Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Blue Valentine
Derek Cianfrance  juin 2011

Réalisé par Derek Cianfrance. Etats Unis. Comédie dramatique. Durée : 1h54 (Sortie le 15 juin 2011). Avec Ryan Gosling, Michelle Williams, Faith Wiadyka, John Doman, Mike Vogel, Marshall Johnson et Jean Jones.

Il ne faudra pas beaucoup de plans au spectateur pour retrouver - ou découvrir - dans "Blue Valentine" ce qui fait le charme de tant de films indépendants américains qui s’attachent depuis les années 1970 à raconter le quotidien de jeunes gens plutôt provinciaux, plutôt d’extraction modeste.

Tranches de vie prétextes à montrer l’Amérique des anonymes et des anodins, ces films ont souvent permis de révéler de jeunes acteurs prometteurs.

Si on n’a pas vu Michelle Williams dans les films de Kelly Reichardt, comme "Wendy et Lucy" ou "La Dernière Piste", si on ignore que depuis "Half Nelson" Ryan Gosling est un acteur subtil capable de jouer tour à tour les losers ou les wonder boys, "Blue Valentine" sera déjà un révélateur de deux talents hors norme. Elle, digne descendante de Barbara Loden et de Gena Rowlands, lui, dans la lignée des acteurs incontournables pendant plusieurs décennies.

Il faut dire que le scénario astucieux de Derek Cianfrance est un véhicule parfait pour des acteurs qui ne mégotent pas et se jettent à fond dans la mêlée du pathos et du grand écart.

En effet, on suit, dans un récit composé de fragments aléatoires, à la fois la rencontre de deux jeunes gens, pas forcément vernis par la vie, mais que leur rencontre paraît mettre enfin sur les bons rails d’un bonheur tranquille à l’américaine, et les derniers moments de leur vie commune, quelques années terribles plus tard.

Michelle Williams s’est rapprochée des personnages de Gena Rowlands dans les films de Cassavetes, Ryan Gosling a sombré, corps et bien, dans le rien alcoolisé. Le petit déménageur fragile, qui semblait avoir en lui ce supplément d’humour et de poésie que rien ne peut altérer, n’est plus qu’un amas de muscles, un macho tatoué.

Que s’est-il passé ? Qui a eu raison de l’autre ? Comment un couple aimant peut-il se perdre en s’aimant toujours mais si mal qu’il vaut mieux feindre qu’on se déteste ?

Derek Cianfrance parvient par petites touches à installer un climat qui finit par prendre à la gorge quand la petite fille crie son désespoir en voyant ses parents la priver de son enfance.

On n’est pas ici dans un récit où règne le psychologisme, mais dans un cinéma nourri par des petits faits, du pas grand-chose dont l’accumulation détermine le sens de l’histoire.

Cianfrance évite le grandiloquent comme le convenu et l’on appréciera à sa grande valeur toute la partie qui se déroule dans le motel de la dernière chance pour ce couple proche de la rupture.

Encore une fois, il faut aussi saluer la performance des deux protagonistes à qui l’on demande quelque chose de difficile : jouer le même personnage à cinq ou six ans de distance, c’est-à-dire de rendre perceptible dans leur jeu ce qui s’est fêlé en eux sans tomber dans le schématisme et la caricature.

"Blue Valentine" est bien une perle moderne qui s’inscrit dans la tradition du film indépendant américain réussi : on y croise des acteurs pas encore usés par les trucs post actor’s studio au service d’un réalisateur tout à son film et pas simplement en train de montrer ses grandes qualités de réalisateur afin d’être tôt ou tard récupéré par le cinéma dominant...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=