Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La guerre est déclarée
Valérie Donzelli  (août 2011) 

Réalisé par Valérie Donzelli. France. Comédie dramatique. Durée : 1h10 (Sortie le 31 août 2011). Avec Valérie Donzelli, Jérémie Elkaïm, César Desseix, Brigitte Sy, Elina Lowensohn, Anne le Ny, Béatrice de Staël et Philippe Laudenbach.

Pas question de se dédire : en son temps, on avait vanté "La Reine des pommes", le premier film de la doublette Donzelli-Elkaïm. On avait beaucoup aimé le côté bricolo-bricolette du film. Pareillement, on avait réédité nos louanges pour nos deux tourtereaux pour saluer la fraîcheur cinématographique de "Belleville Tokyo" d’Élise Girard.

On s’apprêtait donc à copier-coller nos compliments pour "La guerre est déclarée". On s’y apprêtait d’autant que les articles dithyrambiques tombaient comme des missiles sur Tripoli et qu’on comprenait à demi-mot que seuls Marc Dutroux et Hannibal Lecter n’allaient pas apprécier cette histoire vraie d’enfant atteint d’une abominable tumeur au cerveau...

Et puis... Aïe ! Badaboum ! La faute technique ! La faute inexcusable qui transforme illico un grand zozo de cinquante ans en négationniste à mettre au ban de toutes les cinémathèques du monde : on n’aimait pas, mais alors pas du tout ce film déplaisant.

Question immédiate, donc : pourquoi un film aussi déplaisant plaît tant (à la critique) ?

Commençons par mettre un premier pas devant l’autre, avant d’être bastonné par toute l’armada des laudateurs : parlons d’abord de la forme du film. Voulant nous montrer leur parcours de cœurs battants happés par la douleur d’être confrontés à la maladie de leur bébé, Valérie et Jérémie insistent sur les va-et-vient, les déplacements incessants, les galopades frénétiques dans les hôpitaux suivis d’attentes infinies et de désespoirs soudains.

Du coup, le spectateur est perpétuellement pris en main, n’a pas le temps d’avoir son mot à dire ; à la sécurité sociale, on parlerait de maladie prise en charge à 100 %. Ainsi, qu’ils le fassent exprès ou pas, nos deux malheureux parents nous manipulent, pratiquent comme des Spielberg estampillés art et essai toute la panoplie des chantages émotionnels pour nous empêcher de ne pas nous apitoyer.

Et peu à peu - c’est là que le doute en nous s’immisce sur leur totale "honnêteté" - on a l’impression que ces malins naïfs relâchent leur "attention" et qu’ils se permettent des mièvreries filmiques (la voix off confidente à la François Truffaut, les chansons cuculs complaisantes à la Christophe Honoré, les courses-traveling à la Léos Carax), toute une panoplie maniérée qui affleurait dans leurs précédents films, mais qui ne portait pas à conséquence puisque elle ne s’appliquait qu’aux petits bobos de la vie de bobos.

Nous voilà donc arrivés sur le fond "déplaisant" du film : un cinéma bobo, un cinéma égoïstement bobo. C’est triste à écrire mais le malheur qui les frappe paraît plus beau et bobo que le malheur des autres, surtout quand ils sont laids et prolos. Emblématique est le désir constamment renouvelé de Valérie Donzelli que son fils soit seul dans une chambre, soit traité par le meilleur chirurgien.

Bon, on comprend la naturelle angoisse d’une mère, mais on comprend moins le désir de la cinéaste quand elle laisse son compagnon parler de "petit personnel" à propos des infirmières de l’accueil ; on comprend encore moins - ou encore plus si on est un peu cruel - cette scène frappante dans laquelle Jérémie tourne la manivelle d’une boîte à musique qui joue "L’Internationale" (sic !) pour leur petit garçon pendant que les parents de son voisin de lit écoutent une radio diffusant de la publicité.

Valérie Donzelli et Julien Elkaïm pensent bien et n’aiment pas la promiscuité. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à s’attaquer à une bête plus immonde que le cancer : le Front national. Car, disent-ils, voter FN serait la pire séquelle qui pourrait arriver au petit Adam, pire que d’être aveugle, sourd ou paralysé.

Et là, franchement, on ne peut plus marcher. Si, on se remet dans le contexte chronologique du film, celle de l’attente d’une grave opération, on serait parents d’un enfant qui peut mourir dans les heures à venir on se moquerait pas mal de ses penchants politiques futurs, voire on signerait avec un diable d’opérette pour qu’il soit sauvé à si bas prix.

Dans ce monde "réel" reconstitué après le bonheur de s’en être sorti miraculeusement, le couple d’élite nous paraît donc infiniment déplaisant et calculateur. C’est d’ailleurs ça le hic (heureux) du film : ils s’en sont sortis. Qu’ils le veuillent ou non, ils sont dans l’artifice, la post-compassion, l’auto-célébration de leur chance.

Dans les années 1970, Nadine Trintignant avait tourné "Ça n’arrive qu’aux autres", avec pour sujet la mort précoce d’un de ses enfants. On lui avait reproché son "voyeurisme", cette "exploitation" de sa douleur. Ici, on devrait être moralement encore plus sévère, d’autant plus sévère que Valérie ne pense jamais aux autres à qui ça arrive. Et puis, qu’aurait dit la critique si elle n’avait pas su que l’histoire racontée était autobiographique ? Aurait-elle accepté le sujet surtout traité avec cette désinvolture ?

Après avoir bien mouillé nos mouchoirs, salué aussi le travail pas évident de la monteuse Pauline Gaillard devant ce déferlement presque clipesque d’images, on fera un petit coucou au petit bonhomme bien vivant désormais qu’est Gabriel Elkaïm. On lui dira gentiment qu’il aurait pu demander à sa maman de ne pas l’obliger à jouer avec sa DS face au docteur qui lui a sauvé la vie dans la scène finale du film...

Bah... ce n’est pas grave, l’addiction aux jeux vidéos, ce n’est pas une séquelle de son mal, non ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corps" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=