Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock #21 (dimanche 14 août 2011)
Here We Go Magic - Okkervil River - Cat’s Eyes - Fleet Foxes - Crocodiles - Mondkopf  (Fort de Saint-Père, Saint-Malo)  dimanche 14 août 2011

C’est après le déluge que l’on apprend à apprécier à leurs justes valeurs les fins d’après-midi ensoleillées ou tout au moins "sèches". Les festivaliers arborent un sourire radieux, en hommage à l’amélioration de la météo. Le site, lui, malgré tous les efforts de l’organisation et des bénévoles, conserve encore les stigmates de la veille : des étendues boueuses s’étendent un peu partout, interdisant le passage aux pieds non-bottés et c’est un véritable champ de mines qui a été façonné par le passage des tracteurs et autres camions… chevilles fragiles, s’abstenir.

C’est dans ces conditions quasi-estivales (quoique bien fraîches) que les New-Yorkais de Here We Go Magic ouvrent ce dernier soir de festivités. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on sent rapidement poindre un ennui profond à l’écoute de leur Pop/Folk… morceaux à rallonges peu mélodiques, présence scénique proche du néant (une bassiste prenant des poses peu adaptées à sa jupe trop courte, une claviériste faisant des étirements durant tout le concert en tripotant ses pieds nus (c’est d’ailleurs bien la seule à le prendre, son pied), un chanteur à la voix monocorde)… C’est long, très long et on se prend à imaginer la double peine si le groupe s’était produit la veille !

Heureusement, les barbus Texans de Okkervil River prennent le relais et proposent une Folk Rock davantage débridée (entachée seulement de quelques moments de prêche un peu pénible de leur leader Will Sheff). Le dernier single en date Wake and Be Fine est efficace et les compositions soignées. Il manque juste un brin de folie pour convaincre définitivement les festivaliers.

Les très attendus Cat’s Eyes, side project de Faris Badwan avec la soprano Canadienne Rachel Zefira, vont livrer un set Rock psychédélique en demi-teinte mais très attachant. Fraîchement débarqué du Japon où il se produisait la veille, le leader de The Horrors semble heureux d’être là et apparaît beaucoup plus naturel qu’à l’accoutumée. Il a remisé au vestiaire son costume et ses mimiques de Ian Curtis et propose enfin un visage plus humain (je rassure les puristes, sa mèche est toujours là). La prestation (trop courte) est certes un peu bancale, décousue et le tout manque de rodage mais c’est aussi cette fragilité qui fait son charme. La voix de Rachel est magnifique mais étonnamment sous exploitée car le duo fonctionne à merveille (à noter une belle reprise du "Lucifer Sam" de Pink Floyd).

Changement d’ambiance avec les Fleet Foxes. Tête d’affiche annoncée de la soirée, leur concert va pourtant diviser radicalement le public : pure merveille mélodique pour les uns, prestation pompeuse et traînant en longueur pour les autres. La vérité est sans doute au centre : les compositions du premier album éponyme sont sublimes et les harmonies vocales parfaitement maîtrisées par la bande ; en revanche, le nouvel opus sent un peu le réchauffé… du coup, le groupe alterne de la même façon sur scène le très bon et le trop long.

Il est temps de retrouver les Crocodiles (personnellement, ce sera la troisième fois cette année, mais je ne m’en lasse pas !). Dès le premier titre ("Neon Jesus"), la scène parait bien grande pour eux et on réalise la distance qu’ils leur restent à parcourir. Perturbés par des problèmes de balance et de micros, ils tardent à toucher un public pourtant prêt à s’enflammer. Ce sera quand même le cas pour "Mirrors" et son intro lancinante, le psychédélique "Stoned to Death", l’efficace "Hearts of Love" et "Sleep Forever".

Les deux sauriens d’origine en font des tonnes, entre poses travaillées, cris hystériques, réverbs exagérées et attitude démago (descente dans le public pour partager leur bouteille de rouge, Jack Daniel écoulé au goulot par l’ensemble du groupe) et je comprends que cela puisse agacer le plus grand nombre ; pourtant, musicalement, leur rock garage nous fait vibrer (car il nous rappelle forcément pleins de fantômes du passé) : un crocodile en plastique se fait malmener et rebondit de bras en bras, croisant des corps boueux extasiés en plein slam. Quelques nouveaux titres (assez pauvres) sont glissés pour remplir un set qui s’étire péniblement en longueur. Le concert s’achève de manière bordélique, avec l’intrusion d’un spectateur excité ; le groupe aura au moins eu le mérite de bousculer une foule un peu amorphe.

Après le désistement regretté de Crystal Castles (une sombre histoire de refus de prendre l’avion), c’est le Toulousain Mondkopf qui se frotte à la délicate tâche de clôturer le festival et de faire danser les corps éprouvés (bien aidé en cela par le tour de chauffe déjanté de Dan Deacon). Après un début de set plutôt énergique, de gros problèmes techniques entraînent une bien longue coupure (diffusant au passage sur les écrans géants le bureau de son portable, avec le répertoire "Vieilles charrues" ouvert… ça fait un peu recyclage !) qui aura raison de ma volonté.

En conclusion, une fort belle édition (sans doute une des meilleures de ces dernières années) qui, malgré une soirée chaotique le samedi, restera dans les mémoires malouines. Séances de rattrapage possibles (et recommandées) pour les absents : une bonne part des concerts est à voir ou revoir sur Arte Live Web durant quelques semaines.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Pigeons de Here we go magic
La chronique de l'album A Different Ship de Here We Go Magic
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
Here We Go Magic en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)
Here We Go Magic en concert au Grand Mix (jeudi 1er novembre 2012)
La chronique de l'album True love cast out all evil de Roky Erickson with Okkervil River
La chronique de l'album Away de Okkervil River
La chronique de l'album Sun Giant EP de Fleet Foxes
La chronique de l'album Crack-Up de Fleet Foxes
Fleet Foxes en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
La chronique de l'album Sleep forever de Crocodiles
Crocodiles en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Crocodiles en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Crocodiles en concert aux Trois Baudets (mardi 8 novembre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival La Route du Rock
Le Myspace du Festival La Route du Rock


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=