Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival international de la chanson de Granby 2011 (43ème édition) - mardi 13 septembre
Vincent Vallières  (Zoo de Granby)  du 7 au 17 septembre 2011

Le Festival International de la Chanson de Granby est un rassemblement destiné à promouvoir la chanson Québécoise et à créer des ponts entre les différents pôles de la francophonie. On y croise beaucoup de professionnels, en particulier des organisateurs de festivals français à la recherche de nouveaux talents à faire découvrir à leur public.

Beaucoup de concerts, la plupart gratuits sous chapiteau, en plein air ou dans des bars, de groupes confirmés ou de jeunes pousses, sont proposés aux habitants de cette grosse bourgade de 60.000 habitants située à 80 kilomètres à l'est de Montréal.

En parallèle, c'est un des gros concours de la chanson au Québec. Une compétition entre 24 artistes, sélectionnés sur plus d'un millier, se déroule sur une quinzaine de jours. Seuls quatre artistes ont la chance de participer à la finale.

Les prix distribués lors de cette finale ressemblent aux prix remis par le FAIR en France : essentiellement des heures de studio, la production d'un album et des aides à la promotion. La finaliste de l'année dernière, Lisa Leblanc, a commencé une belle carrière de ce côté de l'Atlantique, mais avant elle Jean Leloup, Isabelle Boulay, Linda Lemay ou encore Pierre Lapointe avaient déjà remporté ce prix qui avait permis de booster leur carrière.

Vincent Vallières est un auteur-compositeur-interprète québécois d'une trentaine d'années mais pas exactement un nouveau venu. Il a déjà sorti cinq albums dont le premier en 1999, mais c'est à partir de 2003 qu'il devient l'un des artistes les plus populaires chez nos cousins d'outre-Atlantique.

Porte-parole du festival de Granby l'année dernière, il revenait cette année présenter son dernier album, Le monde tourne fort, dans des conditions particulières, un concert semi-acoustique autour d'un feu de bois, entouré par les animaux de la savane dans le zoo de Granby. Il joue de la chanson folk, parfois inspirée par Dylan, parfois tirant plus vers la variété et chante en français avec un accent québécois très prononcé. Aux regards et aux petits signes qu'il adresse depuis la scène aux uns et aux autres, on sent qu'il est chez lui à Granby.

Mais les éléments en ont décidé de s'inviter à la soirée puisque des risques de tornade menacent, que des bourrasques de vent se lèvent inopinément et que des trombes d'eau s'abattent sur Granby. Ce concert qui avait vocation à être intimiste se déroulait devant un public réduit. Heureusement ! Ceci a permis de déplacer le spectacle sous une énorme hutte, la table de mixage étant protégée par une bâche tandis que l'ingénieur du son mixe à l'aveugle en se faisant tremper. Les éclairs zèbrent le ciel. Mais les zèbres, pas très loin, n'éclairent rien.

Les éléments se déchaînent autour de nous mais cela a l'air d'amuser Vincent dont les yeux de myope pétillent et dont le sourire franc irradie. Comme il le dit "Ça ressemble à l'Amazone, mais au Québec." Puis il commence avec, ironie des éléments alors que la pluie s'abat de plus en plus drue, "En attendant le soleil".

Avec son acolyte, Business Dré, à la batterie et aux guitares (voire aux deux en même temps), ils enchaînent les titres du nouvel album en entrecoupant les chansons d'anecdotes. Ils interpréteront "Le temps est long", "Le monde tourne fort" ou encore "Table tournante". Il y aura aussi quelques tubes - à la réaction du public qui sourit, chantonne, applaudit dès les premières notes, on devine que ce sont des tubes - comme "Café Lézard", une très belle chanson, lente, mélancolique ("Tu t'assoies et on jase, et les angoisses se tassent") qu'il terminera, en clin d'oeil à la tempête qui finit par se calmer avec quelques accords de "Riders on the storm" des Doors.

Puis pour interpréter une toute nouvelle chanson, il prend la guitare et l'harmonica, et les interprète dans les conditions où il compose dans son salon, dans les conditions où il les a "endisquées". Cette nouvelle chanson, il l'a portée très longtemps, explique-t-il. Elle s'appelle "Asbestos" et parle de ses grands-parents qui ont participé à la première grande grève des mines qu'ait connu le Québec. Sa folk se fait plus engagée, proche de Johnny Cash, et parle de la "vie dure comme la roche" de ces mineurs, qui se sont battus pour obtenir quelques avantages sociaux.

Business Dré rejoint Vincent Vallières sur scène pour interpréter "Laura", avec deux guitares acoustiques, puis le show se termine dans une ambiance beaucoup plus électrique. En guise d'ultime au revoir, il interprète son dernier tube, qui passe actuellement en boucle sur les radios québecoises, "On va s'aimer encore". Le succès est assuré.

Vincent Vallières se révèle un artiste simple, généreux, attachant, sensible et drôle. Quand il chante, il réussit réellement à communiquer la passion qui l'habite même à ceux qui ne connaissent pas du tout son répertoire. Il semblerait que des dates se dessinent pour lui en France au début de l'année 2012. On l'attend avec impatience car ce fut une belle découverte.

Le festival de Granby commence bien.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Vincent Vallières en concert au Festival international de la chanson de Granby 2014 (46ème édition) - jeudi 11 septembre

En savoir plus :
Le site officiel du Festival international de la chanson de Granby
Le Myspace du Festival international de la chanson de Granby
Le site officiel de Vincent Vallières
Le Myspace de Vincent Vallières

Crédits photos : Laurent Coudol


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=