Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mathieu Boogaerts
Salle Desbonnet  (Templemars)  samedi 18 juin 2011

Le minimalisme est la spécialité reconnue de Mathieu Boogaerts − concept qu’il use avec talent et sobriété. Simplement accompagné d’une basse, le chanteur français a présenté un vaste répertoire de ses derniers albums, dans une salle des fêtes à Templemars (autant dire : au bout du monde).

L’après-midi, il avait joué pour des enfants (démarche artistique réjouissante, et assurément politique).

Cette annonce, faite au milieu du concert, m’a fait reconnaître le caractère enfantin de ces chansons légères, ludiques, où le jeu des sonorités sur les mots prend une large importance. La part d’humour complétait parfaitement ce minimalisme, comme un mouvement nécessaire pour faire exister celui-ci.

Certains refrains nous ont obsédés à la sortie de la salle : il était difficile de ne pas se les passer en boucle, mentalement : "Dominique, tu sais la vie ici sans toi, c’est plus vraiment comique / La musique, elle tourne plus vraiment pareil, tout sonne un peu tragique / T’as du talent Dom". Triste comme du Mano Solo, sauf que la tristesse chez Boogaerts ne dure pas.

Sa désinvolture donne de la souplesse à des chansons pourtant très semblables (même rythmique, mêmes structures, même cadence). Il sait rire de lui-même, et partager ce rire avec le public. Il montre aussi ses limites, les acceptant très bien, ce qui ne l’empêche pas de jouer le plus librement possible (funk, reggae, afro-beat).

Mais quel que soit le style de musique, celle-ci reste unique. On peut dire que Boogaerts a inventé un genre musical, qu’il s’y est attaché depuis presque vingt ans, et que ce style est resté inimitable.Et il faut un véritable talent pour faire des chansons avec trois fois rien, quelques accords, des sonorités, de grandes intentions.

Après tout, seul avec sa guitare, il pourrait encore très bien s’en sortir, parce qu’il se présente toujours au public tel qu’il est : entier, généreux, sans complaisance. En écrivant ces lignes, un autre nom me vient à l’esprit, un autre chanteur minimaliste méconnu, pourtant considérablement important pour les passionnés de la langue française : Jean Bart (non, non, pas Dominique A, j’ai bien dit Jean Bart). Connaissez-vous Jean Bart ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Michel de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album I Love You de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album Mercredi ! A La Java ! de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album eponyme de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album Promeneur de Mathieu Boogaerts
Mathieu Boogaerts en concert à la Salle Jacques Brel (18 octobre 2003)
Mathieu Boogaerts en concert au Trianon (1er décembre 2003)
Mathieu Boogaerts en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - dimanche
Mathieu Boogaerts en concert à la Maison Folie Beaulieu (mercredi 31 octobre 2012)
Mathieu Boogaerts en concert au Grand Mix (mardi 14 mars 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Mathieu Boogaerts
Le Myspace de Mathieu Boogaerts

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=