Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce My Broken Frame
Interview  (Paris)  jeudi 9 juin 2011

Il y a quelque chose d’élégant et de délicat chez Guillaume Léglise, un peu à l’image de son EP Today. En l’espace de quatre titres, le chanteur de My Broken Frame nous plonge dans une atmosphère intimiste et un peu rêveuse. A l’occasion de l’enregistrement d’une session acoustique pour Froggy’s delight, nous l’avons rencontré tout près de chez lui, à une petite terrasse où il a ses habitudes. Une bière pour lui, un monaco pour moi, le soleil de fin d’après-midi et une conversation à bâtons rompus…

D’où viens-tu et surtout où vas-tu ?

Guillaume Léglise : Alors je viens de Brest en Bretagne où j’ai écouté beaucoup de musique lorsque j’étais ado, surtout des vinyles au début d’ailleurs parce que mon père en avait énormément, du jazz, du rock, de la folk des années 60-70… Et puis après, au lycée, j’ai commencé à écouter pas mal de musique indépendante. Je suis allé vers la capitale assez vite puisque je suis arrivé à Paris en mars 2001, et là j’ai écris pour un webzine qui parlait de jazz. Maintenant où je vais… je vais dans la musique, dans le sens où je veux avoir une vie de musiciens et de compositeur, faire de la scène.

Tu me parles pas mal de jazz, c’est un style musical qui t’a particulièrement influencé ? Tu as été baigné dedans ?

Guillaume Léglise : Pas plus que ça, sauf peut-être dans ma pratique du piano, c’est vrai que le jazz m’a beaucoup influencé, surtout des artistes comme McCoy Tyner ou Thelonious Monk… mais pour le reste de ma musique non, pas vraiment.

My Broken Frame est essentiellement ton projet, ton "bébé". Du coup, comment as-tu choisi les musiciens qui t’accompagnent, d’où viennent-ils, qui sont-ils ?

Guillaume Léglise : Alors ce n’est pas "peu importe" (rire). C’est vrai que MBF est mon projet, ce sont mes chansons. La plupart des musiciens qui jouent avec moi viennent d’univers très différents mais ils ont tous un point commun, ils sont tous compositeurs. Et ça, c’est quelque chose de très important pour moi. Cléa (Vincent) fait de la chanson française, Kim (Giani) du rock anglophone, Olivier (Cavaillé) va plus vers les musiques expérimentales. L’écriture, les textes sont de moi, mais mes musiciens constituent des "oreilles" précieuses, et leur façon de se réapproprier ce que j’ai écrit m’intéresse vraiment. C’est une rencontre entre eux et moi. Je leur laisse pas mal de liberté, et ça arrive qu’ils improvisent sur scène parce qu’ils le sentent comme ça à ce moment-là.

C’est peut-être bien l’influence du jazz là, la liberté du musicien…

Puisqu’on parle de composition, comment composes-tu ? Qu’est-ce qui vient en premier, la mélodie, les paroles ? Qu’est-ce qui initie chez toi l’envie de composer ?

Guillaume Léglise : La mélodie. En général je trouve un gimmick, une succession d’accords qui met une certaine une ambiance, un climat… et de ce climat va naitre une sensation qui va m’inspirer une mélodie, me donner envie de raconter quelque chose.

Tu composes tout seul chez toi  ou tu peux composer entouré de plein de monde autour de toi, dans la succursale d’un bar ou dans la petite pièce au fond à droite de l’appartement de tes potes en plein milieu d’une soirée ?

Guillaume Léglise : Non, non j’ai besoin d’intimité, de concentration, ça peut venir assez vite mais ça va venir lorsque je suis tout seul. Ça m’est arrivé d’avoir à composer avec d’autres gens mais il s’agissait de boulot de commande, pour le théâtre par exemple.

On te compare à beaucoup d’artistes : Tim Buckley, Jeff Buckley, Jean-Claude Buckley... Est-ce qu’il y a un scoop derrière ça ? Est-ce que par hasard tu ferais partie de la famille Buckley ? Et puis plus sérieusement, est ce que les comparaisons t’agacent ?

