Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Mythos
Denis Thybaud  juillet 2011

Réalisé par Denis Thybaud. France. Comédie. Durée : 1h27 (Sortie le 13 juillet 2011). Avec Stéphanie Crayencour, Ralph Amoussou, Alban Ivanov et William Lebghil.

Quand on veut parler (en bien) des "Mythos", on se heurte à une évidence : avec un titre pareil, avec trois jeunes acteurs qui font potaches sur les affiches, un réalisateur sans renom et une campagne médiatique sans commune mesure avec l’ogre Harry Potter qui sort le même jour, le film accumule les handicaps et, peut-être le pire, celui d’être traité avec condescendance par la plupart des critiques. Car être considéré, au mieux, comme un film sympathique pour ados, n’est pas ce qu’il y a de mieux pour inspirer la confiance populaire.

Pourtant, si l’on se retourne en arrière et que l’on se souvienne des "comédies de l’été" qui ont fonctionné malgré peu d’atouts, "Les Mythos" devrait casser la baraque. En tout cas, c’est le mal qu’on lui souhaitera car cette histoire de faux gardes du corps obligés de protéger à leurs gros risques et périls une jeune milliardaire belge (sic !) s’avère un divertissement plus qu’honorable.

D’abord, il faut souligner une immense qualité : c’est un film dénué de vulgarité. Aucun des gags ne renvoie au temps pitoyable des "Charlots" où mélasse et tarte à la crème concluaient chaque séquence.

Et puis, malgré une langue vive et verte, aucun dialogue ne frise le grivois ou le graveleux. Au contraire, il faudrait souligner les trouvailles verbales qui n’alignent pas les poncifs banlieue entendus chez les nouveaux faiseurs promus rois du rire au Jamel Comédy.

Si on voulait faire des comparaisons approximatives, "Les Mythos" pourrait être plutôt un film de Lautner qu’un film de Zidi. Comme chez Lautner, les comédiens sont premiers : la triplette du film de Denis Thybaud a un abattage qui fait passer les rares moments faibles et donne au film un ton vrai. N’ayons pas peur des mots, Ralph Amassou, Alban Ivanov et William Lebghil font preuve d’un grand naturel dans toutes les situations même les plus artificiels, ce qui est la caractéristique des comédiens, des bons comédiens.

Pour y parvenir, ils sont servis par un scénario qui ne les renferme dans aucune caricature. On n’a donc pas affaire à un "black marrant", un "beur timide" et un "blanc grande gueule" mais à trois garçons dont les origines sont secondaires et qui jouent des personnages certes croqués un peu bédé, mais pas les caricatures que l’on pouvait craindre. Itou pour leur environnement. Ainsi, sans doute pour la première fois àl’écran, on découvrira un vigile pas très courageux mais sympathique.

Dans "Les Mythos", qui rappelle en cela un peu "Les Beaux Gosses", personne ne se plaint de sa réalité ethnique ni sociologique, mais se concentre en priorité sur ce qu’il doit affronter dans la scène qu’il joue à l’écran.

Denis Thybaud sait, en outre, utiliser au mieux les lieux attendus du "cinéma en banlieue". Ainsi il montre son savoir-faire en utilisant remarquablement les allées de l’hypermarché dans lequel les trois compères sont poursuivis par des tueurs pas du tout mythomanes. Au passage, on appréciera le champ contre champ entre William Lebghil et un doberman, moment quasi poétique et incongru, qui démontre que le film sait s’amuser de lui-même et cherche constamment à emprunter d’autres têtes de gondoles que les sentiers battus des rayons alimentaires.

Bref, pour ne pas être plus lourd qu’un film qui a le charme des produits pas encore standardisés et qui ne cherche pas à cacher ses moments de faiblesse par la roublardise des effets garantis, comme Luc Besson dans ses énièmes resucées taximètriques, "Les Mythos" se regarde avec plaisir et sans même avoir besoin de se croire obligéd’être indulgent.

On peut même parier que pour nombre de ses protagonistes, scénariste, réalisateur ou acteurs, "Les Mythos" sera bientôt une carte de visite.

Qu’on se le dise : l’avenir appartient aux "Mythos" pas à cet empoté d’Harry Potter !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=