Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Gai Tapant
Voto et Goa  (Epicentre Films )  juin 2011

Réalisé par Voto et Goa. France. Documentaire. (Sortie le 28 juin2011).

Aujourd’hui, quand on pense aux homosexuels et aux combats qu’ils mènent en priorité, on évoque tout de suite la possibilité pour les couples de même sexe se marier ou de s’unir selon les mêmes modalités que les couples hétérosexuels. Puis, vient la question de l’homoparentalité.

On est donc bien loin du "Gai Tapant" et de son héros, Jean Le Bitoux, qui a été de tous les combats depuis 1968.

À l’époque, l’homosexualité était encore une "déviance" et un délit. C’est donc à travers le personnage lumineux qu’était Jean Le Bitoux, fondateur du Gai Pied en 1978, que Voto et Goa traversent les quarante années qui vont faire d’une minorité discriminée une communauté qui cherche à compter et le montre symboliquement tous les ans lors de la "Gay Pride".

Âgé de 20 ans en mai 1968, Jean Le Bitoux sort d’une enfance renfermée, solitaire, portant en lui sa différence sans pouvoir encore la vivre. Influencé par les situationnistes, il comprend très vite que la situation politique est propice à faire du "problème" homosexuel une cause. En 1971, il participe activement à la formation du FHAR, Front homosexuel d’Action Révolutionnaire : ce n’est que par un changement de société, une participation aux utopies nées en 1968, que les homosexuels vont cesser d’être réprimés et vont pouvoir s’exprimer et exprimer leurs revendications.

Cela aboutira à l’aventure du "Gai Pied", premier hebdomadaire au monde consacré à la cause homosexuelle, journal d’une grande qualité dans lequel Jean Le Bitoux pouvait interviewer Jean-Paul Sartre ou obtenir des contributions de Michel Foucault

On pourra regretter que le "Gai Tapant" dure moins d’une heure, car il va forcément très vite pour rallier l’époque actuelle à travers les grandes étapes d’un mouvement qui aura connu de belles pages avant que l’apparition du sida le frappe cruellement dans ses chairs. Mais le propos est avant tout de montrer l’apport à la cause homosexuelle d’un homme, d’un véritable intellectuel doublé d’un habile stratège.

Jean Le Bitoux, disparu en 2010, après vingt six ans à lutter contre la maladie, est une figure qui méritait bien qu’on commence à lui rendre sa juste place dans les luttes des homosexuels, sans néanmoins le limiter à cela, car en voyant le "Gai Tapant" on découvrira un humaniste et une conscience. Il aura ainsi contribué à faire reconnaître l’existence d’une déportation homosexuelle dans les camps nazis.

En visionnant ce "Gai Tapant", on fera donc face à un beau portrait, touchant, informé, clair dans ce qu’il énonce et ce qu’il résume. Sans doute, on aurait aimé que la parole soit plus largement accordée à Jean Le Bitoux. On sait qu’il a laissé plusieurs ouvrages sur ses combats et ses réflexions et on aurait souhaité en avoir un écho dans le film de Voto et Goa. Peut-être faut-il considérer le "Gai Tapant" comme une première étape pour la connaissance d’un personnage qui est bien mieux qu’un "Harvey Milk à la française" puisqu’il est plus qu’un activiste communautaire.

La brèche ouverte par le "Gai Tapant" permettra à d’autres de s’intéresser à cette belle figure. Pas question de parler de "réhabiliter" Jean Le Bitoux, simplement de le mieux connaître car son esprit généreux, son sens des combats et des objectifs à atteindre sont à cent lieux de la tentation de certains de faire de la cause homosexuelle un simple groupe de pression défendant les intérêts immédiats de cette communauté.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=