Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Karpatt
Dans le caillou  (Label du Caillou/Productions Spéciales/Naïve)  juillet 2004

Karpatt, rien à voir avec la musique goth ou le berceau de Dracula.

Karpatt, est un groupe français, Frédérique Rollat dit Fred (guitare gipsy/voix), Gaëtan Lerat dit Gets (guitare) et Hervé Jegousso dit RV (contrebasse), chantre de la chanson acoustique franco roots mixée gipsy, jazz, swing, reggae et latino, qui s’inscrit dans la grande déferlante de la musique festive métissée qui de Manu Chao à Sergent Garcia, en passant par Les Hurlements d’Léo, N&SK, Les Têtes Raides et…beaucoup d’autres qui remplit les salles.

Difficile alors de faire sa niche et pourtant.

Après le Reggae - Ragga - Rigolo de Karibouldinga en 1999, les chansons Franco Roots de Roots therapy en 2000 et les chansons Françaises aux rythmes de la terre de A l’ombre du ficus en 2002, en 2004 Karpatt repartent sur la route avec un caillou tout neuf.

Leur dernier album Dans le caillou, "pour le faire écouter à tous ceux qui nous avaient souri des fois et prêté leurs lits d’autres fois", est un p’tit caillou polissé qui nous racontent des histoires, celles des autres qui sont un peu aussi les nôtres, et fait la part belle aux textes légers, nostalgiques ou graves qui swinguent sur des musiques au son résolument français dans lesquelles les composantes jazz manouche et swing sont judicieusement intégrées sans forcer la note.

Pour la petite histoire, ils ont posé la base acoustique de ce petit caillou dans une grotte troglodyte et y ont gravé "19 chansons qui parlent d’enfance, de filles, de galères, de fraternité et de musique". On peut même rajouter qu’elles parlent aussi d’amour et de p’tits verres.

Et c’est un joli petit caillou.

D’abord, parce qu’il est soigneusement présenté dans une boite carton en tryptique avec de belles illustrations de Sébastien Thomazo au graphisme torturé (mais il est passé où le petit karibou ?).

Ensuite, parce que Karpatt c’est des textes, des vrais, en langue française comme savaient les faire les grands de la chanson française de Brassens à Vian. Et il ne faut pas oublier les copains qui ont chacun apporté leur petit caillou à l'édifice, qui sa voix, qui sa flûte, qui son accordéon ; ils sont tous là, ils sont tous venus.

Et qu’y a-t-il dans le caillou ? Plein de petits cailloux !

Les petits cailloux de l’enfance qui ricochent sur l’étang de nos mémoires avec "Le magicien" ("Y’a pas de magie dans ton chapeau/Arrête ton cinéma sinon je dis tout à mon papa"), les petits jeux érotiques d'enfant de "Soulève ta jupe" avec un final flamenco et les amours adolescentes ("Des gnons pour des pelles" scansion de Brassens renforcée par le duo guitare/voix)

Les petits cailloux polis dans la rivière de la vie avec les histoires celles du timide "Léon" (avec la voix de Mano Solo ) dont la mort de sa femme ne lui a laissé que le zinc pour accoudoir, du secret d’"Achille" le catcheur aux mille conquêtes qui ne voulait pas qu’on lise le nom inscrit dans la guirlande tatouée sur son torse, du déménagement du copain d’enfance "(l’ancienneté dans l’amitié c’est des galons parfois cruels", "les anciens combattants du bac à sable"), de la voisine qui promène son chien ("Elle sème des petits cailloux tout le long du chemin/Facile de la trouver ya qu’à suivre la merde du chien").

Les p’tits cailloux d’amour telle celui du célibataire aux pâtes au gruyère pour la caissière de supérette ("Tapis roulant") ou pour "La chose qui dort dans mon lit" et qui n’est pas une femme de magazine.

Et puis, il y a des p’tits cailloux qui sont autant de pavés dans la marre comme "Jeux Olympiques", le texte d’Henri Tachan, sur duo piano et guitare manouche ("Ça serait chouette les jeux olympiques si nom de Dieu il n’y avait /Leurs ptits drapeaux, leurs ptits fanions, couleur kaki caca d’oie des frontières/Leurs ptits drapeaux, leurs ptits fanions qui claquent au vent d’une musique militaire"), "Tango" le p’tit tango pour les p’tites armes guerrières et les p’tits soldats ("Je lève mon verre bien haut aux amoureux de la vie/Je lève mon doigt bien haut aux amoureux de la guerre/Je lève mon doigt, je lève mon verre, donc je suis en vie") et "Lalala" jazz petit clin d’œil sur la chanson à la mode "(Juste un p’tit refrain qui swingue et puis on en parle plus/Si ça vole pas haut ça sera plus facile d’atterrir à fun radio").

Et des chansons de troquets populaires qu’ils s’agissent des bistrots urbains "La mouche" : "Dans quel plat la prochaine (mouche) va tomber/Moi si j’étais une mouche j’irais droit dans le décolleté de la serveuse/Car je suis une mouche/J’aime le jazz manouche") ou des bars à marins ("En pleine mer" : "Ce soir on sort en pleine mer/Ce soir on chante sous la lune/Ce soir je vais gueuler mes vers/Avec mes copains de fortune") et "Vas y la mère" de l’accordéon de bastringue à l’accordéon de marin avec un joli parallèle entre la bouteille de la mère patronne et la bouteille à la mer avec un papier dedans qui commence comme une ritournelle de comptoir pour finir dans une ballade de marin.

Et puis, laissez donc tourner la platine…. Il y a peut être autre chose dans le caillou…

Les patients découvriront un bref morceau ("Je regarde par la fenêtre au cas ou tu aurais la même idée/Mais ça n’arrive jamais /Dans la rue du jardin des Hespérides/Dans la rue désespérément vide") et puis un superbe et ultime morceau instrumental.

A découvrir absolument

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dans d'beaux draps de Karpatt
Une 2ème chronique de l'album Dans d'beaux draps de Karpatt
Karpatt en concert à La Maroquinerie (14 octobre 2004)
Karpatt en concert au Café du Commerce (4 mai 2005)
Karpatt en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (dimanche)
Karpatt en concert à Cabaret Sauvage (24 octobre 2006)
L'interview de Karpatt (août 2004)

En savoir plus : www.karpatt.com


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=