Guillaume Léglise : Ah ah, non, non… Mais on me parle parfois de choses qui me surprennent, dernièrement on m’a dit que ma musique faisait penser à celle de Lloyd Cole, or je ne connais pas vraiment, juste deux ou trois chansons au maximum. Les Buckley, c’est différent, j’aime beaucoup beaucoup. J’ai beaucoup écouté leurs musiques, je me suis beaucoup intéressé, là je viens de  finir une biographie croisée de David Browne qui leur est consacrée (Dream Brother : Vies et morts de Jeff et Tim Buckley, Éditions Denoël, Paris, 2003). Donc non les comparaisons ne me dérangent pas, si ma musique évoque d’autres musiciens j’ai même tendance à penser que c’est plutôt bon signe, si elle n’évoquait rien, je ferais peut-être fausse route. En tout cas, ça ne m’angoisse pas ou ne me fait pas peur.

Est-ce que tu fais ce que tu écoutes ?

Guillaume Léglise : (sourire) Pas seulement, j’ai toujours aimé les artistes féminins, la musique contemporaine, Sonic Youth… mais je ne fais pas du Sonic Youth. J’écoute beaucoup d’électro aussi par exemple et je n’en fais pas.

Tu n’as pas envie de t’y frotter ?

Guillaume Léglise : Pas spécialement, mais les instruments de la musique électro m’intéressent, les boites à rythme, les synthés… ça m’a toujours intéressé et je pense que tel que c’est parti, il y en aura dans l’album.

Justement en parlant de l’album, est-ce qu’il est en préparation ?

Guillaume Léglise : J’enregistre les maquettes et je suis en train de définir le son que je veux. J’espère commencer l’enregistrement cet automne. J’ai une douzaine de morceaux bien affirmés que je joue en partie déjà sur scène… ça va venir. (sourire)

Qu’est-ce qu’il y a dans ton iPod en ce moment ? Quelle est la dernière chanson que tu as écoutée ?

Guillaume Léglise : J’écoute beaucoup Austra qui vient de Toronto, et aussi un tout nouveau groupe de Rennes qui s’appelle Juvenile et qui vient de sortir un EP, We are young, et puis sinon Anika, une autre artiste féminine.

Il n’y a pas de morceau honteux qui se cache dans tes playlists ? Moi, par exemple j’ai "Total Eclipse of the heart" de Bonnie Tyler.

Guillaume Léglise : Ce n’est pas trop honteux Bonnie Tyler, c’est cool ! Moi j’aime bien Tears For fears.

Ce n’est pas honteux, ça ! Tu n’as pas pire ?

Guillaume Léglise : Ah si je sais ! Je dois avoir le premier single de Nathalie Imbruglia des années 90, "Torn", ça c’est le truc limite. Mais bon j’aime vraiment la musique pop, j’aime bien les chansons un peu FM comme "Luka" de Susan Vega, les mélodies efficaces…

Est-ce que tu penses que tu aurais plus de succès si tu étais mort ?

Guillaume Léglise : Ce n’est pas con comme question, dernièrement je me suis fait la réflexion…

Que tu étais mort ?

Guillaume Léglise : Non je pensais à Gil Scott Heron (une autre de mes influences) qui est mort cette année, je l’ai vu en concert en 89 à Washington, mon père avait des albums de lui et il n’est apparu en France que dans les années 90. Il y a toute une génération de musiciens qui s‘est inspirée de lui, il est devenu "hype" juste avant sa mort et là maintenant qu’il est mort, il est au summum… Mais bon, j’ai vraiment envie de vivre. (sourire)

Retrouvez My Broken Frame
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !
  

 

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

My Broken Frame parmi une sélection de singles (mai 2011)
My Broken Frame en concert à Lise - My Broken Frame (lundi 8 février 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de My Broken Frame
Le Bandcamp de My Broken Frame
Le Soundcloud de My Broken Frame
Le Facebook de My Broken Frame

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


balbc         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

My Broken Frame (9 juin 2011)


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=