Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Gai Tapant
Voto et Goa  (Epicentre Films )  juin 2011

Réalisé par Voto et Goa. France. Documentaire. (Sortie le 28 juin2011).

Aujourd’hui, quand on pense aux homosexuels et aux combats qu’ils mènent en priorité, on évoque tout de suite la possibilité pour les couples de même sexe se marier ou de s’unir selon les mêmes modalités que les couples hétérosexuels. Puis, vient la question de l’homoparentalité.

On est donc bien loin du "Gai Tapant" et de son héros, Jean Le Bitoux, qui a été de tous les combats depuis 1968.

À l’époque, l’homosexualité était encore une "déviance" et un délit. C’est donc à travers le personnage lumineux qu’était Jean Le Bitoux, fondateur du Gai Pied en 1978, que Voto et Goa traversent les quarante années qui vont faire d’une minorité discriminée une communauté qui cherche à compter et le montre symboliquement tous les ans lors de la "Gay Pride".

Âgé de 20 ans en mai 1968, Jean Le Bitoux sort d’une enfance renfermée, solitaire, portant en lui sa différence sans pouvoir encore la vivre. Influencé par les situationnistes, il comprend très vite que la situation politique est propice à faire du "problème" homosexuel une cause. En 1971, il participe activement à la formation du FHAR, Front homosexuel d’Action Révolutionnaire : ce n’est que par un changement de société, une participation aux utopies nées en 1968, que les homosexuels vont cesser d’être réprimés et vont pouvoir s’exprimer et exprimer leurs revendications.

Cela aboutira à l’aventure du "Gai Pied", premier hebdomadaire au monde consacré à la cause homosexuelle, journal d’une grande qualité dans lequel Jean Le Bitoux pouvait interviewer Jean-Paul Sartre ou obtenir des contributions de Michel Foucault

On pourra regretter que le "Gai Tapant" dure moins d’une heure, car il va forcément très vite pour rallier l’époque actuelle à travers les grandes étapes d’un mouvement qui aura connu de belles pages avant que l’apparition du sida le frappe cruellement dans ses chairs. Mais le propos est avant tout de montrer l’apport à la cause homosexuelle d’un homme, d’un véritable intellectuel doublé d’un habile stratège.

Jean Le Bitoux, disparu en 2010, après vingt six ans à lutter contre la maladie, est une figure qui méritait bien qu’on commence à lui rendre sa juste place dans les luttes des homosexuels, sans néanmoins le limiter à cela, car en voyant le "Gai Tapant" on découvrira un humaniste et une conscience. Il aura ainsi contribué à faire reconnaître l’existence d’une déportation homosexuelle dans les camps nazis.

En visionnant ce "Gai Tapant", on fera donc face à un beau portrait, touchant, informé, clair dans ce qu’il énonce et ce qu’il résume. Sans doute, on aurait aimé que la parole soit plus largement accordée à Jean Le Bitoux. On sait qu’il a laissé plusieurs ouvrages sur ses combats et ses réflexions et on aurait souhaité en avoir un écho dans le film de Voto et Goa. Peut-être faut-il considérer le "Gai Tapant" comme une première étape pour la connaissance d’un personnage qui est bien mieux qu’un "Harvey Milk à la française" puisqu’il est plus qu’un activiste communautaire.

La brèche ouverte par le "Gai Tapant" permettra à d’autres de s’intéresser à cette belle figure. Pas question de parler de "réhabiliter" Jean Le Bitoux, simplement de le mieux connaître car son esprit généreux, son sens des combats et des objectifs à atteindre sont à cent lieux de la tentation de certains de faire de la cause homosexuelle un simple groupe de pression défendant les intérêts immédiats de cette communauté.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=