Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Gai Tapant
Voto et Goa  (Epicentre Films )  juin 2011

Réalisé par Voto et Goa. France. Documentaire. (Sortie le 28 juin2011).

Aujourd’hui, quand on pense aux homosexuels et aux combats qu’ils mènent en priorité, on évoque tout de suite la possibilité pour les couples de même sexe se marier ou de s’unir selon les mêmes modalités que les couples hétérosexuels. Puis, vient la question de l’homoparentalité.

On est donc bien loin du "Gai Tapant" et de son héros, Jean Le Bitoux, qui a été de tous les combats depuis 1968.

À l’époque, l’homosexualité était encore une "déviance" et un délit. C’est donc à travers le personnage lumineux qu’était Jean Le Bitoux, fondateur du Gai Pied en 1978, que Voto et Goa traversent les quarante années qui vont faire d’une minorité discriminée une communauté qui cherche à compter et le montre symboliquement tous les ans lors de la "Gay Pride".

Âgé de 20 ans en mai 1968, Jean Le Bitoux sort d’une enfance renfermée, solitaire, portant en lui sa différence sans pouvoir encore la vivre. Influencé par les situationnistes, il comprend très vite que la situation politique est propice à faire du "problème" homosexuel une cause. En 1971, il participe activement à la formation du FHAR, Front homosexuel d’Action Révolutionnaire : ce n’est que par un changement de société, une participation aux utopies nées en 1968, que les homosexuels vont cesser d’être réprimés et vont pouvoir s’exprimer et exprimer leurs revendications.

Cela aboutira à l’aventure du "Gai Pied", premier hebdomadaire au monde consacré à la cause homosexuelle, journal d’une grande qualité dans lequel Jean Le Bitoux pouvait interviewer Jean-Paul Sartre ou obtenir des contributions de Michel Foucault

On pourra regretter que le "Gai Tapant" dure moins d’une heure, car il va forcément très vite pour rallier l’époque actuelle à travers les grandes étapes d’un mouvement qui aura connu de belles pages avant que l’apparition du sida le frappe cruellement dans ses chairs. Mais le propos est avant tout de montrer l’apport à la cause homosexuelle d’un homme, d’un véritable intellectuel doublé d’un habile stratège.

Jean Le Bitoux, disparu en 2010, après vingt six ans à lutter contre la maladie, est une figure qui méritait bien qu’on commence à lui rendre sa juste place dans les luttes des homosexuels, sans néanmoins le limiter à cela, car en voyant le "Gai Tapant" on découvrira un humaniste et une conscience. Il aura ainsi contribué à faire reconnaître l’existence d’une déportation homosexuelle dans les camps nazis.

En visionnant ce "Gai Tapant", on fera donc face à un beau portrait, touchant, informé, clair dans ce qu’il énonce et ce qu’il résume. Sans doute, on aurait aimé que la parole soit plus largement accordée à Jean Le Bitoux. On sait qu’il a laissé plusieurs ouvrages sur ses combats et ses réflexions et on aurait souhaité en avoir un écho dans le film de Voto et Goa. Peut-être faut-il considérer le "Gai Tapant" comme une première étape pour la connaissance d’un personnage qui est bien mieux qu’un "Harvey Milk à la française" puisqu’il est plus qu’un activiste communautaire.

La brèche ouverte par le "Gai Tapant" permettra à d’autres de s’intéresser à cette belle figure. Pas question de parler de "réhabiliter" Jean Le Bitoux, simplement de le mieux connaître car son esprit généreux, son sens des combats et des objectifs à atteindre sont à cent lieux de la tentation de certains de faire de la cause homosexuelle un simple groupe de pression défendant les intérêts immédiats de cette communauté.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" au Théâtre de la Cité Internationale
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=