Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Blackthorn, la dernière chevauchée de Butch Cassidy
Mateo Gil  août 2011

Réalisé par Mateo Gil. Etats Unis/France/Espagne/Bolivie. Western. Durée : 1h32 (Sortie le 31 août 2011). Avec Edouardo Noriega, Stephen Rea, Sam Shepard et Magaly Soller.

Personne n’a oublié le film de George Roy Hill, "Butch Cassidy et le Kid". Personne n’a oublié le trio formé par Robert Redford, Paul Newman et Katherine Ross. On n’était pas loin de Jules et Jim et, à l’instar du film de Truffaut avec "Le Tourbillon de la vie", on a tous gardé en mémoire la chanson de ce western tardif et certains continuent d’ailleurs de fredonner "Raindrops keep fallin’on my head" en version originale ou "Toute la pluie tombe sur moi" en version Sacha Distel.

Sur cette musique du fameux Burt Bacharach, le trio ne chevauchait pas encore vers son destin tragique mais pédalait de bonheur sur une bicyclette rudimentaire des années 1890-1900... Et puis, tout basculait. Les deux bandits mythiques quittaient l’Amérique du Nord pour la Bolivie où les attendait une mort légendaire programmée.

Évidemment, comme d’habitude, des bruits coururent : Butch Cassidy et The Sundance Kid n’étaient pas morts car des types comme ça ne pouvaient pas mourir, surtout pas sous les balles sans saveur de l’armée bolivienne... Hugo Pratt ne fut pas le dernier à les faire survivre quelque part dans la pampa.

C’est aujourd’hui au tour de "Blackthorn", réalisé par Mateo Gil, de nous suggérer que si le Kid est mort les armes à la main, Butch lui a survécu et a expié sa vie de sac et de corde dans la rigueur de la solitude bolivienne. Le film pourrait s’intituler "vingt ans après" et le bandit américain, devenu un beau vieillard buriné, vit sa dernière aventure, une aventure rédemptrice à la fois métaphysique et elliptique.

Dans des paysages à couper le souffle, des déserts blancs où s’épuisent les chevaux et les hommes, on est donc invité à suivre quelques affrontements abstraits et minimalistes qui marquent, finalement, l’entrée tardive de Sam Shepard dans la peau d’un personnage de westerns. Élégant dans des tenues qui n’auraient pas déplu au cow-boy Malboro avant son cancer du poumon, le ténébreux dramaturge compose un Butch Cassidy surréel au-delà du bien et du mal et pas très charitable pour son compère Eduardo Noriega, alors que celui-ci n’est peut-être que la réincarnation du Kid...

Qu’on ne s’y trompe pas : on n’est pas ici dans un western d’après le western, ni dans un western à la manière des anciens grands westerns. On est loin des contresens honteux de ces néo-westerns dont le mauvais exemple absolu serait celui des frères Coen. On est encore plus loin de l’appropriation de l’Ouest par un Eastwood de grand chemin. Non, "Blackthorn" est un "Southern" à la gloire de la Bolivie et des Boliviens, dans lequel Sam Shepard vient nous faire un coucou après tant d’années d’absence.

Le film se regarde comme un rêve qui passerait sous nos yeux et dont on sait tout de suite qu’on ne retiendra qu’une vague impression pas désagréable une fois réveillé. On pourra de temps à autre lui reprocher des flash-back inutiles qui font revivre sous de nouveaux traits les membres du triumvirat du film de George Roy Hill. Mais, malgré ce véniel péché, on saluera cette tentative absolument anachronique d’ajouter des épisodes à la vie d’un héros.

Au bout du compte, on a un grand divertissement sans concession qui devrait bien mieux vieillir que tous les faux westerns cités plus haut. Que toute la bonne pluie tombe sur lui ! Qu’elle n’épargne pas non plus ceux qui n’hésiteront pas à la braver pour retrouver Butch Cassidy !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=