, mêmes celles que l’on sait du côté de la "modernité occidentale", portent un voile dans leur intérieur bourgeois), "Une séparation" est, pour jargonner, un film langien aux accents renoiriens.

Cette histoire, âpre et tout le temps en fusion, met en effet en place des éléments terriblement signifiants qui vont aboutir à décliner la question de la Vérité. Comme chez Fritz Lang, on commence par se demander "Où est la vérité ?" et l’on finit, comme les personnages, à s’épuiser dans cette recherche, pour se résigner à accepter de se poser l’ultime question, la seule vraiment raisonnable : "Au fond, y a-t-il une vérité ?"

Au départ, tout paraît pourtant simple et inscrit dans notre code culturel génétique : il y a la modernité face à la tradition, la raison face à la religion.

Et puis, les choses se compliquent. Les modernes sont l’équivalent de nos bobos, c’est-à-dire qu’ils appartiennent à la bourgeoisie intellectuelle moderne, celle qui accepte par commodité ou intérêt l’ordre dominant, libéral ici, islamique là-bas. Alors qu’ils devraient en être les critiques, ils s’en servent, ils s’y meuvent mieux que ceux qui s’en revendiquent.

L’Iranien moderne, occidentalisé, utilise donc une mère douloureuse islamisée pour s’occuper de son père en plein Alzheimer. S’en suivra un drame implacable, une passe d’armes judiciaires, une recherche des effets et des causes qui laissera pantois l’amateur de suspense comme le chercheur d’invraisemblable vérité.

Et, en bon émule de Renoir, Asghar Farhadi sait que "chacun a ses raisons” et il ne juge pas. L’islamiste vocifère peut-être sa foi, mais c’est une victime sociale et un mari aimé et aimant à sa façon.

L’intellectuel va aller trop loin, pousser inutilement son avantage final, mais c’est un homme pris entre son couple qui s’effondre et son père qui s’écroule. Dans "Une séparation", si la parole est poussée jusqu’à son paroxysme, il n’est pas question pour les acteurs de surjouer ni pour la caméra de les surprendre en train de jouer. Les acteurs, et surtout les deux actrices aux personnages antithétiques, jouent tout simplement justes.

Film d’une grande fluidité, "Une séparation" parlera cinématographiquement à tous ses spectateurs. S’il mérite amplement son Ours d’Or à Berlin, c’est qu’à l’inverse de bien d’autres films il n’était pas formaté pour attraper des jurys occidentaux.

"Une séparation" n’est pas un film de propagande pour l’Iran mais un film iranien propageant du cinéma. En cela, c’est mieux qu’un chef-d’oeuvre : c’est un film qu’on n’oublie pas.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=