Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock #21 (dimanche 14 août 2011)
Here We Go Magic - Okkervil River - Cat’s Eyes - Fleet Foxes - Crocodiles - Mondkopf  (Fort de Saint-Père, Saint-Malo)  dimanche 14 août 2011

C’est après le déluge que l’on apprend à apprécier à leurs justes valeurs les fins d’après-midi ensoleillées ou tout au moins "sèches". Les festivaliers arborent un sourire radieux, en hommage à l’amélioration de la météo. Le site, lui, malgré tous les efforts de l’organisation et des bénévoles, conserve encore les stigmates de la veille : des étendues boueuses s’étendent un peu partout, interdisant le passage aux pieds non-bottés et c’est un véritable champ de mines qui a été façonné par le passage des tracteurs et autres camions… chevilles fragiles, s’abstenir.

C’est dans ces conditions quasi-estivales (quoique bien fraîches) que les New-Yorkais de Here We Go Magic ouvrent ce dernier soir de festivités. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on sent rapidement poindre un ennui profond à l’écoute de leur Pop/Folk… morceaux à rallonges peu mélodiques, présence scénique proche du néant (une bassiste prenant des poses peu adaptées à sa jupe trop courte, une claviériste faisant des étirements durant tout le concert en tripotant ses pieds nus (c’est d’ailleurs bien la seule à le prendre, son pied), un chanteur à la voix monocorde)… C’est long, très long et on se prend à imaginer la double peine si le groupe s’était produit la veille !

Heureusement, les barbus Texans de Okkervil River prennent le relais et proposent une Folk Rock davantage débridée (entachée seulement de quelques moments de prêche un peu pénible de leur leader Will Sheff). Le dernier single en date Wake and Be Fine est efficace et les compositions soignées. Il manque juste un brin de folie pour convaincre définitivement les festivaliers.

Les très attendus Cat’s Eyes, side project de Faris Badwan avec la soprano Canadienne Rachel Zefira, vont livrer un set Rock psychédélique en demi-teinte mais très attachant. Fraîchement débarqué du Japon où il se produisait la veille, le leader de The Horrors semble heureux d’être là et apparaît beaucoup plus naturel qu’à l’accoutumée. Il a remisé au vestiaire son costume et ses mimiques de Ian Curtis et propose enfin un visage plus humain (je rassure les puristes, sa mèche est toujours là). La prestation (trop courte) est certes un peu bancale, décousue et le tout manque de rodage mais c’est aussi cette fragilité qui fait son charme. La voix de Rachel est magnifique mais étonnamment sous exploitée car le duo fonctionne à merveille (à noter une belle reprise du "Lucifer Sam" de Pink Floyd).

Changement d’ambiance avec les Fleet Foxes. Tête d’affiche annoncée de la soirée, leur concert va pourtant diviser radicalement le public : pure merveille mélodique pour les uns, prestation pompeuse et traînant en longueur pour les autres. La vérité est sans doute au centre : les compositions du premier album éponyme sont sublimes et les harmonies vocales parfaitement maîtrisées par la bande ; en revanche, le nouvel opus sent un peu le réchauffé… du coup, le groupe alterne de la même façon sur scène le très bon et le trop long.

Il est temps de retrouver les Crocodiles (personnellement, ce sera la troisième fois cette année, mais je ne m’en lasse pas !). Dès le premier titre ("Neon Jesus"), la scène parait bien grande pour eux et on réalise la distance qu’ils leur restent à parcourir. Perturbés par des problèmes de balance et de micros, ils tardent à toucher un public pourtant prêt à s’enflammer. Ce sera quand même le cas pour "Mirrors" et son intro lancinante, le psychédélique "Stoned to Death", l’efficace "Hearts of Love" et "Sleep Forever".

Les deux sauriens d’origine en font des tonnes, entre poses travaillées, cris hystériques, réverbs exagérées et attitude démago (descente dans le public pour partager leur bouteille de rouge, Jack Daniel écoulé au goulot par l’ensemble du groupe) et je comprends que cela puisse agacer le plus grand nombre ; pourtant, musicalement, leur rock garage nous fait vibrer (car il nous rappelle forcément pleins de fantômes du passé) : un crocodile en plastique se fait malmener et rebondit de bras en bras, croisant des corps boueux extasiés en plein slam. Quelques nouveaux titres (assez pauvres) sont glissés pour remplir un set qui s’étire péniblement en longueur. Le concert s’achève de manière bordélique, avec l’intrusion d’un spectateur excité ; le groupe aura au moins eu le mérite de bousculer une foule un peu amorphe.

Après le désistement regretté de Crystal Castles (une sombre histoire de refus de prendre l’avion), c’est le Toulousain Mondkopf qui se frotte à la délicate tâche de clôturer le festival et de faire danser les corps éprouvés (bien aidé en cela par le tour de chauffe déjanté de Dan Deacon). Après un début de set plutôt énergique, de gros problèmes techniques entraînent une bien longue coupure (diffusant au passage sur les écrans géants le bureau de son portable, avec le répertoire "Vieilles charrues" ouvert… ça fait un peu recyclage !) qui aura raison de ma volonté.

En conclusion, une fort belle édition (sans doute une des meilleures de ces dernières années) qui, malgré une soirée chaotique le samedi, restera dans les mémoires malouines. Séances de rattrapage possibles (et recommandées) pour les absents : une bonne part des concerts est à voir ou revoir sur Arte Live Web durant quelques semaines.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Pigeons de Here we go magic
La chronique de l'album A Different Ship de Here We Go Magic
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
Here We Go Magic en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)
Here We Go Magic en concert au Grand Mix (jeudi 1er novembre 2012)
La chronique de l'album True love cast out all evil de Roky Erickson with Okkervil River
La chronique de l'album Away de Okkervil River
La chronique de l'album Sun Giant EP de Fleet Foxes
La chronique de l'album Crack-Up de Fleet Foxes
Fleet Foxes en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
La chronique de l'album Sleep forever de Crocodiles
Crocodiles en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Crocodiles en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Crocodiles en concert aux Trois Baudets (mardi 8 novembre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival La Route du Rock
Le Myspace du Festival La Route du Rock


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=