Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Mythos
Denis Thybaud  juillet 2011

Réalisé par Denis Thybaud. France. Comédie. Durée : 1h27 (Sortie le 13 juillet 2011). Avec Stéphanie Crayencour, Ralph Amoussou, Alban Ivanov et William Lebghil.

Quand on veut parler (en bien) des "Mythos", on se heurte à une évidence : avec un titre pareil, avec trois jeunes acteurs qui font potaches sur les affiches, un réalisateur sans renom et une campagne médiatique sans commune mesure avec l’ogre Harry Potter qui sort le même jour, le film accumule les handicaps et, peut-être le pire, celui d’être traité avec condescendance par la plupart des critiques. Car être considéré, au mieux, comme un film sympathique pour ados, n’est pas ce qu’il y a de mieux pour inspirer la confiance populaire.

Pourtant, si l’on se retourne en arrière et que l’on se souvienne des "comédies de l’été" qui ont fonctionné malgré peu d’atouts, "Les Mythos" devrait casser la baraque. En tout cas, c’est le mal qu’on lui souhaitera car cette histoire de faux gardes du corps obligés de protéger à leurs gros risques et périls une jeune milliardaire belge (sic !) s’avère un divertissement plus qu’honorable.

D’abord, il faut souligner une immense qualité : c’est un film dénué de vulgarité. Aucun des gags ne renvoie au temps pitoyable des "Charlots" où mélasse et tarte à la crème concluaient chaque séquence.

Et puis, malgré une langue vive et verte, aucun dialogue ne frise le grivois ou le graveleux. Au contraire, il faudrait souligner les trouvailles verbales qui n’alignent pas les poncifs banlieue entendus chez les nouveaux faiseurs promus rois du rire au Jamel Comédy.

Si on voulait faire des comparaisons approximatives, "Les Mythos" pourrait être plutôt un film de Lautner qu’un film de Zidi. Comme chez Lautner, les comédiens sont premiers : la triplette du film de Denis Thybaud a un abattage qui fait passer les rares moments faibles et donne au film un ton vrai. N’ayons pas peur des mots, Ralph Amassou, Alban Ivanov et William Lebghil font preuve d’un grand naturel dans toutes les situations même les plus artificiels, ce qui est la caractéristique des comédiens, des bons comédiens.

Pour y parvenir, ils sont servis par un scénario qui ne les renferme dans aucune caricature. On n’a donc pas affaire à un "black marrant", un "beur timide" et un "blanc grande gueule" mais à trois garçons dont les origines sont secondaires et qui jouent des personnages certes croqués un peu bédé, mais pas les caricatures que l’on pouvait craindre. Itou pour leur environnement. Ainsi, sans doute pour la première fois àl’écran, on découvrira un vigile pas très courageux mais sympathique.

Dans "Les Mythos", qui rappelle en cela un peu "Les Beaux Gosses", personne ne se plaint de sa réalité ethnique ni sociologique, mais se concentre en priorité sur ce qu’il doit affronter dans la scène qu’il joue à l’écran.

Denis Thybaud sait, en outre, utiliser au mieux les lieux attendus du "cinéma en banlieue". Ainsi il montre son savoir-faire en utilisant remarquablement les allées de l’hypermarché dans lequel les trois compères sont poursuivis par des tueurs pas du tout mythomanes. Au passage, on appréciera le champ contre champ entre William Lebghil et un doberman, moment quasi poétique et incongru, qui démontre que le film sait s’amuser de lui-même et cherche constamment à emprunter d’autres têtes de gondoles que les sentiers battus des rayons alimentaires.

Bref, pour ne pas être plus lourd qu’un film qui a le charme des produits pas encore standardisés et qui ne cherche pas à cacher ses moments de faiblesse par la roublardise des effets garantis, comme Luc Besson dans ses énièmes resucées taximètriques, "Les Mythos" se regarde avec plaisir et sans même avoir besoin de se croire obligéd’être indulgent.

On peut même parier que pour nombre de ses protagonistes, scénariste, réalisateur ou acteurs, "Les Mythos" sera bientôt une carte de visite.

Qu’on se le dise : l’avenir appartient aux "Mythos" pas à cet empoté d’Harry Potter !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=