Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Troll hunter
André Øvredal  juillet 2011

Réalisé par André Øvredal. Norvège. Aventure. Durée : 1h43 (Sortie le 27 juillet 2011). Avec Otto Jespersen, Glenn Erland Tosterud et Johanna Mørck.

Décidément, l’été 2011 aura été norvégien. On y aura vu une ancienne juge d’instruction au délicieux accent scandinave renvoyée à son parapente le petit-fils de Monsieur Hulot et donner des cauchemars aux anciens de Saint-Cyr amateurs de 14 juillet guerriers.

On y aura surtout découvert un jeune homme blond émule de John Rambo pratiquer le massacre de jeunes socialistes avec une minutie effrayante et permettre à son petit pays tranquille de rentrer dans le livre des records sanglants.

Et, cerise sur l’omelette norvégienne, on y aura appris à chasser le troll dans un film très didactique pour tout savoir sur cette périlleuse activité. Selon un canevas désormais bien huilé depuis "C’est arrivé près de chez nous", un trio de filmeurs vidéos se met dans les pas d’un personnage hors du commun.

Ici, en l’occurrence, il s’agit d’un petit métier spécifique à la Norvège : chasseur de trolls. Attention ! Il faut tout de suite s’enlever de l’esprit l’idée reçue selon laquelle le "troll" est un lutin nordique, une espèce de nain de jardin qui peuplerait les forêts et les monts du Grand Nord.

Que nenni ! Et "Troll Hunter" de André Øvredal a le mérite de rétablir la vérité : le troll est une espèce générique qui rassemble des "bestiaux" de toutes tailles, et l’on découvrira dans le film qu’il y a des différences entre ceux qui vivent dans les forêts et ceux qui habitent les montagnes, qu’ils peuvent atteindre une taille géante, avoir plusieurs têtes et vivre entre 1000 et 1 200 ans ! Sortant uniquement la nuit, le troll est un mammifère à très longue queue passablement vulnérable à la lumière et aux décharges électriques au point de se changer alors en pierre.

Un point important : même si les chasseurs de trolls prennent la précaution de "s’enduire de puanteur de troll" pour passer inaperçus olfactivement, le gros nez des trolls est attiré par l’odeur du chrétien.

Ayant caché ses croyances, le premier cameraman de l’équipe suivant l’intrépide chasseur de troll - une sorte d’Indiana Jones scandinave dont il faut solennellement souligner le courage et l’humanité - en fera les frais. En revanche, les trolls seront, semble-t-il, incapables de détecter sa remplaçante musulmane, Malika.

Dans sa facture, le film marche sur les traces du "Projet Blair Witch" avec cependant une différence de taille : de l’autodérision. Car, si le sort de nos vidéastes est scellé du même sceau tragique et mystérieux que les pompeux cinéastes américains, on aura eu, entre-temps, des occasions nombreuses de bien rigoler.

Et puis, au-delà des images faussement tremblantes ou floues, histoire de montrer qu’on suit caméra sur l’épaule notre vaillant chasseur, on aura eu le grand plaisir de découvrir de somptueux paysages norvégiens et pas simplement trois arbres rabougris mal filmés comme dans "Blair Witch".

Que ce soient les forêts, les vallées ou les montagnes, tout respire une beauté primitive, seulement gâchée parfois par des lignes à haute tension (dont on comprendra la vraie raison d’être au cours du film). Bien entendu, si on va se confronter à cette nature qui n’a pas changé depuis des siècles, on peut craindre de voir surgir des tueurs fous, des trolls enragés ou - mondialisation oblige - des ours croates relâchés par des Polonais...

Qu’importe, ce film totalement maîtrisé est un exercice de style fantastique qui restera dans les mémoires de ceux qui aiment le genre. Aucune fausse note, aucune roublardise. Ils y trouveront à la fois des scènes spectaculaires réussis, un climat, à la fois étrange et plein d’humour, et la description d’un homme complexe, "un héros" qui ne se considère pas comme tel puisqu’il répugne à tuer ces trolls qu’il a appris à connaître.

En effet, les trolls ne deviennent dangereux que quand l’homme menace de ses activités modernes leur habitat ancestral inviolé, ces territoires splendides que nous serpentons en 4x4 pendant tout le film. In fine, il y a donc un message écolo dans "Troll Hunter" qui ne devrait pas échapper à la sagacité judiciaire de Madame Joly.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=